Les Toyota seront bien ralenties pour les 24 Heures du Mans

La performance de Toyota sera revue le mois prochain lors des 24 Heures du Mans, contrairement à ce que le constructeur avait initialement annoncé.

Les Toyota seront bien ralenties pour les 24 Heures du Mans

Les deux Toyota TS050 Hybrid pèseront dix kilos de plus comparé à 2018, conformément à l’EoT (Équivalence de Technologie) publiée pour les essais qui se tiendront au Mans le 2 juin prochain. La dernière mise à jour de l’EoT, qui est susceptible de changer avant la dernière manche du Championnat du monde d'Endurance les 15 et 16 juin, indique que l'avantage d'une demi-seconde au tour dont le constructeur dispose au Mans, et qui était en place l'an dernier, a été réduit.

Lire aussi :

Cette marge, équivalente à 0,25% par tour, était l'une des conditions pour que Toyota accepte les modifications apportées à la réglementation avant le début de la Super Saison du WEC 2018-2019, les responsables à l’origine de cette règle voulant réduire l'écart entre le constructeur restant en LMP1 et les privés.

Toyota avait accepté la suppression de cet avantage à l’occasion des 6 Heures de Fuji en octobre dernier, mais avait publiquement déclaré à ce moment-là que cet accord signifiait que la règle serait de nouveau mise en place au Mans. Un nouvel accord semble donc avoir été trouvé pour diminuer une grande partie de la demi-seconde théorique, le tour de course le plus rapide d’un team privé au Mans l’an dernier ayant été 3"4 plus lent que le meilleur temps de Toyota.

Les changements apportés à l’EoT et le développement mené par les privés ont réduit l’écart avec Toyota qui ne disposait, par exemple, que d’une avance de 0"6 lors des qualifications des 6 Heures de Spa cette année, contre 1"4 en 2018, sur un circuit deux fois moins long que celui du Mans.

Les 10 kg supplémentaires représentent une réduction par rapport aux 26 kg de plus vis-à-vis du poids minimum que Toyota a accepté avant les 6 Heures de Fuji, et qui est depuis mis en place en WEC. La diminution semble refléter la plus faible quantité d'énergie hybride que les Toyota peuvent libérer par kilomètre lors d’un tour au Mans, par rapport aux autres courses du WEC. Le nouveau poids minimum des Toyota est désormais de 888 kg, contre 904 à Fuji, Shanghai, Sebring et Spa.

Le poids minimum pour les privés turbos, qui ne concerne désormais plus que les BR1 du SMP Racing, reste inchangé avec 833 kg. Les voitures à moteur atmosphérique qui composent le reste du plateau devront peser 816 kg, une réduction de deux kilos depuis Sebring en mars, et de 27 kg depuis Le Mans l’an dernier.

Toyota disposait également d’un avantage d'un tour sur la durée des relais avant ravitaillement en carburant ainsi que d’un avantage de cinq secondes sur le temps nécessaire pour faire le plein au Mans en 2018. La dernière mise à jour de l'EoT n'indique pas clairement si les TS050 les conserveront lors de l’épreuve du mois prochain.

Le nombre maximum de litres d’essence par relais n’a pas encore été défini pour les privés, bien que Toyota soit autorisé à en consommer 35,1 litres, comme l’année passée, ce qui représentera 11 tours du circuit sarthois sur piste sèche et sous drapeau vert.

Lire aussi :

Les restricteurs de ravitaillement, qui définissent la quantité de carburant qui pénètre dans les voitures, doivent également être spécifiés pour les privés. Toyota aura par ailleurs de nouveau une limitation de 19 mm de diamètre. Le débit maximal autorisé en P1 reste de 80 kg par heure pour Toyota, contre 115 kg/h pour les privés, qui se voient augmentés par rapport aux 24 Heures du Mans 2018 où ils disposaient de 108 kg/h.

partages
commentaires
DragonSpeed va stopper son programme LMP1

Article précédent

DragonSpeed va stopper son programme LMP1

Article suivant

BMW met fin à son programme en WEC après une seule saison

BMW met fin à son programme en WEC après une seule saison
Charger les commentaires
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021