ES12 & 13 - Ogier creuse l'écart sur Mikkelsen, Tänak passe 3e
Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Volkswagen Motorsport
Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport

Sébastien Ogier a creusé l’écart avec Andreas Mikkelsen, encore une fois le mieux placé de ses équipiers chez Volkswagen, pour le porter à 7”2 après les deux dernières spéciales de la matinée.

L’autre homme fort de la deuxième étape jusque-là est une nouvelle fois Ott Tänak. Très en verve, le pilote Ford a signé un scratch et une 2e place lors de ces deux chronos et s’est emparé de la 3e place, aux dépens d’un Jari-Matti Latvala désemparé (lire ci-dessous), pour un petit dixième. Il compte 12”8 de retard sur Mikkelsen, qu’il va sans nul doute essayer de combler...

Derrière, une belle bagarre se précise aussi pour la 5e place entre les Hyundai de Hayden Paddon et Thierry Neuville qui dit être passé à l’attaque. Ils précèdent Robert Kubica et les deux Citroën de Meeke et Ostberg.

Dani Sordo est 10e sur la troisième Hyundai, devant la Skoda de Lappi, leader du WRC2 qui a perdu un peu de temps sur son équipier Tidemand (deux fois meilleur temps) mais conserve 36 secondes d’avance alors que Karl Kruuda, 3e de la catégorie sur sa Citroën DS3 RRC, s’accroche.

Les concurrents se dirigent maintenant vers le parc d’assistance de Mikolajki. Trois secteurs chrono restent à couvrir cet après midi (le premier à partir de 15h08) avant un dernier passage dans la super spéciale en début de soirée.

Le film des spéciales

ES12 Swietajno 1 (21,25 km)

Encore un meilleur temps pour Tänak, ce qui porte à cinq son total personnel (contre quatre à Ogier, un pour Mikkelsen et Latvala). “C’était plus piégeux que prévu,” dit-il. “Mais on peut être satisfait.”

Les trois Volkswagen suivent, à 1”2 pour la mieux placée d’entre elles, avec Ogier devant Latvala et Mikkelsen. Les trois se tiennent en huit dixièmes. Les deux Nordiques pensent avoir été un peu trop prudents.

Je suis content de cette matinée,” dit le Français, “j’ai piloté parfaitement.” Et Mikkelsen, qui avoue quelques erreurs, d’observer: “Je vois les traces de Seb, je peux vous dire que ce n’est pas parfait non plus!”

Bref, tout le monde est à l’attaque, ce que confirme Thierry Neuville: “Je vois beaucoup de traces de gens qui vont droit vers les fossés!”

Le Belge de Hyundai est une nouvelle fois devancé par son équipier Paddon, mais aussi par les Citroën.

Tidemand reprend de l’air en WRC2 pour la 2e place avec un scratch devant Lappi, toujours leader mais qui a vu une vitre de portière s’ouvrir à la réception d’un saut! Au prix d’une belle attaque, Kruuda ne leur rend que 5”7 et 3”9 respectivement dans la spéciale avec une DS3 qui “plafonne à 170 km/h alors que les Skoda atteignent les 200!”

ES13 Paprotki (23,15 km)

Comme Tänak dans la spéciale précédente, Sébastien Ogier signe à son tour son cinquième succès en spéciale du rallye.

Une bonne boucle pour moi ce matin,” estime le leader de l’épreuve. “Comme on a déjà emprunté en partie cette spéciale hier, dans l’autre sens, je pensais qu’elle serait plus nettoyée que ça. Ce n’était pas le cas, mais je suis content.”

Pour la première fois, Mikkelsen, 3e de la spéciale, admet qu’aller chercher son équipier sera difficile. “J’ai fait une paire d’erreurs, au début surtout,” explique-t-il. “J’étais mieux sur la fin, mais je perds quelques secondes.” Quatre secondes et un dixième, exactement.

La situation est plus difficile encore pour Latvala, 5e temps à 5”9, une nouvelle fois le moins rapide des pilotes VW. “Je ne me l’explique pas,” lâche-t-il avec une mine défaite à l’arrivée. “Ce fut une bonne spéciale, mais le chrono ne l’est pas. Un podium semble être l’objectif le plus raisonnable ce week-end.”

