Toyota seul au monde, le trio Alonso-Buemi-Nakajima remet ça

partages
commentaires
Toyota seul au monde, le trio Alonso-Buemi-Nakajima remet ça
Par : Basile Davoine
19 août 2018 à 17:02

Les 6 Heures de Silverstone ont – trop – rapidement tourné au duel entre les deux Toyota, qui se sont départagées dans la dernière partie de course. Fernando Alonso, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima ont à nouveau raflé la mise.

#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
#11 SMP Racing BR Engineering BR1: Mikhail Aleshin, Vitaly Petrov, Jenson Button
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#17 SMP Racing BR Engineering BR1: Stephane Sarrazin, Egor Orudzhev
Départ de la course : #7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez en tête
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13: Mathias Beche, Gustavo Menezes
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez
#38 Jackie Chan DC Racing Oreca 07 Gibson: Ho-Ping Tung, Gabriel Aubry, Stephane Richelmi
#37 Jackie Chan DC Racing Oreca 07 Gibson: Jazeman Jaafar, Weiron Tan, Nabil Jeffri
#36 Signatech Alpine Matmut Alpine A470: Nicolas Lapierre, André Negrão, Pierre Thiriet
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE EVO: Davide Rigon, Sam Bird
#67 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Andy Priaulx, Harry Tincknell
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre, Laurens Vanthoor, Dirk Werner
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre, Laurens Vanthoor, Dirk Werner
#97 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage AMR: Alex Lynn, Maxime Martin
#81 BMW Team MTEK BMW M8 GTE: Martin Tomczyk, Nicky Catsburg
#77 Proton Competition Porsche 911 RSR: Christian Ried, Julien Andlauer, Matt Campbell
#90 TF Sport Aston Martin Vantage: Salih Yoluc, Charles Eastwood
Départ de la course : #66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Stefan Mucke, Olivier Pla, sort de la piste
#56 Team Project 1 Porsche 911 RSR: Jörg Bergmeister, Patrick Lindsey, Egidio Perfetti
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: André Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sebastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso
Les fans dans la voie des stands avec les logos Motorsport.com
Logo Motorsport.com
Logo Motorsport.com
Les fans lors de la séance d'autographes
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Fernando Alonso
#56 Team Project 1 Porsche 911 RSR: Jorg Bergmeister, Patrick Lindsey, Egidio Perfetti
#98 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage: Paul Dalla Lana, Pedro Lamy, Mathias Lauda

On a beau assister au départ d'une course d'Endurance, ce n'est pas pour autant que les acteurs prennent un envol particulièrement sage. En juin dernier, les 24 Heures du Mans l'avaient déjà démontré, bis repetita ce dimanche à Silverstone, où le premier tour a été particulièrement chaotique.

 

Un chaos semé – d'après le jugement de la direction de course qui l'a pénalisé d'un drive through – par Stéphane Sarrazin au volant de la BR1 #17 de SMP Racing, provoquant un contact avec la Rebellion #3 de Mathias Beche tout en faisant perdre énormément de temps à l'autre Rebellion. Autrement dit, en quelques centaines de mètres, trois adversaires potentiels de Toyota, ne serait-ce que pour un brin de suspense, auront été éliminés de la course à la victoire !

Lire aussi :

Button n'a même pas roulé...

Passé entre les mailles du filets avec l'autre BR1, Mikhail Aleshin a toutefois rapidement eu confirmation du rythme intouchable des TS050 Hybrid, qui comptaient ainsi 20 secondes d'avance au terme du premier quart d'heure, et plus d'une minute de marge après une demi-heure de course... Le pronostic de Jenson Button était donc le bon.

Pour ce dernier, les espoirs de signer un premier podium à Silverstone depuis 1999 sont malheureusement partis trop vite en fumée, puisqu'en fin de première heure, cette BR1 #11, fumante, a été contrainte à l'abandon. Le Champion du monde 2009 de Formule 1 n'aura même pas eu le loisir de piloter devant son public en course. Si l'on ajoute à ça les problèmes techniques rencontrés par DragonSpeed et ByKolles en début de deuxième heure, la concurrence en LMP1 a été rapidement réduite à sa plus simple expression.

La lutte pour la victoire s'est donc résumée à un duel fratricide entre les deux Toyota. Ne le cachons pas, on a craint qu'il tourne court lorsqu'une communication radio dès la deuxième heure de course a intimer l'ordre à la #7 de laisser passer la #8. Il s'agissait en fait d'un choix stratégique, même si les deux TS050 Hybrid sont finalement restées sur un déroulé très proche tout au long de l'épreuve.

