Nakajima pourrait prendre un nouveau rôle chez Toyota en WEC

Prêt à laisser son volant en WRC, Kazuki Nakajima pourrait prendre de nouvelles fonctions chez Toyota, en dehors de la piste cette fois.

Nakajima pourrait prendre un nouveau rôle chez Toyota en WEC

Kazuki Nakajima semble prêt à assumer un nouveau rôle chez Toyota la saison prochaine, alors qu'il raccrochera son casque de pilote après les 8H de Bahreïn cette semaine. Le pilote japonais, âgé de 36 ans, a en effet laissé entendre qu'il resterait probablement chez Toyota Gazoo Racing en WEC, dans une nouvelle fonction.

Interrogé sur ses projets pour 2022 et sur la possibilité qu'il puisse continuer ou non à piloter pour Toyota au Japon, Nakajima ne s'est pas montré loquace. "Il y a, bien sûr, un peu de tristesse à l'idée de m'éloigner d'un volant de course", a-t-il cependant déclaré. "Mais je suis aussi déjà vraiment tourné vers l'avenir : j'ai un peu de tristesse et aussi un sentiment positif."

Décrivant l'annonce de son départ comme "une part d'un grand changement à venir", Nakajima a été interrogé sur le fait que son futur puisse impliquer un nouveau rôle pour lui au sein de l'équipe Toyota en WEC, ce à quoi il a répondu : "Probablement oui, mais je ne peux pas vous donner d'idée pour le moment. C'est l'une des options."

"Cela pourrait être le cas", a-t-il encore indiqué lorsqu'il lui a été demandé si ce nouveau rôle pourrait impliquer le fait d'encadrer de jeunes pilotes et un travail dans le programme de développement de Toyota.

Selon l'équipe, l'avenir de Nakajima chez Toyota sera plus clair en décembre, lorsque le nom de son remplaçant dans le line-up WEC sera annoncé. Il parait acquis que c'est Ryo Hirakawa qui prendra le volant laissé libre, bien que Toyota n'ait pas confirmé cette information pour le moment.

#8 Toyota Gazoo Racing Toyota GR010 - Hybrid: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Brendon Hartley

Par ailleurs, on ignore si Nakajima conservera un contrat avec Toyota pour continuer à piloter pour le constructeur au Japon, mais lorsqu'il lui a été demandé s'il continuerait à courir en Super Formula avec l'équipe TOM'S Toyota, il a répondu : "Ça non plus, ce n'est pas décidé, [mais] cela fait partie du plan. Nous discutons encore de ce que nous ferons l'année prochaine, et aussi pour tenter de finaliser tous les détails et [établir] ce que je peux faire ici [en WEC]."

"Je continue de croire que je peux faire quelque chose en tant que pilote de course, mais on ne sait jamais. Je n'ai pas encore décidé", a ajouté Kazuki Nakajima.

Deux éditions du Mans particulièrement marquantes

La décision de Toyota de retirer Nakajima du line-up après neuf saisons de partenariat, ayant mené notamment à trois victoires aux 24 Heures du Mans et un titre de Champion du monde, a été prise le mois dernier. Elle a fait suite à un deuxième test de Ryo Hirakawa au volant de la Toyota GR010 HYBRID, réalisé en septembre à Barcelone.

À l'heure du départ, Nakajima cité sa première victoire au Mans, conquise en 2018 avec Fernando Alonso et Sébastien Buemi, ainsi que celle qui lui a cruellement échappé en 2016, alors associé à Buemi et Anthony Davidson, comme les moments les plus mémorables de sa carrière en WEC avec Toyota.

"La victoire de 2018 a été le meilleur [moment]. Et en même temps, ce qui s'est passé en 2016 a été, bien sûr, un moment triste, mais je crois que c'était peut-être la clé pour nous rendre forts et faire en sorte que nous soyons prêts pour la première victoire", a expliqué Nakajima. C'est lui qui se trouvait au volant de la Toyota TS050 HYBRID, en tête de la course, lorsque la voiture a perdu sa puissance à six minutes de l'arrivée du double tour d'horloge dans la Sarthe, en 2016.

Lire aussi :
partages
commentaires
La BoP de Ferrari revue à la hausse pour la finale du WEC à Bahreïn
Article précédent

La BoP de Ferrari revue à la hausse pour la finale du WEC à Bahreïn

Article suivant

La Toyota #8 commence en tête aux 8 Heures de Bahreïn

La Toyota #8 commence en tête aux 8 Heures de Bahreïn
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse Prime

Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse

Le duel entre Ferrari et Porsche pour le titre mondial en GTE Pro a pris une tournure délicate à Bahreïn, où un accrochage entre Alessandro Pier Guidi et Michael Christensen a marqué les derniers instants de course. Ferrari n'est que provisoirement titré, car Porsche a fait appel.

WEC
9 nov. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021