Formule 1
14 août
EL1 dans
14 Heures
:
20 Minutes
:
42 Secondes
MotoGP
14 août
EL1 dans
13 Heures
:
15 Minutes
:
42 Secondes
Formule E
12 août
Événement terminé
WEC
13 août
EL2 dans
12 Heures
:
50 Minutes
:
42 Secondes
C
Bahreïn
19 nov.
Prochain événement dans
97 jours
IndyCar
08 août
Repoussé
WSBK
07 août
Événement terminé
C
Aragon I
28 août
Prochain événement dans
14 jours
WRC
04 sept.
Shakedown dans
21 jours
18 sept.
Prochain événement dans
35 jours

Plateau 2016 - Les Américains débarquent

partages
commentaires
Plateau 2016 - Les Américains débarquent
Par :
13 avr. 2016 à 14:45

Suite de ce passage en revue du plateau 2016 du Championnat du monde de Rallycross, en commençant par l'écurie de Ken Block, qui compte bien faire une entrée fracassante.

Hoonigan Racing Division (Ford Focus RS)

Ken Block, Hoonigan Racing Division Ford
Ken Block, Hoonigan Racing Division Ford

Photo de: Red Bull Content Pool

Derrière le nom de Hoonigan Racing Division, qui est à l'origine celui de la structure crée par Ken Block, se cache en vérité la nouvelle équipe officielle Ford dont M-Sport, l'entreprise britannique de Malcolm Wilson qui aligne depuis tout juste vingt ans les Escort, Focus et Fiesta WRC officielles (même si elles ne le sont plus vraiment), prépare les toutes nouvelles Focus RS WRX avec le soutien total de Ford Motor Performance. Autant dire que cette nouvelle venue en World RX a pour ambition de jouer très rapidement les premiers rôles dans le plus jeune des championnats de la FIA.

N°43  Ken Block

Le spectaculaire et fantasque pilote américain est surtout connu pour ses vidéos de gymkhana qui comptabilisent des millions de vues sur internet, mais que l'on ne s'y trompe pas : c'est aussi un vrai pilote, et c'est davantage cette facette du bonhomme qui nous intéresse ici.

Avec son écurie créée en 2010 d'abord sous le nom de son sponsor, "l'autre" fabricant de boissons énergisantes très présent lui aussi en World RX, Block a disputé vingt rallyes du WRC (l'équivalent d'une demi-saison, quand même) entre 2010 et 2013 avec une 7e, une 8e et quatre 9e places pour meilleurs résultats. Sur une Fiesta également, il a pris part entre 2011 et 2015 aux cinq premières saisons du Global Rallycross Championship aux USA, terminant 2e en 2014 derrière Joni Wiman.

Plus important en regard de son actualité, il a, cette même année 2014, fait deux apparitions en World RX - avec un certain succès puisque couronnées par une 3e place à Hell, en Norvège, et une 4e à Lohéac.

N°13  Andreas Bakkerud

Ken Block a probablement fait un choix très inspiré en engageant le jeune Norvégien pour être son équipier en 2016. Âgé de 24 ans seulement, celui-ci est déjà une valeur sûre tout en étant une des étoiles montantes de la discipline dont il est spécialiste, sans être passé par les rallyes ou le circuit.

Deux fois Champion de la catégorie Super 1600 en 2011 et 2012 sur des Renault Twingo puis Clio, Bakkerud a créé sa propre structure pour débuter à l'échelon supérieur en 2013 et terminer 4e du dernier Championnat d'Europe, avec déjà deux victoires (Suède et France) sur une Citroën DS3.

Intégré à l'équipe Olsbergs MSE les deux saisons suivantes, il a terminé 5e puis encore 4e de ce qui était devenu le World RX, glanant trois nouveaux succès en chemin. Nul doute que son équipier et patron, pourtant deux fois plus âgé que lui, ne manquera pas d'écouter ses précieux conseils.

EKS RX (Audi S1) 

Mattias Ekström, EKS RX Audi S1
Mattias Ekström, EKS RX Audi S1

Photo de: FIA World Rallycross

Créée en 2014 par le double Champion DTM Mattias Ekström, cette équipa a aussitôt reçu le soutien d'Audi, employeur du pilote suédois, pour le développement d'une S1 Supercar. Bien que ne disputant que trois manches, le patron pilote était parvenu à s'imposer lors de sa seconde apparition, chez lui en Suède, puis à signer une 2e place en Italie, terminant 11e du championnat. Un de ses quatre équipiers s'étant "relayés" au volant d'une des deux voitures, le rallyman Pontus Tidemand (aujourd'hui pilote officiel Skoda en WRC2), était quant à lui parvenu à terminer 8e grâce à une belle régularité. Mais EKS, qui avait manqué les deux premières manches, n'avait pu de ce fait inscrire de points au Championnat par équipes.

