Toyota : "L'EoT n'est pas là pour donner des victoires"

partages
commentaires
Toyota :
Par : Basile Davoine
13 déc. 2018 à 08:47

Dans les rangs du constructeur nippon, on rappelle que l'EoT est un système accepté et qui doit amener les équipes privées à disposer d'un certain potentiel de performance, sans pour autant leur garantir un jour une victoire sur un plateau.

Depuis le début de la Super Saison du WEC, il n'est pas une course qui passe sans que l'Équivalence de Technologie ne fasse parler. Accepté par Toyota, ce système vise à rendre une lutte possible entre les prototypes hybrides et ceux des équipes privées, sans jamais avoir convaincu le grand public jusqu'à présent. Cependant, ses effets se sont faits sentir lors des 6 Heures de Fuji et des 6 Heures de Shanghai, bien que le résultat final ait largement tourné à l'avantage de Toyota dans les deux cas. 

Chez Toyota, on estime que c'est peut-être le principe même de l'EoT qui n'est pas compris, qui plus est à la lumière de la polémique déclenchée par les propos de Fernando Alonso, repris de volée par ses concurrents lorsqu'il a affirmé que les équipes privées allaient désormais plus vite que les Toyota. En rythme pur et dans certains cas de figure, le pilote espagnol n'as peut-être pas tort, mais ce que veut surtout expliquer son directeur technique, Pascal Vasselon, c'est la philosophie même de l'EoT. 

Lire aussi :

"C'est un objectif qui évolue constamment, et ce que nous avons vu lors des dernières courses n'est pas seulement dû aux avantages donnés [par la réglementation]", précise le Français à Motorsport.com. "C'est aussi le fait que les équipes [indépendantes] sont compétentes et progressent. Nous sommes stabilisés, et ces équipes sont très jeunes et progressent. De plus en plus, elles ont un énorme potentiel de performance avec leurs voitures, et elles l'atteignent de plus en plus. Alors ce que nous voyons d'une course à l'autre est cette combinaison de facteurs : un peu d'EoT et un peu de progrès."

"Ce qu'il est important de comprendre, c'est que l'EoT n'est pas là pour donner des victoires. D'une manière ou d'une autre, il faut toujours les mériter. Il faut faire les arrêts au stand correctement, les bons choix de pneus... il faut tout faire correctement. L'intention de l'EoT est de donner un potentiel de performance, puis c'est aux équipes et aux pilotes d'utiliser ce potentiel. L'EoT veut donner un potentiel de performance similaire, ce qui a été le cas depuis Fuji. Et nous nous attendons à ce que les privés continuent à progresser lors des courses à venir."

Un intérêt commun

Jose Maria Lopez, Toyota Gazoo Racing et Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota

En vue des trois dernières manches de la saison en 2019 (Sebring, Spa et Le Mans), l'EoT pourrait encore sensiblement évoluer. Mais pour Pascal Vasselon, il ne fait aucun doute que le système permet déjà de rendre les équipes privées – principalement Rebellion et SMP – compétitives par rapport à Toyota. 

"Mathématiquement, ces voitures peuvent être très rapides", insiste-t-il. "Si l'on construit un exemple en simulation avec les paramètres, elles peuvent fondamentalement être très rapides, et ils y parviennent de plus en plus. C'est encore irrégulier, parfois c'est une voiture, parfois l'autre, mais ils feront de mieux en mieux le travail. Nous sommes déjà dans la fenêtre de fonctionnement où ces voitures peuvent constituer une menace, c'est certain."

"Tout le monde est concerné. Nous sommes là pour faire notre travail, et l'objectif est de gagner des courses, ça ne changera pas. Mais évidemment, c'est notre intérêt commun d'avoir un championnat aussi enthousiasmant que possible. Cependant, c'est toujours un sport, et il est important que ça le reste."

Propos recueillis par Jamie Klein  

Article suivant
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Équipes Toyota Racing
Auteur Basile Davoine