La troisième heure de course aura été marquée par le crash étonnant de Rene Binder au volant de la ByKolles, surpris par des concurrents au ralenti devant lui alors qu'un Full Course Yellow venait d'être déclenché. Un accident contraignant l'écurie autrichienne à l'abandon, avant que ce ne soit la voiture de sécurité qui entre en piste une demi-heure plus tard, cette fois à cause de débris semés par la Ferrari #71 de Davide Rigon et Sam Bird.

La malédiction de l'équipage #7

C'est finalement après la relance de l'épreuve, au cap de la mi-course, que le premiers gros écart a commencé à se faire entre des Toyota jusqu'ici roue dans roue et s'étant échangé plusieurs fois le commandement. Dans la #7, José María López a creusé son avance sur Kazuki Nakajima, la portant à une grosse vingtaine de secondes avant de céder le volant à Kamui Kobayashi.

Le Japonais a malheureusement pour lui vu la tendance s'inverser, souffrant de problèmes d'équilibre sur son prototype au point de vivre une petite excursion hors piste en début de sixième heure. Le tout a ainsi permis à Sébastien Buemi de revenir au contact juste avant l'ultime relais. Après avoir évoqué un avant endommagé avec son ingénieur par radio, Kobayashi n'a pas résisté à la voiture sœur qui a repris la tête. Le trio Alonso-Buemi-Nakajima s'impose ainsi une troisième fois en autant de manches, consolidant plus que jamais son statut de leader au championnat.

Derrière, et après le temps perdu en tout début de course, Rebellion Racing et SMP se sont disputé la troisième marche du podium, l'équipe suisse ayant l'avantage du nombre. Ce sont finalement Mathias Beche, Gustavo Menezes et Thomas Laurent qui en ont hérité, le pilote français s'étant fendu d'un long relais remarqué et remarquable en milieu de course.

Jackie Chan DC Racing sans partage

Le retour aux affaires du Jackie Chan DC Racing en qualifications samedi était tout sauf un coup d'épée dans l'eau. Les grands animateurs de la saison dernière en LMP2 ont livré une course proche de la perfection pour s'offrir un doublé. Sans aucun doute, le trio de l'Oreca #37 pourra nourrir quelques regrets puisqu'il occupait la tête de la catégorie avant de subir une crevaison, ouvrant la voie au succès de leurs voisins de garage, Ho-Pin Tung, Gabriel Aubry et Stéphane Richelmi.

Toujours solide et constante, l'équipe Alpine prend la troisième place et inscrit de nouveau des points importants pour son championnat, tandis que plusieurs concurrents n'ont pas été épargnés par les mésaventures, notamment chez TDS Racing à cause d'un problème de suspension avant.

Première pour Ferrari !

Le GTE Pro a a quant à lui offert une lutte bien plus serrée que ce que l'on avait pu voir à Spa-Francorchamps ou au Mans, sans aucun doute grâce à l'ajustement récent de la BoP. Néanmoins, le verdict des qualifications a été démenti puisqu'Aston Martin a accumulé les pépins, laissant AF Corse, Ford et Porsche s'expliquer.

Alessandro Pier Guidi et James Calado ont finalement décroché la timbale en parvenant à devancer la Porsche #91. Après avoir signé la pole position la veille, Ford a arraché la troisième place avec la #67, après une passe d'armes plus musclée que jamais et remportée par Harry Tincknell face à Michael Christensen.

En LMGTE Am, la victoire s'est jouée entre la Porsche 911 RSR de Team Project 1 et l'Aston Martin TF Sport. Les deux équipages ont toutefois écopé d'une pénalité dans la dernière heure pour non-respect de la procédure sous régime de voiture de sécurité. Une aubaine pour le Dempsey-Proton Racing, victorieux avec Christian Ried, Matt Campbell et Julien Andlauer.

