Citroën face à "l'un des rallyes les plus durs de la saison"

Le constructeur français veut prolonger le travail fourni ces douze derniers mois pour bien débuter sa campagne 2018. Rendez-vous est pris pour l'ouverture de la saison sur le Monte-Carlo.

Citroën est sur le qui-vive à l'heure de se lancer dans sa deuxième campagne mondiale avec la C3 WRC, la deuxième également depuis son retour avec une équipe d'usine dans la discipline. Le Rallye Monte-Carlo ouvrira cette semaine les hostilités, après des semaines de préparation et d'essais.

Si l'ombre de Sébastien Loeb plane inévitablement sur le millésime 2018 de la marque aux Chevrons, compte tenu de la participation à venir du nonuple Champion du monde à trois manches WRC (Tour de Corse, Mexique et Catalogne), l'ordre du jour figure pour le moment ailleurs. Débuter du bon pied l'exercice 2018 sera primordial : une mission confiée une nouvelle fois à Kris Meeke et Craig Breen.

Citroën Racing doit également composer avec un changement de direction tout frais à sa tête, puisque Yves Matton s'est en allé prendre les commandes du département Rallye à la FIA, laissant les rênes à Pierre Budar.

"Après une seconde partie d'année 2017 marquée par une deuxième place en Allemagne et une victoire en Espagne, qui a confirmé la montée en puissance de l'équipe, j’ai bien l’intention de continuer le travail entrepris par Yves Matton, pour que le team poursuive sur cette lancée en 2018", promet le nouveau patron. "D'autant que la C3 WRC s'est encore bonifiée pendant l'intersaison, et a vu son spectre d’utilisation élargi au prix d'un travail intensif."

"Kris Meeke a l’expérience nécessaire pour se battre aux avants postes sur cette épreuve atypique, il l’a déjà démontré en 2016, tandis que Craig a fait le plein de confiance lors de l’édition passée et compte bien capitaliser dessus pour jouer placé. Ils savent également que ce rallye ne s’aborde comme aucun autre : il faut y faire preuve de sang-froid et d’humilité pour ne pas se faire surprendre par les nombreux pièges qu’il recèle."

Changements de grip incessants

Décrit à juste titre par Christophe Besse, directeur technique de Citroën Racing, comme étant avant tout un "rallye de pilotes et de pneus", le Monte-Carlo ne pardonnera à nouveau aucun écart à ceux qui vont se mesurer au défi qu'il propose : Spéciales bosselées, conditions climatiques changeantes et parfois complexes avec le verglas ou la neige, bitume froid et humide… le menu est gargantuesque.

"Le Monte-Carlo est probablement l’un des rallyes les plus durs de la saison, en raison de ses incessants changements de grip, mais j’y ai toujours pris du plaisir", confirme Kris Meeke. "J’y ai également été rapide : j’ai remporté la course en Junior WRC en 2005, j’y ai signé un podium (troisième) pour mon retour à plein temps chez Citroën en 2014, je me battais pour la victoire en 2016…"

"Je pense donc que nous pouvons y réaliser du bon boulot, d’autant que nos essais se sont révélés assez représentatifs de ce qui nous attend, avec une belle variété de conditions atmosphériques. Ils nous ont également permis de continuer à progresser sur l’adaptabilité de notre C3 WRC aux évolutions de revêtements, en retournant notamment dans le Col de Faye, là-même où nous étions le moins à l’aise lors de l’édition passée."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye Monte-Carlo
Pilotes Kris Meeke , Craig Breen
Équipes Citroën Total Abu Dhabi WRT
Type d'article Preview
Tags pierre budar