Mais même cet objectif prudent n’est pas encore atteint. Les Polo des deux Nordiques sont une nouvelle fois devancées par la Fiesta de Tänak, 2e de la spéciale à 3”7 d’Ogier et qui passe devant Latvala au général.

Pas une spéciale parfaite, on a fait deux petites erreurs à des intersections,” indique l’Estonien.

Thierry Neuville réussit le 4e temps. “Pour la première fois, j’ai un peu attaqué,” dit-il. “J’ai fait de mon mieux et je suis assez content, mais quand on voit le temps d’Ogier...”

Le Belge reprend malgré tout six secondes à Paddon, son équipier chez Hyundai (8e temps ex æquo avec Ostberg) pour la 5e place du général. Onze les séparent encore.

Ça ne s’arrange pas vraiment pour les pilotes Citroën, 7e et 8e de la spéciale derrière Kubica.

partages
ES10 & 11 - Ogier ouvre la route mais tient bon la barre
Article précédent

ES10 & 11 - Ogier ouvre la route mais tient bon la barre

Article suivant

ES15 & 16 - Ogier doit s'employer mais reste en tête!

ES15 & 16 - Ogier doit s'employer mais reste en tête!
La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs Prime

La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs

Après avoir remporté un huitième titre mondial, Sébastien Ogier va cesser son engagement à plein temps en WRC. Pour comprendre l'héritage qu'il laisse, plusieurs de ses anciens adversaires, coéquipiers ou collègues témoignent de cette carrière riche en succès.

WRC
30 nov. 2021
Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende Prime

Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende

Sébastien Ogier quitte son rôle de pilote WRC à plein temps de la plus belle des manières, avec un huitième titre mondial en poche. Comparé tout au long de sa carrière au nonuple Champion du monde Sébastien Loeb, il a démontré de manière convaincante qu'il pouvait lui-même être considéré comme l'un des plus grands pilotes de rallye de l'Histoire.

WRC
23 nov. 2021
La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises " Prime

La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises "

Ce week-end, le Rallye de Monza marque la fin d'une ère en WRC : Sébastien Ogier s'apprête à mettre un terme à sa présence à temps plein dans le championnat et vise avant cela un huitième titre mondial. Malgré sa longévité, le pilote Toyota révèle dans une interview exclusive que l'incertitude persistante l'a poussé dans une quête incessante de perfection.

WRC
19 nov. 2021
McRae, la troisième génération Prime

McRae, la troisième génération

Le patronyme McRae est ancré dans l'histoire du rallye, partageant huit titres britanniques entre Jimmy, Colin et Alister, auxquels il faut ajouter le sacre de 1995 en WRC. Le prochain sur la liste est le fils d'Alister, Max McRae, qui à 17 ans va tenter de se faire un prénom.

WRC
13 nov. 2021
Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ? Prime

Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ?

Les critiques de Thierry Neuville contre les futures Rally1 (ces voitures qui inaugureront la nouvelle ère hybride du WRC) sortent de l'ordinaire, à une époque où les pilotes sont généralement réticents à exprimer leurs opinions en public. Mais les inquiétudes du Belge concernant la vitesse, la sécurité et le coût sont-elles tout à fait justifiées ?

WRC
17 sept. 2021
Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ? Prime

Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ?

Les pilotes français ont dominé le WRC ces deux dernières années : Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ont accumulé les titres de manière impressionnante. Alors que le second mettra fin à sa présence à plein temps dans le championnat à l'issue de la saison, la France fera reposer ses espoirs sur le rookie Adrien Fourmaux, à qui semble promis un avenir brillant.

WRC
11 août 2021
Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles Prime

Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles

Avant de conquérir neuf titres en WRC, Sébastien Loeb a dû faire face à plusieurs coups durs qui ont failli le priver d'une carrière au plus haut niveau. Dans une interview exclusive, l'Alsacien se remémore les étapes qui ont mené à sa domination sur les routes.

WRC
22 févr. 2021
Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire Prime

Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire

La saison 2020 du WRC a connu un dénouement inhabituel dans le cadre du Rallye de Monza. Même si elle était loin d'être idéale, cette épreuve a peut-être épargné au Championnat du monde de sérieux problèmes en offrant une vitrine lui permettant d'assurer la présence de plusieurs acteurs à long terme.

WRC
9 déc. 2020