Interview
WEC 6H de Spa-Francorchamps 2018

Sarrazin : "On ne joue pas dans la même cour que Toyota"

Malgré un hiver prometteur, SMP Racing rencontre encore des difficultés avec son nouveau prototype LMP1. De l'aveu-même de Stéphane Sarrazin, les 6 Heures de Spa appartiennent au processus d'apprentissage en vue du Mans.

#17 SMP Racing BR Engineering BR1: Stéphane Sarrazin, Egor Orudzhev, Matevos Isaakyan

B.D., Spa-Francorchamps – Les nombreux kilomètres avalés par la BR1 durant l'hiver n'épargnent pas pour autant le prototype conçu par Dallara d'inévitables problèmes de jeunesse. À Spa-Francorchamps, la structure russe poursuit son acquisition de données et d'expérience avec les deux machines, tout en faisant de la préparation du Mans une véritable priorité. C'est ainsi avec le kit aéro qui sera utilisé dans la Sarthe que les deux autos évoluent. 

Fer de lance des programmes Peugeot puis Toyota en LMP1, Stéphane Sarrazin a embarqué dans l'aventure SMP pour la Super Saison. Le Français n'a pas été épargné par les ennuis techniques, qui ont notamment mis fin prématurément à sa séance de qualifications vendredi, mais il pense à plus long terme. Il a fait le point avec Motorsport.com

Stéphane, comment s'est déroulé le week-end pour SMP Racing jusqu'à présent ? 

On a eu pas mal de petits soucis de jeunesse au début, mais la troisième séance d'essais libres s'est très bien passée. On progresse à chaque séance. On a vraiment beaucoup à apprendre de la voiture. Il est clair que tout est nouveau pour l'équipe : le châssis, le moteur, les systèmes. On doit travailler, progresser, mais il faut faire les choses tranquillement, sereinement, et ça va le faire. Il n'y a pas de raison que ça ne progresse pas. 

#17 SMP Racing BR Engineering BR1: Stéphane Sarrazin

Est-ce qu'il y a un domaine qui vous pose davantage de problèmes ?

Ici, on a le kit aéro typé Le Mans. Ça veut dire beaucoup moins de charge qu'avec le kit "sprint", ce qui fait qu'on a un peu de mal en courbes. On a des difficultés à prendre l'appui mais c'est pas mal. Après, face à Rebellion qui a les appuis "sprint", ce sera difficile. 

Avoir ce kit "Le Mans" ici à Spa est-il important pour préparer au mieux les 24 Heures ?

Oui, on a pu se rendre compte qu'il y avait beaucoup de choses à faire évoluer dans le kit. Sur le coup, on se dit qu'on vient ici avec un kit qui n'est pas approprié, mais en fait, en vue du Mans c'est logique de venir avec et de travailler pour Le Mans. 

Quels sont les points forts de la BR1, et les points sur lesquels progresser ?

On a une bonne stabilité. L'auto donne pas mal de confiance, mais on doit encore parfaire l'équilibre général de la voiture, l'équilibre entre le sous-virage et le survirage. On doit essayer de progresser là-dessus. Mais on a une très bonne base de travail. La priorité est d'avoir une bonne voiture pour la course, car on est vraiment en pleine découverte. Il faut qu'on essaie de trouver un bon équilibre, qui nous donne confiance pour attaquer en course. 

L'écart avec Toyota et l'EoT font beaucoup parler, comment jugez-vous la situation ?

Il est clair que ça ne va pas être simple de faire les bonnes équivalences, mais ça me semble plutôt pas mal. Après, je suis concentré sur mon travail avec l'équipe. Ce qui est important pour nous, c'est que l'on arrive à se battre avec les teams privés. Il est évident que Toyota doit être devant : c'est une équipe incroyable, avec une grosse expérience, donc on ne joue pas vraiment dans la même cour. Ce qui est important, c'est de se battre avec les teams privés et d'être performants au Mans.

#11 SMP Racing BR Engineering BR1: Mikhail Aleshin, Vitaly Petrov

Votre bagage en Endurance est impressionnant, comment l'utilisez-vous pour aider l'équipe ?

Ce qui est génial et très intéressant pour moi, c'est qu'ART [partenaire de SMP Racing] a une grosse expérience GP2, GP3 et DTM, mais pas Endurance. J'essaie donc d'amener mon expérience de l'Endurance et de la transmettre à mes équipiers, d'être vraiment disponible pour l'équipe. Ce sont des petits détails, mais on essaie tous d'amener notre pierre à l'édifice. Ça marche plutôt bien. Je me sens bien dans l'équipe alors que ça fait peu de temps que je suis arrivé, il y a un mois.

Le Mans reste un objectif à part et prioritaire ?  

Il faut quand même être lucide, Le Mans sera quand même compliqué. Pour une équipe, une première année est toujours compliquée. Ça l'a été pour Peugeot à l'époque, puis pour Toyota : on découvre, il faut le temps d'apprendre. On va essayer de progresser, d'être performants au Mans, mais soyons quand même humbles quant à nos possibilités.

À partir du mois prochain, Jenson Button va vous rejoindre, une bonne nouvelle ? 

C'est top pour l'équipe d'avoir Jenson, avec l'expérience qu'il a. C'est génial, ça va nous aider. En plus c'est un bon gars, donc je suis très, très heureux qu'il soit là. On s'est déjà croisés et je sais que c'est quelqu'un qui a un bon état d'esprit.

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le WEC vous embarque dans son cinéma dynamique !
Article suivant Le moteur Nissan frustre ByKolles et masque ses progrès

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France