Capito : "Volkswagen aurait poursuivi sa domination" en WRC

La domination de Volkswagen sur le WRC se serait poursuivie cette saison si la marque n'avait pas quitté le championnat, estime Jost Capito, qui vient de la réintégrer – mais dans un rôle lié aux modèles de série.

Le constructeur allemand a dominé le Championnat du monde des Rallyes entre 2013 et 2016, remportant chaque année les deux titres (celui des pilotes avec Sébastien Ogier) et remportant 43 rallyes sur un total de 52.

Alors directeur de Volkswagen Motorsport avant de rejoindre McLaren en F1, Jost Capito avait posé les fondations pour le travail sur la Polo R WRC 2017 répondant au nouveau règlement technique entré en vigueur cette année. Il avait mis en place un système considéré comme courageux, et qui s'est révélé impopulaire auprès de ses pilotes, consistant à investir tout le budget réservé aux tests de l'année dernière sur la nouvelle voiture – et pense que ce choix s'avérerait payant aujourd'hui.

"Volkswagen aurait eu un gros avantage au début de cette saison", dit Capito, qui n'est resté que quelques mois à Woking et vient de revenir chez Volkswagen en tant que directeur de Volkswagen R GmbH et Volkswagen Zubehor GmbH (axés respectivement vers les produits orientés sur la performance et les accessoires), à Motorsport.com. "Volkswagen a débuté plus tôt que quiconque son travail sur le règlement 2017. La dernière année, nous n'avons quasiment pas testé la voiture 2016, toujours la nouvelle."

"Les gars allaient sur les rallyes sans test de la 2016 et le développement de celle-ci avait été arrêté à la fin de 2015. À partir de là, nous avons travaillé à fond sur 2017."

"Volkswagen aurait eu le meilleur package"

Capito, dont les propos, notamment sur certains choix que la discipline aurait dû faire, ont souvent fait débat, ne prend encore une fois pas de pincettes pour affirmer que l'équipe du constructeur allemand serait restée devant, mais concède cependant que l'écart aurait sans doute été plus faible.

"Quand vous voyez les gars qui ont quitté Volkswagen piloter d'autres voitures et se plaindre de ces véhicules – et quand vous savez qu'ils avaient effectué tous les tests de la Polo 2017 –, alors vous savez que Volkswagen aurait eu le meilleur package. C'est évident en raison du temps que Volkswagen a passé sur la voiture", assure-t-il.

"En tant que constructeur, il faut faire du mieux qu'on peut. Nous étions payés pour gagner, mais cela étant dit, je pense que cela aurait été bien plus serré cette année que lors des saisons précédentes – c'est ce qui arrive quand on a un changement majeur de réglementation technique."

"C'est dur, extrêmement frustrant d'avoir mis notre cœur dans ce projet, d'avoir été dans une si bonne position, et puis de ne pas être en mesure de récolter ce que nous avons semé. Tout le monde était impatient de voir comment la voiture aurait couru."

Un avis pas très éloigné est celui d'Andreas Mikkelsen qui, si ses anciens coéquipiers Ogier et Jari-Matti Latvala ont trouvé un volant chez M-Sport et Toyota respectivement, a pour sa part débuté la saison actuelle en WRC2 et pilotera enfin une nouvelle World Rally Car, en l'occurrence la Citroën C3 WRC, en Sardaigne.

"La Polo 2017 était une voiture très, très impressionnante", dit le Norvégien, qui a longtemps espéré disposer d'un exemplaire aligné par une structure privée. "Regardez les classement du championnat à ce stade : Ogier mène et Latvala est bien présent, et je pense que nous l'aurions été aussi. Alors, oui, je vois ce que veut dire Jost – c'est dommage que le rêve ne soit pas devenu réalité."

À noter que François-Xavier Demaison, ingénieur ayant conçu la Polo R WRC et encore à l'œuvre sur la version 2017, avait quant à lui déclaré en début de saison à Motorsport.com que Volkswagen n'était toutefois pas allé aussi loin que des équipes rivales dans la conception de cette dernière.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Pilotes Andreas Mikkelsen
Équipes Volkswagen Motorsport
Type d'article Actualités