Toyota aurait souffert à la régulière contre Rebellion

Toyota s'attendait à être repoussé dans ses derniers retranchements par Rebellion à Bahreïn, mais le chaos du départ a finalement préservé le constructeur japonais d'un tel duel.

Toyota aurait souffert à la régulière contre Rebellion

Si Toyota a renoué avec le succès et signé à Bahreïn un doublé somme toute confortable, le clan japonais estime que ça n'aurait pas été le cas sans les problèmes rencontrés par Rebellion. L'équipe suisse a perdu gros dans un accrochage au départ, puis à cause de problèmes de boîte de vitesses qui pourraient être liés à cet incident. "Sans leur arrêt au stand pour le passage des rapports, ça aurait été serré", assure Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota. "Nous aurions gagné de justesse, vraiment de peu."

Lire aussi :

Même après le tête-à-queue, et sans les problèmes de boîte, la Rebellion de Senna-Menezes-Nato aurait constitué une menace selon les estimations de Toyota. Au final, l'écart sur la ligne d'arrivée était de trois tours, dû à l'arrêt impromptu mais certainement pas au rythme affiché. "En moyenne, ils étaient vraiment plus rapides, mais pas de beaucoup, et nous étions plus rapides dans les stands", précise Pascal Vasselon. "Nous nous attendions à être plus lents [que Rebellion], mais c'était une marge que nous pensions pouvoir récupérer si nous faisions une course parfaite. Signer un doublé n'était pas ce que nous attendions, mais c'est l'objectif que nous avions donné à l'équipe."

En revanche, il n'y a pas eu de match entre les deux TS050 Hybrid, la #7 de Conway-Kobayashi-López s'étant échappée d'entrée. Pour la voiture sœur de Buemi-Hartley-Nakajima, la zizanie semée par Charlie Robertson au départ a eu des conséquences. Sébastien Buemi a dû éviter l'accrochage mais a tout de même subi un contact avec le proto LMP2 de United Autosports. "J'ai piloté avec les dégâts, donc j'ai détruit les pneus, ce qui a rendu le deuxième relais vraiment dur", explique le Suisse.

Plus tard dans la course, Kazuki Nakajima a subi un léger contact avec une GTE dans le trafic, qui a endommagé une partie de la voiture ainsi que le fond plat. Toyota a tenté un pari en chaussant les pneus tendres lorsque Buemi a repris le volant dans la cinquième heure, en vain. "Nous étions à 1'15 donc nous avons tenté les tendres", confirme Buemi. "Nous espérions que ça puisse fonctionner, mais ça n'a pas été le cas, c'est comme ça. La course a mal tourné pour nous après seulement 500 mètres. Nous avons connu une mauvaise journée, mais nous avons tout de même réussi à terminer deuxième."

Propos recueillis par Gary Watkins  

partages
commentaires
Senna en colère : "Ce type a détruit notre course"

Article précédent

Senna en colère : "Ce type a détruit notre course"

Article suivant

Toyota a testé trois rookies malgré la pluie à Bahreïn

Toyota a testé trois rookies malgré la pluie à Bahreïn
Charger les commentaires
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021