Rebellion a ses propres problèmes à régler

Le début de week-end s'est avéré délicat pour Rebellion Racing à Silverstone, où le crash de Bruno Senna dès la première séance d'essais libres vendredi n'a fait que compliquer les choses.

Rebellion a ses propres problèmes à régler
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna, après le crash
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna, après le crash
La voiture #1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna après son crash
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna après son crash
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna après son crash
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna après son crash

Au terme des qualifications, l'équipe suisse a dû se contenter de la troisième ligne de la grille de départ, les deux R13 étant notamment devancées par les deux BR1 du SMP Racing. Le temps de piste perdu vendredi à cause des lourdes réparations à effectuer sur le prototype #1 conçu par Oreca se paie cher, d'autant que globalement, le comportement de l'auto est délicat sur le circuit britannique.

"Pour le moment, nous sommes en mode survie avec notre voiture", admettait Neel Jani samedi matin auprès de Motorsport.com. "Nous n'avons fait que trois tours hier avec Bruno [Senna]. Il a connu une journée de merde. Il est sorti des stands, a été heurté par une Ferrari [GTE], est parti en tête-à-queue, a dû rentrer, chausser un nouveau train de pneus pour son premier tour rapide, puis il y a eu le crash."

"Nous avons dû reconstruire toute la voiture, l'équipe a fait du bon travail, et ce matin nous apprenons", a-t-il ajouté avant la séance de qualifications. "La voiture est un peu différente à piloter que ce à quoi nous sommes habitués, ce n'est pas simple. Elle est très difficile à piloter sur les bosses ici. André [Lotterer] et moi avons beaucoup de mal, elle est très imprévisible."

Lire aussi :

Dimanche, les deux hommes devront gérer seuls les six heures de course, en l'absence de Bruno Senna, forfait après s'être fracturé la cheville dans son crash. Une situation a priori surmontable malgré tout, pour au moins tenter de reprendre le dessus sur SMP.

"Sur un tour rapide, il est clair que nous n'avons aucune chance face à Toyota", rappelle Neel Jani. "Demain, nous verrons la réalité, mais il y a encore un écart. L'EoT nous aide, c'est certain, mais nous avons d'autres choses à régler. Ça ne change pas, nous devons encore résoudre des problèmes de notre côté."

Propos recueillis par Jamie Klein 

partages
commentaires
Toyota en pole devant SMP Racing à Silverstone

Article précédent

Toyota en pole devant SMP Racing à Silverstone

Article suivant

Aston Martin en net progrès, pas seulement grâce à la BoP

Aston Martin en net progrès, pas seulement grâce à la BoP
Charger les commentaires
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021