United Kingdom 6 Heures de Silverstone

P. # Pilotes Voiture Cat. Trs Arrêts
1 8 Spain Fernando Alonso
Japan Kazuki Nakajima
Switzerland Sébastien Buemi
Toyota Gazoo Racing
LMP1 196 9
2 7 Japan Kamui Kobayashi
United Kingdom Mike Conway
Argentina José María López
Toyota Gazoo Racing
LMP1 196 9
3 3 Switzerland Mathias Beche
France Thomas Laurent
United States Gustavo Menezes
Rebellion Racing LMP1 192 9
4 1 Germany André Lotterer
Brazil Bruno Senna
Switzerland Neel Jani
Rebellion Racing LMP1 191 9
5 17 France Stéphane Sarrazin
Russian Federation Egor Orudzhev
SMP Racing
LMP1 191 9
6 38 China Ho-Pin Tung
Monaco Stéphane Richelmi
France Gabriel Aubry
Jackie Chan DC Racing
LMP2 184 10
7 37 Malaysia Nabil Jeffri
Malaysia Weiron Tan
Malaysia Jazeman Jaafar
Jackie Chan DC Racing
LMP2 184 8
8 36 France Nicolas Lapierre
France Pierre Thiriet
Brazil André Negrao
Signatech Alpine Matmut
LMP2 182 9
9 31 United Kingdom Anthony Davidson
Venezuela Pastor Maldonado
Mexico Roberto Gonzalez
DragonSpeed LMP2 180 10
10 29 Netherlands Giedo van der Garde
Netherlands Nyck de Vries
Netherlands Frits van Eerd
Racing Team Nederland
LMP2 180 8
11 50 France Romano Ricci
France Erwin Creed
Japan Mori Yoshiharu
Larbre Compétition
LMP2 175 10
12 28 France Loïc Duval
France François Perrodo
France Matthieu Vaxiviere
TDS Racing
LMP2 172 10
13 51 United Kingdom James Calado
Italy Alessandro Pier Guidi
AF Corse
GTE PRO 171 5
14 91 Italy Gianmaria Bruni
Austria Richard Lietz
Porsche GT Team
GTE PRO 171 5
15 67 United Kingdom Harry Tincknell
Guernsey Andy Priaulx
Ford Chip Ganassi Team UK
GTE PRO 171 5
16 92 Denmark Michael Christensen
France Kévin Estre
Porsche GT Team
GTE PRO 171 5
17 97 Belgium Maxime Martin
United Kingdom Alex Lynn
Aston Martin Racing GTE PRO 170 5
18 81 Netherlands Nick Catsburg
Germany Martin Tomczyk
BMW Team MTEK
GTE PRO 170 5
19 66 Germany Stefan Mücke
France Olivier Pla
Ford Chip Ganassi Team UK
GTE PRO 169 5
20 77 Germany Christian Ried
Australia Matt Campbell
France Julien Andlauer
Dempsey-Proton Racing
GTE AM 167 5
21 90 United Kingdom Jonathan Adam
Turkey Salih Yoluc
Ireland Charlie Eastwood
TF Sport
GTE AM 167 6
22 98 Portugal Pedro Lamy
Canada Paul Dalla Lana
Austria Mathias Lauda
Aston Martin Racing GTE AM 167 6
23 56 Germany Jörg Bergmeister
United States Patrick Lindsey
Norway Egidio Perfetti
Team Project 1
GTE AM 167 6
24 61 Ireland Matt Griffin
Singapore Mok Weng Sun
Japan Keita Sawa
Clearwater Racing
GTE AM 166 6
25 86 United Kingdom Michael Wainwright
United Kingdom Ben Barker
Australia Alex Davison
Gulf Racing
GTE AM 166 5
26 88 Italy Gianluca Roda
Italy Matteo Cairoli
Italy Giorgio Roda
Dempsey-Proton Racing
GTE AM 166 6
27 70 Monaco Olivier Beretta
Italy Eddie Cheever III
Japan Motoaki Ishikawa
MR Racing
GTE AM 166 6
28 10 Sweden Henrik Hedman
Netherlands Renger van der Zande
United Kingdom Ben Hanley
SMP Racing
LMP1 164 12
29 54 Italy Giancarlo Fisichella
Italy Francesco Castellacci
Switzerland Thomas Flohr
Spirit of Race GTE AM 157 6
30 71 United Kingdom Sam Bird
Italy Davide Rigon
AF COrse
GTE PRO 156 5
31 95 Denmark Marco Sørensen
Denmark Nicki Thiim
Aston Martin Racing GTE PRO 154 6
Ab 82 Portugal António Félix da Costa
Brazil Augusto Farfus
BMW Team MTEK
GTE PRO 116 3
Ab 4 United Kingdom Oliver Webb
Austria Rene Binder
ByKolles Racing Team
LMP1 59 2
Ab 11 United Kingdom Jenson Button
Russian Federation Vitaly Petrov
Russian Federation Mikhail Aleshin
SMP Racing
LMP1 23 1
Prochain article WEC
Alonso prédit un "énorme succès" aux Le Mans Esports Series

Article précédent

Alonso prédit un "énorme succès" aux Le Mans Esports Series

Article suivant

Les deux Toyota disqualifiées à Silverstone !

Les deux Toyota disqualifiées à Silverstone !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Événement 6H de Silverstone
Catégorie Course
Auteur Basile Davoine
Type d'article Résumé de course