Peugeot-Hansen : une affaire de famille, mais pas seulement

partages
commentaires
Peugeot-Hansen : une affaire de famille, mais pas seulement
Par : Jean-Philippe Vennin
12 déc. 2015 à 18:00

Patron de l'équipe franco-suédoise titrée Championne du monde 2015 en World RX, Kenneth Hansen revient sur la saison et nous présente sa petite entreprise sur laquelle s'appuie une plus grosse...

Davy Jeanney, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Le vainqueur Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Départ : Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen, en tête
Podium : Le vainqueur Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen, Andreas Bakkerud, Olsbergs MSE (2e), et Johan Kristoffersson, Volkswagen Team Sweden (3e)
Davy Jeanney, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Le vainqueur Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen, le deuxième, Davy Jeanney, Team Peugeot Hansen
Davy Jeanney, Team Peugeot Hansen et Anton Marklund, EKSRX Audi S1 quattro
Le vainqueur Davy Jeanney, Team Peugeot Hansen
Andrew Jordan and Davy Jeanney, Team Peugeot Hansen
Podium : le deuxième, Petter Solberg, SDRX Citroën DS3, le vainqueur Davy Jeanney et le troisième, Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Davy Jeanney, Team Peugeot Hansen
Podium : le vainqueur Davy Jeanney, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Le vainqueur Timmy Hansen, Team Peugeot-Hansen
Henning Solberg, Per Eklund VW Beetle et Davy Jeanney, Team Peugeot Hansen
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Davy Jeanney, Team Peugeot Hansen
Le vainqueur Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen, le deuxième, Davy Jeanney, Team Peugeot Hansen

Peugeot et Hansen ont remporté le titre mondial par équipe, au mois d'octobre en Italie, avant même le terme de l'an deux de leur association. C'est en effet il y a deux ans à peine, alors que sa structure faisait courir des Citroën DS3 entièrement préparées par ses soins, que Kenneth Hansen, fondateur de l'écurie du même nom, a été approché par Peugeot Sport.

D'ailleurs, comment le passage de l'une à l'autre des marques du groupe PSA s'est-il déroulé ?

Je ne suis pas sûr qu'il y ait eu une connexion,” explique Hansen à Motorsport.com. “Citroën a changé de voie, avec le WRC et le WTCC. Bien sûr, nous aurions pu continuer avec eux mais je pense que leur aide aurait été très faible, et nous savions que pour réussir en championnat du monde, il nous fallait un bon partenaire.”

Il y a tout juste deux ans, à Lohéac, Bruno Famin [Directeur de Peugeot Sport] est venu nous voir et nous avons entamé des discussions. Nous sommes allés visiter Peugeot Sport à Vélizy et en début d'année suivante, la décision a été prise de se lancer.”

Nous n'avons pas vraiment bien débuté la saison, il nous manquait surtout de la vitesse. Nous n'étions pas très loin, mais pas en mesure de gagner.

Kenneth Hansen, le patron de l'équipe

Après une belle montée en puissance tout au long de la saison 2014 et une première victoire pour Timmy Hansen à Franciacorta, les 208 Supercar WRX aux couleurs de Red Bull semblaient devoir être placées au rang de favorites cette année – au même titre que les Ford Olsbergs titrées en 2014. En fait, les deux équipes ont d'abord dû subir la loi de l'indépendant Petter Solberg, vainqueur à trois reprises sur les cinq premiers rendez-vous, et il fallu attendre le sixième, à Estering en Allemagne, pour voir s'imposer Davy Jeanney, la nouvelle recrue de l'équipe cette année.

Nous n'avons pas vraiment bien débuté la saison, il nous manquait surtout de la vitesse,” reconnaît Hansen, lui-même 14 fois Champion d'Europe et dix fois Champion de Suède en tant que pilote! “Nous n'étions pas très loin, mais pas en mesure de gagner. Nous avons travaillé dur, essayé de trouver des solutions. Mais à cette période, je me suis dit : si on arrive à rejoindre l'équipe Ford, en particulier, avant la fin de saison, ce sera bien.”

