Pour Citroën, Meeke n'était "pas sous contrôle"

partages
commentaires
Pour Citroën, Meeke n'était
Par : David Evans
25 mai 2018 à 12:59

Pierre Budar, directeur de l'équipe Citroën, a eu le sentiment que Kris Meeke était hors de contrôle et qu'il n'avait d'autre choix que de mettre le Nord-Irlandais à pied.

Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën World Rally Team Citroën C3 WRC
Kris Meeke, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën World Rally Team Citroën C3 WRC
Kris Meeke, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën World Rally Team Citroën C3 WRC
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën World Rally Team Citroën C3 WRC
Kris Meeke, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
La Citroën C3 WRC de Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën World Rally Team, après leur sortie de route
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team

À l'heure de revenir sur la décision annoncée hier de mettre un terme aux contrats de Kris Meeke et de son copilote Paul Nagle avec effet immédiat, Pierre Budar a expliqué à Motorsport.com que sa priorité était de redresser la barre dans une saison jusqu'à présent difficile pour Citroën, tout en cherchant à protéger ses équipages.

Huitième du championnat, Meeke est sorti violemment de la route la semaine dernière lors du Rallye du Portugal et la brutalité de l'accident a été la goutte de trop pour le directeur de l'équipe Citroën.

"Parce que c'est un sport dangereux, il faut pouvoir composer avec ce danger", explique Pierre Budar. "Quand vous pensez au Portugal, vous êtes dans une situation où la voiture est parfaite pour le pilote – vous pouvez vous référer à ce que Kris a dit pendant le rallye."

"Les notes étaient censées être parfaites, ce sont les mêmes que celles qui ont été utilisées dans cette même spéciale les années passées. Je crois que c'était au moins la troisième fois qu'ils faisaient cette spéciale avec ces mêmes notes, sans qu'elles aient été modifiées. Et il n'y avait pas de pression, parce que la concurrence ouvre la route et votre position au classement ne vous permet pas d'atteindre quoi que ce soit. Compte tenu de tout ceci, vous êtes censé être dans une position où vous êtes en sécurité sur la route."

"Vous connaissez le résultat – ça signifie que ça n'est pas sous contrôle. Nous n'avons plus le contrôle de la situation. Si nous perdons le contrôle, alors nous pouvons nous demander ce qui viendra ensuite."

Lorsque nous lui demandons dans quels autres accidents la sécurité de Kris Meeke a, selon lui, été compromise, Budar répond : "Je suppose que vous connaissez mieux que moi tous les résultats des rallyes depuis 2014, lorsque Kris a commencé à courir pour Citroën. Peut-être puis-je vous inviter à regarder tous ces résultats et vous pouvez trouver quelques exemples de ce dont nous parlons."

"Si nous regardons cette année et l'année dernière, nous avons plusieurs exemples de gros accidents de Kris, survenus alors qu'il n'y avait pas de pression, quand il n'y avait pas de raison de prendre tant de risques au point qu'il sorte de la route. Vous n'avez pas besoin que je vous les rappelle."

Des sorties qui ne peuvent être imputées à la voiture

Pierre Budar rejette par ailleurs les critiques selon lesquelles le caractère imprévisible de la Citroën C3 WRC serait à mettre en cause dans certaines des sorties de Kris Meeke.

"On peut aussi considérer que la voiture n'est pas si mauvaise quand il arrive à gagner avec", souligne-t-il. "Il a gagné en Espagne sur un mélange d'asphalte et de terre, et il a pu gagner au Mexique [en 2017], où il a eu beaucoup de chance. Cette année, au Mexique, il était deuxième sans aucune pression, il avait beaucoup de temps et il n'y avait aucune raison pour qu'il fasse cette erreur."

"On ne peut pas rejeter la faute uniquement sur la voiture. Je pense que nous pouvons trouver des exemples où il avait l'opportunité de gérer la voiture sans qu'il y ait la moindre pression. En tant que pilote, vous devez chercher à ramener la voiture en sécurité lorsqu'il n'y a pas de raisons de prendre tous les risques."

Une décision difficile humainement

Pierre Budar a indiqué que la décision avait été prise à la suite de discussions internes ayant eu lieu lundi et mardi. Carlos Tavares, président du directoire de PSA, et Linda Jackson, PDG de Citroën, ont eu leur mot à dire dans la décision. Budar a averti Meeke par téléphone jeudi après-midi, peu avant l'annonce.

Interrogé sur les critiques pouvant être émises, quant à la manière de communiquer la nouvelle et au fait que Meeke ne semble pas avoir été averti plus tôt, Budar répond : "Vous vous doutez bien que nous avons fait les choses comme il faut. J'ai eu Kris au téléphone avant que le communiqué soit envoyé. Je peux comprendre qu'il soit difficile pour lui d'accepter cette décision et je peux comprendre qu'il soit en colère."

"Je dois dire, qu'en tant que personnes j'apprécie beaucoup Kris et Paul. Ce sont des garçons très sympas. Je sais que nous pouvons voir actuellement dans la presse des choses assez difficiles, mais je souhaite dire qu'il est triste pour moi de devoir composer avec cela – en tant que personnes, je les apprécie beaucoup."

Prochain article WRC
Citroën évince Kris Meeke pour la suite de la saison !

Article précédent

Citroën évince Kris Meeke pour la suite de la saison !

Article suivant

Toyota dément un retour de Räikkönen en WRC

Toyota dément un retour de Räikkönen en WRC
Load comments

À propos de cet article

Séries WRC
Pilotes Kris Meeke
Équipes Citroën Total Abu Dhabi WRT
Auteur David Evans
Type d'article Actualités