Si les résultats n'ont pas été à la hauteur des ambitions affichées l'année dernière, Ekström ne s'en est pas moins imposé une nouvelle fois à Höljes - mais seulement après le déclassement de Timmy Hansen, rétrogradé à la 2e place - et deux 2e places lui ont permis de terminer 5e du Championnat. De son côté, sa nouvelle recrue, Anton Marklund, a connu une saison difficile, ne disputant qu'une finale (conclue à la 4e place) pour terminer 12e et ne permettant pas à l'équipe de faire mieux que 5e. Reparti chez VW, Marklund a de fait échangé sa place cette année avec Toomas Heikkinen.

N°5  Mattias Ekström

Mattias Ekström a ceci de particulier qu'il n'aime piloter que des voitures équipées d'un toit. Il a ainsi débuté en... Coupe Renault 5 dans son pays avant de disputer le championnat national des voitures de tourisme, qu'il a remporté à sa troisième tentative, déjà sur une Audi, en 1999. Après un intermède d'un an chez Volvo, il a intégré le giron de la marque aux anneaux en 2001 et a remporté deux fois le titre DTM en 2004 et 2007.

Cette même année 2007, il a procédé à des tests sur l'Audi R10 TDI officielle et avait été désigné comme réserviste pour les 24 Heures du Mans au cas où Tom Kristensen, blessé, ne serait pas remis à temps. Et cela reste la seule expérience d'Ekström sur une voiture ouverte, à l'exception de ses débuts en karting au début des années 90 !

Le Suédois s'est en revanche essayé à bien d'autres formes de compétition, notamment le GT (plusieurs participations aux 24 Heures du Nürburgring et victoire aux 24 Heures de Spa 2011 sur Audi R8), mais aussi le rallye (10e place au Rallye de Suède 2005 sur Skoda Fabia officielle) et même la NASCAR Sprint Cup (une course sur une Toyota de l'équipe Red Bull en 2010) ou les 1000 km de Bathurst en 2013. Et donc le rallycross, sa dernière passion couronnée par une 2e place chez lui en Suède pour ses débuts en 2013 puis deux succès sur le même circuit en World RX.

Contrairement à 2015, où il avait dû faire l'impasse sur cette manche, Ekström sera bien présent à Hockenheim, pour la seconde manche de la saison, où le World RX partagera l'affiche avec le DTM dans lequel il sera également aligné. Un week-end chargé en perspective !

N°57  Toomas Heikkinen

C'est le dernier pilote du plateau à été avoir annoncé pour cette année. Avec lui, l'équipe EKS devient "un peu finlandaise" comme l'a clamé la structure de Mattias Ekström sur son site, elle qui a été habituée à faire courir des Suédois (à l'exception de Markus Winkelhock pour une course en 2014).

Après des débuts en karting puis en monoplace, "Topi" Heikkinen est passé au rallycross en 2010 et a remporté cette année-là le Championnat de Suède sur une Saab engagée par l'ancien pilote Per Eklund. Après un second titre, cette fois aux USA en 2012, sur une Ford Olsbergs, il s'est classé 2e de la première édition du Word RX en 2014, avec une victoire en Belgique, sur une VW Polo du Marklund Motorsport. Malgré une seconde victoire, toujours en Belgique, l'année dernière, il n'a pu faire mieux que 9e du Championnat et a perdu sa place dans le cadre de la fusion entre les deux structures alignant des Volkswagen. Il rejoint donc cette année l'ambitieuse équipe EKS RX.

Münnich Motorsport (Seat Ibiza WRX)

La Seat Ibiza Supercar de Reinis Nitiss et Rene Münnich, ALL-INKL.com Münnich Motorsport
La Seat Ibiza Supercar de Reinis Nitiss et Rene Münnich, ALL-INKL.com Münnich Motorsport

Photo de: Münnich Motorsport

ALL.INKL.com, comme elle est aussi appelée, est l'équipe de René Münnich, que l'on a vu ces dernières années courir en GT et WTCC avant de débarquer en rallycross l'année dernière - sans grand succès - avec des Audi S3. L'Autrichien tente un pari cette année avec l'engagement de deux toutes nouvelles Seat Ibiza et a réussi un coup en engageant le jeune pilote letton Reinis Nitiss.

N°77  René Münnich

René Münnick a décidé de replonger cette saison en World RX, donnant même, contrairement à l'année dernière, la priorité à ce programme plutôt qu'à sa participation en WTCC puisqu'il a annoncé récemment qu'il s'était trouvé un remplaçant (l'expérimenté James Thompson) dans cette catégorie pour les week-ends communs aux deux championnats.

N° 15  Reinis Nitiss

Reinis Nitiss est un des espoirs les plus prometteurs du World RX même s'il a eu du mal à suivre de rythme d'Andreas Bakkerud l'an dernier chez Olsbergs MSE après être parvenu à remporter une finale en 2014. Nul doute que sur ses épaules reposeront la quasi totalité des espoirs de sa nouvelle équipe et de l'équipe technique qui a conçu et développé la Seat Ibiza Supercar.

Retrouvez jeudi le troisième et dernier volet de cette présentation

Plateau 2016 - Solberg défendra chèrement son titre

Article précédent

Plateau 2016 - Solberg défendra chèrement son titre

Article suivant

Jean-Claude Vaucard, "l'arme secrète" de Solberg

Jean-Claude Vaucard, "l'arme secrète" de Solberg
Charger les commentaires