Dumas : Avec l'Alpine, "la grosse différence se fait au freinage"

partages
commentaires
Dumas : Avec l'Alpine,
Par : Guillaume Nédélec
2 avr. 2017 à 08:45

Tout juste annoncé chez Alpine, Romain Dumas s'est mis au volant de la nouvelle Alpine A470. Un prototype LMP2 que le Champion du monde découvre, après quatre années passées dans la catégorie reine avec Porsche.

#36 Signatech Alpine A470 Gibson: Gustavo Menezes, Romain Dumas, Matt Rao
Romain Dumas, Signatech Alpine
#36 Signatech Alpine A470 Gibson: Gustavo Menezes, Romain Dumas, Matt Rao, #35 Signatech Alpine A470 Gibson: Nelson Panciatici, Pierre Ragues, Andre Negrao
#36 Signatech Alpine A470 Gibson: Gustavo Menezes, Romain Dumas, Matt Rao
#36 Signatech Alpine A470 Gibson: Gustavo Menezes, Romain Dumas, Matt Rao
La Signatech Alpine A470
La Signatech Alpine A470
Romain Dumas, Porsche Team
Présentation de la Signatech Alpine A470
La Signatech Alpine A470
La Signatech Alpine A470
La Signatech Alpine A470
Présentation de la Signatech Alpine A470

G.N., Monza - À peine quelques jours après son officialisation, voici Romain Dumas qui débarque chez Alpine. Le Champion du monde d'Endurance avec Porsche, en P1, descend d'une catégorie avec un vrai défi en tête, celui d'aider Alpine à conserver sa couronne mancelle.

Ce samedi à Monza, c'était donc un retour aux sources pour le Cévénol, qui n'avait plus piloté de LMP2 depuis la RS Spyder de Porsche. Habitué des hybrides, il lui a fallu un peu de temps pour se remettre dans le rythme. Une première journée "plutôt sympa, c'était forcément mes premiers tours de roue, ça faisait longtemps aussi que je n'avais pas roulé ici. J'ai fait une vingtaine de tours jusque-là". 

Néanmoins, la pluie du soir à Monza a chamboulé le programme de l'équipe, et Dumas, qui devait enchaîner les tours, s'est retrouvé cloué aux stands. Inutile de prendre des risques dans ces conditions compliquées. Un contretemps qui ne l'a pas empêché de se faire une bonne idée de l'équipe dont il se dit "agréablement surpris. L'équipe, on le sait avec les résultats, fait un bon boulot. Après, la voiture, il faut s'habituer, ce ne sont pas les mêmes pneus, ce n'est pas la même puissance, pas les mêmes freins, il n'y a pas l'hybride au freinage qui fait que tu dois recharger en même temps que tu freines. Donc c'est un petit peu différent."

C'est d'ailleurs le freinage qui a le plus marqué l'ancien pilote officiel Porsche en LMP1. Passer d'une voiture standard à une hybride lui avait demandé, il y a quatre ans, de changer son pilotage, le chemin inverse lui l'impose également. "La grosse différence se fait au freinage dans le pilotage", décrit Romain Dumas. "Sur une LMP1, tu freines vraiment des quatre roues, car tu as des cardans sur les toutes tes roues. Tu as des cardans à l'avant qui vont recharger ta batterie et qui vont t'aider sur le freinage. Sur une LMP2, tu as des cardans à l'arrière, et à l'avant, tu as seulement les freins. Ce n'est pas simple de freiner avec ces autos, en tout cas, pour moi ce n'est pas facile." 

À cinq secondes

Les quelques tours effectués sur le sec lui ont permis de se faire une idée de ce que l'Alpine A470 promet. Que ce soit côté moteur, comme châssis, il y a du potentiel. "Comparé aux anciennes LMP2, ça accélère beaucoup plus fort. Même en comparant avec la RS Spyder que j'avais il y a dix ans."

La Porsche de l'épopée Penske, aux États-Unis, celle qui lui a notamment permis de s'imposer à Sebring en 2008, devant Audi et Peugeot : "Comparé à cette dernière, c'est moins agile, forcément c'est plus lourd. C'est un moteur standard, le même pour tout le monde, alors qu'on avait à l'époque un moteur spécialement fait pour nous."

Il préfère néanmoins ne pas trop rentrer dans les comparaisons. L'Alpine n'est pas pas une Porsche, 919 comme RS Spyder : "Il faut comparer ce qui est comparable. Le faire avec une RS Spyder de 775 kg ce n'est pas fair-play, tout comme tu ne peux pas le faire avec une P1 où il y a 200 millions d'euros de budget annuel !"

Bien sûr, par rapport à ce qu'il a connu ces dernières années, "ça accélère moins fort, c'est moins puissant, mais niveau aéro, ça commence à être de vraies voitures. Maintenant, tu peux doubler les GT facilement. On parle d'un écart de cinq secondes, sur un circuit de 5 km, donc c'est pas mal, d'autant qu'on a pas de kit Le Mans, donc on aura surement des choses à grappiller d'ici là." Samedi après-midi, c'est d'ailleurs sa voiture, qu'il partage avec Gustavo Menezes et Matt Rao, qui a réalisé la meilleure marque, en 1'37'020.

Podium en tête

De quoi l'aider à fonder quelques espoirs pour les 24 Heures du Mans, qui vont désormais s'approcher à grands pas. Avec l'ambition, si tout se passe à la perfection, d'espérer un podium en Sarthe. Même si la marche semble haute : "À voir les chronos d'aujourd'hui, nous un peu plus loin que ce que j'imaginais, plus 8-9 secondes plutôt que 6-7."

Un écart similaire, finalement, à celui entre sa Pescarolo et les diesels, en 2007, lorsqu'il avait terminé troisième avec Jean-Christophe Bouillon et Emmanuel Collard. "S'il pleut au Mans, la première P2, sera sur le podium", prévient-il. "Après, Porsche et Toyota reviennent avec des voitures très proches de l'an dernier, donc en termes de fiabilité, ce sera bien. Après, c'est toujours difficile de prévoir au Mans."

En attendant, le programme de la journée sera encore écourté. Ce dimanche, Dumas ne sera pas à plein temps chez Alpine : "Je vais encore rouler ce matin, mais je devrais m'en aller ensuite pour préparer le Tour de Corse. J'ai mon avion en fin d'après-midi et les reconnaissances commencent demain." Dans tous les cas, le Cévénol repart de Monza l'esprit léger et déjà fixé sur Spa puis Le Mans : "L'objectif était surtout de découvrir l'équipe et me familiariser avec la voiture. On est huit en cinq dixièmes, aussi, le moindre d'entre eux va compter."

 

Article suivant
Des LMP2 capables d'atteindre les 335 km/h au Mans

Article précédent

Des LMP2 capables d'atteindre les 335 km/h au Mans

Article suivant

Un doublé Porsche au terme d'une séance marathon à Monza

Un doublé Porsche au terme d'une séance marathon à Monza
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Événement Prologue Monza
Lieu Autodromo Nazionale Monza
Pilotes Romain Dumas
Équipes Signatech
Auteur Guillaume Nédélec
Type d'article Actualités