Les pilotes du World RX regrettent déjà Lydden Hill

partages
commentaires
Les pilotes du World RX regrettent déjà Lydden Hill
Par : Jean-Philippe Vennin
26 mai 2017 à 07:06

C'est un anniversaire un peu triste que connaît la légendaire piste de rallycross anglaise, où la discipline est née il y a 50 ans, qui accueille pour la dernière fois ce week-end le Championnat du monde – avant de laisser la place à Silverstone.

Mattias Ekström, EKS RX Audi S1
Lydden Hill vu du ciel
Petter Solberg, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo GTi
Toomas Heikkinen, Sébastien Loeb et Timmy Hansn au départ
Johan Kristoffersson, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo GTi
Timmy Hansen, Team Peugeot Hansen
Mattias Ekström, EKS, avec les médias
Le public de Lydden Hill
Kevin Hansen, Team Peugeot Hansen
Le vainqueur Mattias Ekström, EKS RX Audi S1
Ken Block, Hoonigan Racing Division Ford
Sebastien Loeb, Team Peugeot-Hansen, Peugeot 208 WRX
Timmy Hansen, Team Peugeot-Hansen, Peugeot 208 WRX

Ce circuit, situé à mi-chemin entre Canterbury et Douvres, est l'un des deux seuls situés dans le Kent, avec celui de Brands Hatch qui accueillit longtemps la Formule 1 ainsi que l'Endurance et, à l'occasion, l'IndyCar. Surnommé "The Home of Rallycross", il est, à juste titre, considéré comme le berceau de la discipline, et parmi les générations de pilotes qui s'y sont illustrés par centaines, les stars étrangères du tout jeune World RX ne sont pas les derniers à en chanter les louanges.

"Lydden Hill est l'endroit où l'aventure de [son équipe] PSRX a débuté en 2013", rappelle Petter Solberg, aujourd'hui à la tête de PSRX Volkswagen Sweden qui a remporté sa première victoire, il y a trois semaines en Belgique, avec Johan Kristoffersson. "Le rallycross a une longue histoire dans ma famille [dont à peu près tous les membres l'ont pratiqué, ndlr], alors vous pouvez imaginer que Lydden Hill tient une place particulière dans nos cœurs. Je me revois, quand j'étais jeune, regarder mes héros comme Martin Schanche passer dans des virages tels que Paddock Bend, et juste me dire combien j'aimerais faire ça."

"Il y a deux ans, j'ai gagné à Lydden Hill et tandis que je me tenais sur le toit de la voiture, l'histoire on étaient incroyables. Ce serait le parfait endroit pour moi où célébrer ma première victoire de la saison, ce week-end – cela signifierait tellement pour moi de quitter Lydden Hill sur une victoire. Mais je suppose qu'il y a quelques autres gars qui pensent la même chose !"

Le Coude du Diable

Parmi eux se trouve Kristoffersson, qui l'a quelque peu malmené depuis le début de saison. Si le jeune Suédois prend manifestement avant tout le rendez-vous de ce week-end comme un autre dans la conquête du titre, lui qui s'est rapproché à trois points de Mattias Ekström en Belgique, il insiste toutefois : "Comme l'a dit Petter, cela va être un week-end plein d'émotions. Tous ceux qui adorent notre sport connaissent cet endroit et y courir une dernière fois pour l'instant procurera un sentiment étrange." Et d'ajouter une petite touche plus intime : "J'ai un souvenir particulier de Lydden parce que mon premier et, pour l'instant, unique enfant est né le jour où j'y ai couru pour la première fois, et je suis monté sur la troisième marche du podium."

 

Ekström, quant à lui, est moins loquace concernant les lieux où il tentera de reprendre un peu d'air cette année, privilégiant l'aspect sportif. "Les courses sont toujours très sympa ici, et mes duels avec Petter, en particulier, sont légendaires", rappelle-t-il. Mais ses équipiers, eux, sont plus enthousiastes. "J'adore vraiment ce circuit", dit Toomas Heikkinen. "Devil's Elbow [littéralement : le Coude du Diable] est un des meilleurs virages de tout le calendrier du World RX." Et le pilote de la troisième Audi du team EKS, Reinis Nitiss, ajoute : "[C'est] une piste fantastique ! En 2015, j'étais en finale et j'ai fini cinquième. Cette fois, je veux être en lice tout à l'avant."

Dans les années 90, parmi les adversaires de Martin Schanche, évoqué plus haut, figurait un certain Kenneth Hansen, 14 fois Champion d'Europe et qui est aujourd'hui à la tête du Team Peugeot-Hansen, pour l'instant la troisième "grosse cylindrée" du championnat cette année.

"J’ai personnellement beaucoup de souvenirs liés à cette piste. En tant que pilote, j’y ai vécu de très bons moments… ainsi que quelques désastres !", dit le Suédois, qui glisse, en passant, que le circuit devrait bien convenir à la 208 WRX Supercar. Et, preuve que Lydden Hill réunit toutes les générations, ses deux fils, qui pilotent l'un et l'autre pour l'équipe qu'il dirige, précisent qu'ils y ont lancé leur carrière en rallycross et s'y disent très attachés.

"Lydden Hill est l’une des mes pistes préférées", assure ainsi l'aîné, Timmy. "Lorsque je suis passé du circuit au rallycross, cette piste convenait parfaitement à mon style de pilotage avec ses freinages tardifs. C’est là que j’ai disputé ma première course en tant que pilote de rallycross à part entière. Je me suis toujours senti rapide sur cette piste mais je n’ai encore jamais gagné là-bas..."

Article suivant
Une DS3 ex-Solberg pour René Münnich

Article précédent

Une DS3 ex-Solberg pour René Münnich

Article suivant

Pourquoi Lydden Hill est le véritable berceau du rallycross

Pourquoi Lydden Hill est le véritable berceau du rallycross
Charger les commentaires