WEC Prologue

Le proto LMDh de Porsche est "une voiture compliquée"

Porsche est clairement la marque qui a un temps d'avance sur les autres pour se préparer au LMDh, mais le développement de ce nouveau prototype n'en est pas moins complexe.

Porsche LMDh

Le projet LMDh de Porsche a pris son envol ces dernières semaines avec le début de la phase d'essais intensive du nouveau prototype de la marque. L'objectif est d'être prêt pour les grands débuts en compétition prévus en janvier 2023 à Daytona, épreuve qui marquera l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation. Néanmoins, si le constructeur allemand donne le sentiment d'être dans les temps, la quantité de travail à abattre demeure importante.

Pour ce retour au plus haut niveau de l'Endurance, Porsche s'est allié au Team Penske, équipe américaine qui aura la responsabilité d'exploiter la LMDh dont les premières images ont été dévoilées en piste en début d'année. Un premier déverminage a d'abord eu lieu à Weissach, sur le circuit d'essais de Porsche en Allemagne, mais avec un mois de retard en raison d'un manque de pièces. Puis un roulage plus conséquent s'est tenu à Barcelone au mois de février, avec plus de 2000 km engrangés.

"Les essais à Barcelone ont duré cinq jours", explique Tim Cindric, président du Team Penske. "Nous avons fait rouler plusieurs pilotes et nous avons parcouru pas mal de kilomètres. Il y a eu des problèmes de jeunesse, c'est une voiture compliquée. Je n'imaginais pas commencer plus tard que ce que nous avons fait. Quand on regarde, nous sommes vraiment les premiers en piste et nous pensons être prêts pour Daytona l'année prochaine. C'est une bataille difficile pour y parvenir."

"Nous avons eu la possibilité de rouler à Weissach et de faire quelques tours, juste pour voir ce qui fonctionnait et ce qui ne fonctionnait pas. Nous avons pu travailler sur les systèmes pendant que nous attendions le reste des pièces pour l'hybride et toutes ces choses-là. C'est un projet très important."

La Porsche LMDh, dont le nom officiel demeure inconnu, est construite avec un châssis fourni par Multimatic, propulsée par un V8 bi-turbo du groupe Volkswagen et dotée d'un système hybride standard à l'avant. Ce dernier sera commun à tous les concurrents de la catégorie. Le développement pneumatique se déroule en collaboration avec Michelin.

"Ça se fait ensemble, collectivement", rappelle Tim Cindric. "Franchement, c'est très différent, c'est une équipe. Ce ne sont pas des paroles en l'air. C'est en Allemagne mais nous avons du monde là-bas, ils travaillent main dans la main avec Porsche. Ils n'ont jamais accolé leur nom à quelqu'un d'autre dans une équipe de course, mais c'est vraiment Porsche Penske Motorsport : il n'y a pas deux côtés dans la pièce. Nous ne regardons même pas qui s'occupe de quoi, c'est vraiment remarquable à cet égard."

Porsche prévoit de poursuivre son programme d'essais à la fois en Europe et en Amérique du Nord ces prochains mois et vise une homologation de son prototype à l'automne pour être fin prêt en vue des championnats WEC et IMSA 2023.

Propos recueillis par Charles Bradley

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent La FIA impose la neutralité des concurrents russes
Article suivant G-Drive Racing refuse les conditions imposées par la FIA

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France