Une pige mondiale réussie pour les Français du Pegasus Racing

Habituels protagonistes du championnat ELMS, les Français du Pegasus Racing ont signé une première apparition remarquée en WEC à Shanghai, où leur Morgan-Nissan s’est offert le luxe de dominer le LMP2 durant la première moitié de l’épreuve.

Le challenge était ardu pour la structure alsacienne dirigée par Julien et Claude Schell. Soutenu par Total Chine, le projet d’une première participation en WEC à Shanghai a nécessité une véritable course contre la montre, la voiture étant chargée pour la Chine juste après l’ultime manche de l’ELMS à Estoril.

Au final, le Pegasus Racing peut se réjouir de sa prestation lors des 6 Heures de Shanghai avec son équipage inédit Alex Brundle/David Cheng/Ho Pin Tung. Qui aurait cru en effet que la Morgan-Nissan bleue et rouge allait dominer la catégorie LMP2 durant toute la première moitié de la course pour sa première apparition à l’échelon mondial?

"Sous la pluie des premières heures, c’est vrai que l’on a super bien roulé", explique Julien Schell à Motorsport.com. "Avec Alex (Brundle), la voiture était même 10 secondes plus vite au tour à un moment donné. Dans ces conditions, le package Morgan/Michelin était tout simplement redoutable. Ainsi, on a connu trois relais assez fantastiques, avec Ho-Pin (Tung) également très performant au volant avant que la pluie ne cesse".

En effet, les performances de la Morgan-Nissan du Pegasus ont subi un coup d’arrêt dès lors que la pluie devenait moins soutenue, et que la piste commençait à s’assécher. "Avec le changement d’adhérence, les Dunlop étaient cette fois plus performants", continue Julien Schell. "Ho-Pin s’est débrouillé comme il le pouvait, puis David (Cheng) a été lancé avec les slicks. Dès lors, les derniers relais étaient plus difficiles, et nous avons perdu des positions". 

Le WEC n'est pas à l'ordre du jour.

Julien Schell, team manager du Pegasus Racing.

"Au final, la 5e place des LMP2, ce n’est pas si mal", ajoute Schell. "Le niveau est tout de même extrêmement relevé en WEC. En LMP2, chaque équipage est composé de trois très bons pilotes, nous n’avons pas à rougir de notre prestation. Et puis nos partenaires étaient heureux de notre performance, il y avait beaucoup de monde dans notre stand, l’expérience était vraiment positive". 

Pour autant, ce coup d’essai en mondial d’Endurance devrait demeurer sans suite pour l’équipe basée dans la banlieue de Strasbourg. "Le WEC n’est pas à l’ordre du jour", confirme Julien Schell. "Pour l’instant, nous nous concentrons sur notre programme en ELMS et les 24 Heures du Mans". 

A propos de cet article
Séries WEC , ELMS
Événement Shanghai
Circuit Shanghai International Circuit
Pilotes Ho-Pin Tung , Alex Brundle , David Cheng
Type d'article Résumé de course
Tags lmp2, pegasus, wec