Une Toyota impuissante, mais un retour à l'équité à Shanghai

Les pilotes de la Toyota #7 ont vécu un week-end particulièrement frustrant à Fuji, faisant les frais du nouveau système mis en place en WEC, visant à pénaliser les autos les plus rapides en fonction du classement du championnat.

Une Toyota impuissante, mais un retour à l'équité à Shanghai

Leader du championnat avant Fuji, la Toyota #7 a fait les frais du nouveau système de "success handicap" et n'a jamais pu rivaliser avec la voiture sœur tout au long du week-end. En plus de priver le LMP1 d'une véritable lutte pour la victoire, la situation a fortement frustré Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López, relégués à 50 secondes de la Toyota #8 avant que l'écart ne se réduise de moitié suite à une pénalité infligée aux futurs vainqueurs. 

Lire aussi :

Dès vendredi, à l'issue des premiers essais libres, Kobayashi avait admis une certaine démotivation à l'idée de ne pas pouvoir se battre à armes égales avec ses voisins de garage. Le trio a toutefois fait le meilleur travail possible pour prendre les points de la deuxième place, ce qui permettra de retrouver deux TS050 Hybrid sur un pied d'égalité à Shanghai le mois prochain, compte tenu de leur classement désormais ex-aequo au championnat. 

"Je n'ai pas eu le sentiment du tout [d'avoir eu la moindre chance]", confie Kobayashi à Motorsport.com"Mais j'ai l'impression que nous avions bien géré. Les calculs disaient que nous serions en théorie 90 secondes plus lents que la voiture #8 [sur l'ensemble des six heures]. Nous avons terminé à 33 secondes, donc nous avons fait du bon boulot. Malheureusement, c'est un handicap à la fin. Je pense qu'à l'avenir, nous saurons que dès qu'il y a un écart de points [entre les deux Toyota], si nous faisons une erreur en course ou que nous ne marquons pas de points, les courses suivantes nous serons plus rapides. Nous connaîtrons le résultat [en avance]."

En plus d'une pointe d'amertume, le pilote japonais estime que le "success handicap" complique trop les choses pour que les spectateurs puissent comprendre la course. "C'est dur pour eux de savoir à quel point il y a un handicap", souligne-t-il. "Je dirais que c'est dur de calculer quel est vraiment le handicap. L'équipe le calcule autant que possible, mais au final ce n'était pas précis. Nous pouvons parfois dire que ce sera quatre dixièmes, six dixièmes, au final nous ne savons pas."

Le sentiment de Kobayashi est partagé par López, qui ne cache pas qu'il a fallu adopter une approche différente pour l'équipage #7 à Fuji, ainsi que pour la manière de gérer le championnat sur sa globalité. "Dans l'ensemble, la performance était bonne, nous étions parfois plus rapides que la #8", fait remarquer l'Argentin. "Compte tenu du handicap, terminer à 30 secondes est un bon résultat pour nous. Quand on met le casque, on essaie de s'adapter et de tirer le maximum de la voiture. C'est notre boulot, peu importe la pénalité ou le règlement. Il faut essayer."

"Maintenant, à Shanghai ce sera de nouveau pareil. S'ils sont meilleurs à Shanghai, nous serons meilleurs la course d'après. Le système est conçu pour ça, on ne pourra jamais s'échapper au championnat car une autre voiture sera toujours plus rapide. L'important, c'est de ne pas connaître d'abandon, de continuer à marquer des points, et d'arriver jusqu'au Mans, qui est la course qui fera la différence."

Propos recueillis par Jamie Klein  

partages
commentaires
Pas de match à Fuji, la Toyota #8 gagne sans opposition
Article précédent

Pas de match à Fuji, la Toyota #8 gagne sans opposition

Article suivant

Pour Toyota, Rebellion pourra gagner dès Shanghai

Pour Toyota, Rebellion pourra gagner dès Shanghai
Charger les commentaires
Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse Prime

Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse

Le duel entre Ferrari et Porsche pour le titre mondial en GTE Pro a pris une tournure délicate à Bahreïn, où un accrochage entre Alessandro Pier Guidi et Michael Christensen a marqué les derniers instants de course. Ferrari n'est que provisoirement titré, car Porsche a fait appel.

WEC
9 nov. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021