Pour Toyota "la surprise, c'est que Rebellion soit si lent"

Rebellion a décroché la première pole position d'un prototype LMP1 non hybride en WEC, à Shanghai, mais pour Toyota il s'agit d'un résultat attendu. Le constructeur japonais souligne que la surprise est en fait ailleurs...

Pour Toyota "la surprise, c'est que Rebellion soit si lent"

Avant même la séance de qualifications à Shanghai, Toyota se savait condamné à la quatrième et à la cinquième place, ses autos étant trop affaiblies par le handicap de performance évalué à 2"7 au tour pour cette manche. La piste a confirmé les attentes du constructeur japonais, devancé par Rebellion et Ginetta.

"Nous le savions, il n'y a aucune surprise", souligne le directeur technique Pascal Vasselon, qui accepte les règles d'un jeu auquel son équipe était favorable, mais dont l'évolution avec un coefficient d'application augmenté après Silverstone est moins apprécié. "La correction nous amène probablement dans une zone où le handicap est trop important, et c'est un peu problématique", fait remarquer Vasselon. "Mais fondamentalement, nous soutenons le principe. Nous pensons qu'il y n'aurait pas dû y avoir de surréaction après Silverstone, pour conserver des chiffres plus raisonnables. C'est juste allé un peu trop loin, surtout par rapport aux LMP2 et aux GTE, que nous avons du mal à doubler."

Lire aussi :

Si le résultat dans l'exercice n'est donc pas une surprise pour Toyota, il y a tout de même un certain étonnement qui règne à la lecture des chronos. L'an passé, la TS050 Hybrid tournait en 1'42"6 à Shangai, et une fois ses performances abaissées elle évolue désormais en 1'46"5, ce qui est conforme aux simulations du constructeur. En revanche, le rythme des Rebellion a lui aussi chuté, en dépit de la pole position décrochée par l'équipe suisse, avec une perte de 2"5 que la concurrence ne s'explique pas.

"La surprise, c'est que Rebellion soit si lent", lâche Vasselon, circonspect. "Nous n'avons pas de référence pour les Ginetta, avec la Rebellion c'est très étrange. Ils auraient dû être en 1'43 ou dans la fourchette basse des 1'44. Nous n'avons pas d'explication pour laquelle ils sont en 1'46. L'écart avec les LMP2 est incroyable. L'année dernière ils étaient 5"6 plus rapides que les meilleurs LMP2. Cette année, ils ne sont que 2"3 plus rapides. C'est juste incroyable. Je ne comprends pas comment la Rebellion peut être aussi lente. Il n'y a pas d'explication simple, sachant qu'ils ont fait du développement pneumatique, qui normalement améliore les problèmes dont ils souffraient. Je ne laisse rien entendre, je réunis juste les chiffres, et ils sont incroyables."

Toyota va laisser filer au départ

#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Brendon Hartley

Dans ce contexte, Toyota a quasiment fait le service minimal en qualifications, en économisant notamment un train de pneus neufs pour la course avec ses deux autos. Sans ce sacrifice, une place devant les Ginetta était peut-être envisageable, mais le choix a été d'assurer un début de course prudent pour miser sur la longueur de l'épreuve, bien qu'elle ne soit que de quatre heures.

"Avec un second train de pneus, nous aurions pu être en première ligne", explique Vasselon. "La pole position était hors de portée, c'est pour cela que nous n'avons pas chaussé de deuxième train de pneus. Dans ce cas-là, nous préférons l'économiser pour la course. L'autre élément, c'est que nous savons que nous n'avons aucune chance dans les lignes droites face aux Ginetta. Il n'y avait donc aucun intérêt à se qualifier devant eux et prendre le risque d'être doublés. Nous avons préféré les laisser se qualifier devant, se battre avec Rebellion, peut-être se toucher, et avoir un départ plus sûr. Nous n'avons aucune chance en pneus neufs au début de la course, ils seront bien plus rapides que nous. Nous misons sur une course différente."

Propos recueillis par Jamie Klein  

partages
commentaires
Rebellion s'offre la pole à Shanghai, Toyota impuissant

Article précédent

Rebellion s'offre la pole à Shanghai, Toyota impuissant

Article suivant

Senna : Rebellion a désormais "tout à perdre" à Shanghai

Senna : Rebellion a désormais "tout à perdre" à Shanghai
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021