Mais qu'arrive-t-il à Timmy Hansen ?

Le jeune coéquipier de Sébastien Loeb chez Peugeot-Hansen connaît un début de championnat limite cauchemardesque et espère lancer enfin sa saison à Lydden Hill.

Mais qu'arrive-t-il à Timmy Hansen ?
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen, et Sébastien Loeb, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen, Johan Kristoffersson, Volkswagen Team Sweden, Mattias Ekström, EKS RX Audi S1, Petter Solberg, PSRX Citroën DS3 RX, et Sébastien Loeb, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Podium : le vainqueur Mattias Ekström, EKS RX, le 2e Sébastien Loeb, Team Peugeot Hansen, le 3e Petter Solberg, Petter Solberg World RX Team
Sébastien Loeb, Team Peugeot Hansen
Sébastien Loeb, Team Peugeot Hansen, en tête
Petter Solberg, Petter Solberg World RX Team
Mattias Ekström, EKS RX

Trois fois vainqueur dans la seconde moitié de la saison dernière et vice-Champion du monde après avoir représenté une menace presque jusqu'au bout pour Petter Solberg, Timmy Hansen faisait partie des favoris logiques du Championnat du monde de Rallycross en 2016. Mais ses chances de titre paraissent déjà compromises après seulement trois manches sur 12, dans une discipline où des points sont attribués à tous les stades d'un week-end de course et où la régularité prend donc une part prépondérante dans le résultat.

Que s'est-il donc passé ? “Les courses précédentes ont été plutôt difficiles pour moi et j’espère vraiment entamer une série plus positive”, dit le jeune Suédois avant le rendez-vous de Lydden Hill, ce week-end. “Je sais que j’ai la pointe de vitesse pour cela.”

En effet, l'aîné des frères Hansen a été victime d'un réel manque de réussite mais a également commis quelques erreurs, peut-être dues en partie à la présence à ses côtés de Sébastien Loeb, qui a capté une bonne partie de l'attention des médias et du public ces derniers mois.

Tout nonuple Champion du monde WRC qu'il soit, Loeb est un quasi-débutant en Rallycross et Hansen, bien plus expérimenté dans la discipline malgré ses 24 ans seulement - il les a fêtés le 21 mai - se devait sans doute de s'affirmer comme le leader de l'équipe dirigée par son père, Kenneth.

Galères en série

Mais les choses ont mal tourné dès la course d'ouverture à Montalegre, au Portugal. Huitième de la première manche après avoir été devancé par Mattias Ekström mais aussi Liam Doran lors de sa série, il a provoqué un faux départ en Q2 qui l'a forcé à effectuer un deuxième passage par le tour Joker. Seulement quatrième de sa série et 14e de la manche, il n'occupait que la 12e et dernière place qualificative au classement provisoire le samedi soir.

Les choses se sont un peu améliorées le lendemain avec une deuxième place dans sa série en Q3 et le septième temps de la manche. En Q4, enfin, il détenait le meilleur temps de course avant d'être devancé par les cinq participants à la quatrième et dernière série. Neuvième du classement intermédiaire, il a vu sa demi-finale gâchée dès le premier freinage quand, coincé à la corde par Robin Larsson, il s'est accroché avec ce dernier puis a légèrement touché Ekström et a été contraint à l'abandon des suites de ces contacts.

On pensait avoir retrouvé le Hansen de 2015 le vendredi à Hockenheim, avec une victoire et une deuxième place en séries assorties de deux deuxièmes places en Q1 et Q2. Mais l'incendie frappant sa 208 durant sa troisième course (“C'est comme voir sa maison brûler”, avait-il décrit, manifestement choqué, à Motorsport.com), probablement dû à un problème au niveau d'une conduite de carburant, allait lui coûter doublement cher. En effet, ses mécaniciens étant parvenus à réparer la voiture à temps pour la Q4, il y a remporté sa série et pris la troisième place... avant d'être déclassé pour poids non conforme, autre conséquence du problème précédent selon l'équipe.

Résultat : ayant rétrogradé à la 18e place à l'issue des quatre manches, Hansen se trouvait éliminé avant les demi-finales.

Reste la Belgique où, après avoir été retardé par Larsson en Q1 (12e temps, quatrième de sa série remportée par... Loeb), il s'est repris avec deux cinquièmes places en Q2 (vainqueur de sa série) et Q3 (seulement quatrième, mais de la plus rapide). Encore quatrième de sa série en Q4 et huitième chrono, il terminait sixième à l'issue des manches qualificatives et se qualifiait à Mettet pour sa seconde demi-finale de l'année. Hélas, comme au Portugal, il provoquait un faux départ et devait passer deux fois par le tour Joker. Au prix d'un bel effort, il terminait sur les talons d'Anton Marklund mais manquait de peu sa qualification en finale...

Faisons les comptes : Hansen n'a toujours pas pris part à une finale cette année quand Mattias Ekström et Petter Solberg en ont disputé trois chacun et son équipier Loeb, deux. Ce dernier l'a par ailleurs devancé lors de huit manches qualificatives disputées sur 12.

Seulement 13e du championnat, il compte 55 points de retard sur le Suédois, homme fort de ce début de saison, et le Norvégien qui fait mieux que s'accrocher. Il est également devancé par son ancien équipier Davy Jeanney, sur une 208 en version 2015 engagée par l'équipe “B” de Peugeot-Hansen.

Alors, qu'arrive-t-il à Timmy Hansen ? Le talent et la fougue ne se sont pas envolés comme ça, même s'il aurait sans doute gagné à tempérer quelque peu cette dernière. Il a peut-être été cueilli légèrement à froid par le niveau de performance de Loeb, mais sa mésaventure de Hockenheim, où il pouvait clairement s'imposer, lui a cependant coûté cher au point que sans elle, le regard posé sur sa situation actuelle pourrait ne pas du tout être le même.

"Une de mes pistes préférées"

Tout peut encore changer, bien sûr, peut-être dès ce week-end en Grande-Bretagne dans le berceau du rallycross qui a vu naître la discipline il y a près de 50 ans.

Lydden Hill est une de mes pistes préférées. J’aime ses longues courbes et le rythme fluide que requiert son tracé”, dit Hansen. “Le premier virage est, selon moi, l’un des plus intéressants de toute la saison. Il est en terre avec un petit passage en asphalte. Il est vraiment très sympa à négocier.”

Je pense que c’est une piste qui convient bien à la Peugeot 208 WRX ainsi qu’à mon style de pilotage. J’y ai de bons souvenirs. C’est sur cette piste que j’ai disputé ma première course en tant que pilote de Rallycross à plein temps [en 2013]. J’avais terminé sur le podium et j’espère qu’il en sera de même cette semaine.”

C'est tout le mal qu'on lui souhaite, histoire de dynamiter encore un peu plus le peloton même si revenir dans la course au titre s'annonce (déjà) difficile.

partages
commentaires
Loeb - "Il reste encore un peu de travail"

Article précédent

Loeb - "Il reste encore un peu de travail"

Article suivant

Trois Polo pour mettre fin à un an de disette

Trois Polo pour mettre fin à un an de disette
Charger les commentaires