Toyota prend des "risques financiers" avec une troisième voiture

Aligner un troisième proto LMP1 aux 24 Heures du Mans représente un véritable risque financier pour Toyota Gazoo Racing, dont le budget 2017 n'a pas pour autant augmenté.

Pour la première fois depuis le début de son programme LMP1 en 2012, Toyota a pris la décision d'aligner une troisième TS050 Hybrid au Mans en juin prochain. Ce prototype supplémentaire permettra au constructeur japonais de mettre toutes les chances de son côté pour tenter d'aller chercher une victoire qui le fuit irrémédiablement depuis tant d'années.

Étendre le programme à trois voitures pour Spa et Le Mans n'est pas anodin pour Toyota, et n'avait rien d'une décision facile. Il s'agit notamment d'une véritable prise de risque financière.

"Si nous avons des accidents, par exemple, nous serons en difficulté financière et nous devrons faire des économies drastiques à un certain moment", explique Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota, à Motorsport.com.

En effet, l'engagement d'une troisième Toyota dans la Sarthe ne s'accompagne pas pour autant d'une augmentation du budget alloué par la marque nippone à son programme de course. Ce choix a en fait été rendu possible en faisant des économies dans d'autres domaines.

"Nous avons dû gérer notre budget, nous n'avons pas eu davantage de budget", prévient Vasselon. "Nous avons réduit certaines parties du développement sans affecter notre objectif de performance et, dans le même temps, nous avons pris certains risques financiers."

Les leçons du passé

Le Français ne le cache pas, le souvenir douloureux des éditions 2014 et 2016 des 24 Heures du Mans, où Toyota s'était montré dominateur mais avait perdu la victoire en raison de problèmes de fiabilité, ont poussé le constructeur à opter pour l'engagement d'une troisième voiture.

"Si l'on regarde les trois dernières années, nous avons été à deux reprises en position de gagner Le Mans, et à deux reprises nous avons connu exactement le même scénario avec une voiture ayant eu un accident et la seconde touchée par un problème de fiabilité exceptionnel", rappelle Vasselon. "Vivre le même scénario deux fois en trois ans nous pousse fortement à avoir une troisième voiture."

La décision d'engager ce troisième prototype LMP1 a également été motivée par la stabilité réglementaire décidée en fin d'année dernière par l'ACO et la FIA. L'an dernier, Toyota a introduit une toute nouvelle motorisation sur sa TS050 Hybrid avec un V6 turbo et une hybridation entièrement revue, le super-condensateur cédant sa place à un système de batterie. La possibilité de s'appuyer sur cette base en continuant à la développer a été un facteur déterminant.

Propos recueillis par Gary Watkins

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WEC
Équipes Toyota Racing
Type d'article Actualités
Tags endurance, finances, lmp1, ts050 hybrid