L'équipe Toyota a une revanche à prendre à Mexico

En quête de rachat après une sortie difficile au Nürburgring, Toyota entend bien rebondir à Mexico, sur un tracé qui n'avait guère souri au constructeur japonais lors des dernières venues de l'endurance internationale en terres mexicaines.

L'équipe Toyota a une revanche à prendre à Mexico
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
Sébastien Buemi, Toyota Racing
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
Mike Conway, Stephane Sarrazin, Toyota Racing
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima

Héros malheureux des 24 Heures du Mans, Toyota était attendu au tournant lors des 6 Heures du Nürburgring en juillet. Mais les TS050 Hybrid ont souffert dans l'Eifel, ne se montrant jamais capables de jouer les premiers rôles, distancées par les Porsche et les Audi.

Retour en piste et saut dans l'inconnu ce weekend, puisque le WEC pose ses valises pour la toute première fois sur le circuit Hermanos Rodriguez de Mexico. Si la plupart des concurrents du championnat partiront dans l'inconnu sur ce tracé, les pilotes Toyota Anthony Davidson, Kazuki Nakajima et Sébastien Buemi ont déjà eu un avant-goût du nouveau circuit de Mexico en mars, dans le cadre de la course de Formule E qui reprenait une partie du tracé. 

La dernière venue de l'endurance internationale à Mexico date de 1991, lors de la dernière venue du défunt Championnat du monde des voitures de sport sur l'ancien circuit Hermanos Rodriguez. Absent lors de cette dernière saison, Toyota était présent lors de la campagne 1990, un souvenir pas très heureux pour le constructeur japonais, dont les deux fameuses 90C-V avaient dû renoncer sur problèmes mécaniques. Même chose l'année précédente, avec l'abandon de la seule Toyota alors engagée.

Mais la vraie revanche que veut prendre Toyota, c'est celle de retrouver la performance qui a manqué de peu de lui permettre de s'imposer dans la Sarthe en juin. Après une prestation décevante au Nürburgring, sanctionnée par des 5e et 6e positions, le constructeur japonais se doit de revenir à la bagarre à Mexico.

A la faveur notamment de leurs deux 2e places à Silverstone, puis surtout aux 24 Heures du Mans, les trois pilotes de la Toyota n°6, Mike Conway, Stéphane Sarrazin et Kamui Kobayashi, occupent le troisième rang du classement avant ce week-end. La situation comptable est en revanche nettement moins favorable à l'équipe de la n°5, Sébastien Buemi, Anthony Davidson et Kazuki Nakajima, pour lesquels les scores vierges des trois premières courses (dont Le Mans) ont pesé lourd. 5e sur le Nurbürgring, les trois hommes pointent à un lointain 17e rang au championnat.

Nous devons êtres agressifs et essayer de gagner des courses.

Sébastien Buemi. 

"Clairement, nous ne sommes pas contents de notre saison jusqu'ici", a confié Sébastien Buemi à Motorsport.com. "Nous étions en tête à Spa avant de connaître un problème mécanique, puis nous étions en tête au Mans avant, comme vous le savez, de renoncer dans le dernier tour. C'est bien sûr décevant, mais d'un autre côté il faut considérer que l'an passé nous étions à deux ou trois secondes des meilleurs et que là nous sommes en mesure de nous battre et d'être devant. De ce point de vue, c'est positif".

"Mais ce qui compte à la fin c'est le résultat final. Et nous n'avons pas eu ce que nous voulions. Je suis donc à la fois satisfait et moins satisfait".

Une histoire de compromis

Par ailleurs, le pilote suisse, comme l'ensemble de l'équipe Toyota, se prépare à ce défi technique qu'imposera le circuit de Mexico, et ses caractéristiques atypiques, notamment son altitude de plus de 2'000 mètres. 

"Cela va être un difficile pour nous", poursuit Buemi. "Nous avons besoin d'un maximum d'appuis aérodynamiques, et c'est ce qui nous manque un peu. Mais je sais que nous ne sommes pas loin d'avoir des possibilités de nous battre".

"Nous sommes à haute altitude, et il y a moins de résistance à l'air. Mais moins de densité dans l'air induit moins d'appuis aérodynamiques, la voiture glissera donc pas mal, il s'agira donc de trouver un bon compromis entre être rapides dans les virages, et être rapides dans les lignes droites".

"Nous n'avons plus de chance au championnat, nous devons être agressifs et essayer de gagner des courses", conclut le pilote suisse.

Propos recueillis par Luis Ramirez

 

partages
commentaires
Audi prêt à augmenter la pression à Mexico
Article précédent

Audi prêt à augmenter la pression à Mexico

Article suivant

LMP2 - La passe de quatre pour Alpine au Mexique ?

LMP2 - La passe de quatre pour Alpine au Mexique ?
Charger les commentaires
Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse Prime

Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse

Le duel entre Ferrari et Porsche pour le titre mondial en GTE Pro a pris une tournure délicate à Bahreïn, où un accrochage entre Alessandro Pier Guidi et Michael Christensen a marqué les derniers instants de course. Ferrari n'est que provisoirement titré, car Porsche a fait appel.

WEC
9 nov. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021