Sarrazin : "À fond à 300 km/h dans le Raidillon, c'est la folie"

Le Français a signé le meilleur temps des qualifications, et son équipage est passé à deux doigts de la pole position. Le tout à bord d'une Toyota qui semble redoutable et qui lui procure des sensations fortes.

Sarrazin : "À fond à 300 km/h dans le Raidillon, c'est la folie"
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
Stéphane Sarrazin, Toyota Gazoo Racing
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, #9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre

B.D., Spa-Francorchamps - Ils ont failli surprendre tout le monde ! Quand Stéphane Sarrazin a été le premier à boucler son tour rapide en qualifications, une certaine admiration a traversé le circuit de Spa-Francorchamps. Avec un chrono de 1'53"658, le Français a fait parler la poudre, allant plus vite d'une seconde par rapport à la pole position de 2015, qui était une sacrée référence.

Ce chrono, bien qu'approché par Neel Jani sur la Porsche #1, n'a par la suite pas été battu. Finalement, la Toyota #9, engagée uniquement à Spa et au Mans, ne doit sa troisième place qu'au trafic qui a considérablement gêné Nicolas Lapierre et fait chuter la moyenne des deux hommes.

Sarrazin n'est plus titulaire à temps plein en WEC, mais il a tout du capitaine de route pour le troisième équipage de la marque nippone. Pour sa première apparition de l'année en compétition, il n'a pas été déçu, et avec un kit Le Mans sur sa TS050 Hybrid, contrairement aux deux autres Toyota, les sensations ont visiblement été bluffantes.

"J'étais vraiment très à l'aise, la voiture me plaît", explique-t-il à Motorsport.com. "J'arrive à attaquer, vraiment à tout donner, donc c'est top ! Après, Nico a eu du trafic, malheureusement, on n'a pas fait la pole. Mais on avait tout ce qu'il fallait pour la faire, et le trafic en a décidé autrement. Mais c'est quand même très encourageant pour la course demain. On a ce qu'il faut pour se battre."

"L'équipe a progressé [depuis 2016], elle a fait du super job, c'est assez incroyable. Ils ont fait un boulot fantastique et c'est de bon augure." Ce qui l'impressionne ? "Le grip mécanique de la voiture. Dans les virages lents, je suis impressionné par la vitesse à laquelle on peut rentrer, garder la vitesse. La voiture est bien née, elle est facile, équilibrée. Dans l'Eau Rouge, à fond à 300 km/h, c'est la folie. C'est d'une efficacité incroyable."

Un inconvénient pour la course

Si ce kit Le Mans a peut-être donné un petit avantage en qualifications, comme le démontre également la pole position décrochée par une Porsche elle aussi dotée de peu d'appui, le scénario de la course s'annonce toutefois plus compliqué. Car la contrepartie devrait se payer à travers une usure pneumatique plus importante.

"On est là pour préparer Le Mans, on est la troisième voiture, on a le kit Le Mans, donc on attend une dégradation des pneus plus importante que les autres voitures, mais on va tout donner pour faire une super course et se donner confiance pour Le Mans", précise Sarrazin.

"C'est impressionnant, réussir à faire 1'53"6 comme ça, ça prouve que la voiture va très, très, très vite. C'est la folie. C'est incroyable. Vraiment très vite ! Mais la dégradation des pneus est quand même plus importante. On verra demain, ce sera une bonne information et au bout des six heures, on fera le bilan des choses."

Chassez le naturel, il revient au galop, et l'envie de viser un gros résultat est là. Mais les mots de Nicolas Lapierre jeudi résonnent encore, et Sarrazin n'oublie pas la mission première de cette troisième voiture.

"C'est clair que Nico a raison : c'est l'apprentissage pour le team, pour Yuji, c'est sa première course en WEC, il n'a pas d'expérience de l'Endurance, donc il est là pour apprendre. Nous on est là pour lui transmettre tout ce qu'on a pu apprendre, tout ce qu'on peut savoir. Même pour nous, c'est un peu une reprise, on n'était pas à Silverstone. Donc ça me fait très plaisir de faire ce chrono-là, c'est rassurant. C'est vraiment du plaisir d'être avec Nico en tant qu'équipier, on se connaît, on s'apprécie énormément. Je pense qu'au Mans, ça va être fantastique."

Propos recueillis par Guillaume Nédélec

partages
commentaires
Qualifs - Porsche souffle la pole position à Toyota !
Article précédent

Qualifs - Porsche souffle la pole position à Toyota !

Article suivant

Pour Jani et Lotterer, la gestion sera la clé à Spa

Pour Jani et Lotterer, la gestion sera la clé à Spa
Charger les commentaires
Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse Prime

Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse

Le duel entre Ferrari et Porsche pour le titre mondial en GTE Pro a pris une tournure délicate à Bahreïn, où un accrochage entre Alessandro Pier Guidi et Michael Christensen a marqué les derniers instants de course. Ferrari n'est que provisoirement titré, car Porsche a fait appel.

WEC
9 nov. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021