ES1 - Ogier s'installe en tête

partages
commentaires
ES1 - Ogier s'installe en tête
Par : Jean-Philippe Vennin
28 oct. 2016 à 08:29

Aidé par sa position d'ouvreur dans des conditions difficiles, le désormais quadruple champion du monde a signé le meilleur chrono de la première spéciale, ce vendredi matin au Pays de Galles, sur sa Volkswagen.

Comme on pouvait s'y attendre, et même si la pluie était absente, les conditions étaient très difficiles sur les 31,82 km de Myherin 1 (ES1), une classique du Rallye de Grande-Bretagne mais parcourue cette année, comme les autres spéciales de cette journée, dans le sens inverse de l'habitude. La Polo de Sébastien Ogier a pu en témoigner, arrivée la première au point stop couverte de boue avec un chrono de 18’07”0 qui n'allait pas être battu.

[C'était] très difficile, très glissant, et la visibilité était assez mauvaise vers le milieu avec un gros brouillard”, a expliqué le Français. “J'ai eu quelques soucis avec mes essuie-glace et ne pouvais pas bien voir. Une spéciale difficile pour moi.”

Ce dernier souci pourrait être rendu plus compliqué durant la suite de la journée du fait qu'il n'y a aucune assistance de prévue durant cette première étape, seul un changement de pneus étant autorisé entre les deux boucles (après l'ES4) en milieu de journée.

Une fois n'est pas coutume, les conditions difficiles ont certainement facilité la tâche d'Ogier, qui a terminé la spéciale avec 7”6 d'avance sur Ott Tänak (Ford), lui-même suivi de près par Hayden Paddon (Hyundai) et Craig Breen (Citroën) à quatre et cinq dixièmes respectivement. Tous ont souligné le côté boueux et piégeur du parcours.

"Quelqu'un, là-haut, devait veiller sur moi"

C'était la pire spéciale sur laquelle j'aie jamais piloté de de ma vie”, a même assuré le dernier cité, pourtant habitué de ce terrain et qui a devancé de 3”6 l'autre DS3 de Kris Meeke devant laquelle s'est intercalée la Polo d'Andreas Mikkelsen. “Quelqu'un, là-haut, devait veiller sur moi. Je conduisais comme un idiot. Mais je suis satisfait de mon chrono !”

On le serait à moins, et d'autres ne pouvaient en dire autant : huitième temps derrière Jari-Matti Latvala, qui a dit jouer avant tout le titre des constructeurs pour Volkswagen, Thierry Neuville a réalisé le huitième chrono en perdant déjà 22”3 sur Ogier. Et c'est pire pour son équipier chez Hyundai, Dani Sordo, dixième derrière la Ford de Mads Østberg et à 34”2 du scratch ! Tous deux se sont plaints de ne pas être en confiance au volant d'une voiture bougeant beaucoup, et réglée “trop dure” dans le cas du Belge.

Éric Camilli, sur la seconde Ford M-Sport, et Stéphane Lefebvre, sur la troisième DS3 d'Abu Dhabi Total World Rally Team, ont signé les 11e et 13e chronos, séparés par le plus rapide du WRC2, Teemu Suninen sur sa Skoda Fabia R5. Quentin Gilbert, pour ses débuts sur une World Rally Car en Mondial, pointe quant à lui en 16e position derrière l'autre Skoda d'Esapekka Lappi et la Fiesta de Lorenzo Bertelli.

Dans la catégorie WRC2, à noter également que la nouvelle Hyundai i20 R5 de Kevin Abbring a été signalée arrêtée dans la spéciale.

La courte spéciale de Sweet Lamb 1 (ES2 - 4,24 km) a débuté à 10h11 et Sébastien Ogier s'est élancé dans la suivante de Hafren 1 (ES3, la plus longue du rallye avec ses 35,14 km), la plus longue du rallye, à 10h24. Toutes deux sont également disputées dans le sens inverse de l'habitude.

 
Article suivant
Les horaires de toutes les spéciales du "RAC", en heure de Paris

Article précédent

Les horaires de toutes les spéciales du "RAC", en heure de Paris

Article suivant

ES2 & 3 - Tänak reste au contact d'Ogier

ES2 & 3 - Tänak reste au contact d'Ogier
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye de Grande-Bretagne
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Résumé de spéciale