Quatre succès de rang

Puis nous avons fait des tests en Suède pour mieux comprendre la voiture, juste avant l'Allemagne,” poursuit-il. “Et là, nous avons trouvé plus de vitesse. Après, nous avons été très forts. Bien sûr, on a connu quelques incidents, des petites choses qui arrivent en rallycross, mais on a repris beaucoup de points.”

Cela a commencé par une victoire perdue sur tapis vert en Suède, justement, après une attaque un peu trop musclée de Timmy Hansen (à revoir en vidéo) sur Mattias Ekström dans le dernier virage (“Avec le recul, je trouve que c'était trop sévère car Timmy a toujours gardé deux roues sur la piste,” estime Kenneth Hansen), puis une seconde victoire de Jeanney au Canada et trois pour Hansen en France, Norvège et Turquie – où il réduisit quasiment de moitié son retard sur Solberg au championnat pilotes. Soit quatre succès en finale sur les huit dernières manches en comptant l'Argentine, où le fiston s'est incliné pour le titre pilotes face à Solberg.

De quoi, en revanche, remporter le titre par équipe dès l'avant-dernière manche en Italie, théâtre de la première victoire un an plus tôt. Justement, faut-il parler de constructeur ou d'équipe ? Peugeot-Hansen est-elle une écurie privée soutenue par Peugeot, ou l'engagement officiel du Lion qui s'appuierait sur Hansen?

Je dirais entre les deux. Ils construisent la voiture et nous l'alignons en course,” répond Kenneth Hansen, dont le père et la mère s'occupent de l'hospitality du team sur les courses, ce qui renforce le côté petite structure familiale. Une équipe semi-officielle, donc? “Oui, et je pense que c'est la voie à suivre en rallycross. Je veux dire que si un constructeur vient seul en rallycross, j'ai un peu peur que l'essence même de notre discipline en soit changée.”

C'est le message que j'essaie de faire passer au promoteur : en rallycross, nous essayons de rester toujours proches des gens qui viennent voir les courses. Ils peuvent venir là [il montre l'espace de son écurie sur le paddock], parler avec les pilotes, presque toucher les voitures. Nous ne voulons pas ressembler à la Formule 1, ni même au WRC qui est un clone de la Formule 1. Nous voulons que l'esprit du rallycross perdure.”

Si un constructeur vient seul en rallycross, j'ai un peu peur que l'essence même de notre discipline en soit changée.

Kenneth Hansen, parlant d'une équipe "semi-officielle"

Il en est cependant dans le paddock du World RX pour considérer davantage l'équipe comme tout ce qu'il y a de plus officielle. Quoi qu'il en soit, l'ancien pilote ne voit que des bonnes choses dans son association avec Peugeot Sport.

Travailler avec les gens de PSA est génial. C'est très important d'avoir la passion de bien faire les choses, et on ressent la même chose chez Peugeot. C'est une grande équipe, une grande famille.”

À l'entendre, tout ne serait donc bien qu'une affaire de famille. Ou de familles, plutôt, avec un rôle bien défini pour la plus grande.

Peugeot nous aide à développer la voiture, à la construire aussi, et nous indique la direction à suivre. Si nous avons des problèmes techniques, il peuvent nous aider à les identifier et les résoudre. Le concepteur en chef vient de chez Peugeot. Sur les courses [où l'équipe comprend au total une vingtaine de personnes], nous avons toujours des ingénieurs mais pas nécessairement de chez eux.”

Et Hansen de conclure, en forme de résumé : “Ce n'est pas pour courir que nous avons forcément d'eux [Peugeot] mais dans la phase de fabrication et pour apporter des évolutions, beaucoup plus. Nous avons tous une grande expérience et nous nous écoutons les uns les autres.”

 

Prochain article World Rallycross
Le film de la saison – 13 manches, 13 images

Article précédent

Le film de la saison – 13 manches, 13 images

Article suivant

Les deux équipes engageant des Volkswagen fusionnent

Les deux équipes engageant des Volkswagen fusionnent

À propos de cet article

Séries World Rallycross
Pilotes Timmy Hansen , Davy Jeanney
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Actualités