SMP promet de faire la lumière sur les crashs du Raidillon

Plusieurs jours après les 6 Heures de Spa-Francorchamps, manche d'ouverture du championnat, SMP Racing est sorti de son silence et a commenté les deux crashs survenus le week-end dernier.

Le prototype BR1 conçu par Dallara a été impliqué dans deux crashs spectaculaires en Belgique, à chaque fois dans le Raidillon. Pietro Fittipaldi a été la première victime lors des qualifications, lorsque sa voiture a tiré tout droit à très haute vitesse, lui causant des fractures aux jambes.

La BR1 du Brésilien est engagée par DragonSpeed, qui a fait l'acquisition de ce châssis auprès de SMP Racing, l'écurie russe alignant pour sa part deux autres châssis. La seule différence concerne la motorisation, SMP utilisant un bloc AER et DragonSpeed un moteur Gibson.

Souhaitant une rapide et saine convalescence à Fittipaldi, SMP Racing a confirmé la piste probable de la défaillance électronique, sans encore avoir identifié précisément ce qui a provoqué le crash.

"La cause exacte de l'accident doit encore être déterminée, il faut un peu plus de temps", admet la structure russe dans un communiqué officiel. "Nous supposons qu'il y a eu une défaillance d'un composant électronique dans la voiture de DragonSpeed, qui pourrait avoir causé la perte de contrôle du pilote. Nous continuons à enquêter sur le problème et nous sommes ouverts et entretenons un dialogue professionnel avec Dragon Speed, toutes leurs questions obtiendront des réponses. BR Engineering et Dallara s'engagent ensemble à tout faire pour s'assurer que la voiture de Dragon Speed soit totalement prête pour courir au Mans."

Une "coïncidence rare et compliquée" ?

En course, c'est un autre type d'accident qui a touché directement l'écurie russe, puisque Matevos Isaakyan est parti en looping en haut du Raidillon, alors qu'il était à l'aspiration derrière une Toyota. Là encore, SMP refuse de laisser une conclusion hâtive l'emporter.

"Il est encore trop tôt pour faire un commentaire définitif sur le crash de Matevos en course, nous devons enquêter davantage", insiste l'équipe. "De nombreuses suppositions peuvent être faites quant à l'envol de la voiture. Il y a énormément de choses à analyser avant qu'une conclusion soit tirée. L'équipe travaille dessus avec Dallara. Si la voiture doit subir des modifications, elles seront réalisées."

La priorité, pour SMP Racing comme pour DragonSpeed, est de pouvoir identifier les causes et les résoudre avant la fin du mois afin d'être opérationnel aux 24 Heures du Mans, tout en y assurant la sécurité des pilotes engagés.

"Matevos avait un très bon rythme, il se battait pour la troisième place et nous avions une bonne chance de l'obtenir après être partis derniers sur la grille", ajoute l'écurie. "Matevos pilotait à la limite, il suivait la Toyota et il a perdu le contrôle de la voiture. L'Eau Rouge est un virage très compliqué, ce n'est pas le premier envol d'une voiture à cet endroit. Nous pensons qu'une coïncidence rare et compliquée de nombreux facteurs pourrait conduire à ce que la voiture décolle, et la probabilité qu’un tel cas se produise dans ce virage est possible. Il n'y a pas beaucoup de temps avant Le Mans, mais nous croyons en avoir suffisamment afin de nous préparer. Le voiture et l'équipe seront prêts à courir."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WEC , 24 heures du Mans
Événement 6H de Spa
Circuit Spa-Francorchamps
Pilotes Pietro Fittipaldi , Matevos Isaakyan
Équipes SMP Racing , Dragonspeed
Type d'article Actualités
Tags br1, crash, dallara, raidillon