ES5 à 7 - Lutte (très) serrée entre Neuville, Ogier et Mikkelsen

Les trois pilotes de tête se tiennent en à peine plus de deux secondes et demie après la première étape du Rallye de Turquie, au terme d'un après-midi riche en rebondissements et qui a vu la hiérarchie largement chamboulée.

ES5 à 7 - Lutte (très) serrée entre Neuville, Ogier et Mikkelsen

Andreas Mikkelsen a cédé sa position de leader dans la dernière spéciale de ce vendredi, mais il n'est qu'à 2''6 et 2''3 respectivement de Thierry Neuville, qui a remplacé en tête son équipier chez Hyundai, et Sébastien Ogier sur sa Ford M-Sport. Un classement provisoire tout à fait différent de ce qu'il était en milieu de journée.

Lire aussi :

Tout a commencé dès le second passage dans les 38 kilomètres de la longue et effrayante spéciale de Çetibeli (ES5), bien plus cassante – avec les pierres ramenées sur la route lors du premier – et finalement bien plus animée que le matin. Ogier y a devancé tous ses rivaux de dix secondes où plus (à l'exception de son équipier Teemu Suninen, à 2''7). Mais si ses adversaires ont estimé qu'il avait pris beaucoup de risques, il a assuré être resté sur le même rythme.

Le quintuple Champion du monde, qui avait perdu du temps le matin dans la poussière soulevée par Neuville, est ainsi passé d'un coup d'un seul de la septième à la deuxième place au général, avec 12''7 d'avance sur Mikkelsen qui lui avait concédé 10''9. Auteur du quatrième chrono à 18''2, Neuville gagnait quand à lui un rang pour se retrouver troisième à 7''7 du Français.

Leur progression à tous les deux s'était faite notamment aux dépens de Craig Breen et Mads Østberg, deuxième et troisième à l'issue de la boucle matinale, les deux pilotes Citroën ayant subi l'un et l'autre une crevaison pour se retrouver cinquième et huitième respectivement. L'Irlandais ne croyait pas si bien dire quand il affirmait, en milieu de journée, que l'après-midi serait avant tout une question de survie...

Dégringolade chez Citroën

La réaction de Neuville ne s'est pas fait attendre, le Belge se montrant à son tour le plus rapide dans l'ES6 avec 8''8 d'avance sur Ogier – et le dépassant pour 1''1 au général. Il revenait du même coup à 1''9 seulement de Mikkelsen, décevant septième à 18''9 après une crevaison. Ayant gagné deux places dans la spéciale précédente, Jari-Matti Latvala s'en sortait le mieux parmi les pilotes Toyota en manque total de grip, et conservait la quatrième place.

Ce secteur d'Ula, long de 21,75 kilomètres, a été fatal à Østberg et Elfyn Evans, déjà très retardé le matin par une fuite d'huile sur le différentiel arrière de sa Fiesta. Tous deux ont en effet cassé une suspension dans un choc avec une pierre. Un discret Hayden Paddon complétait désormais le top 5.

Neuville a ensuite commis une légère erreur dans la plus courte et dernière ES7 de Çiçekli (12,54 km), perdant d'après lui six à sept secondes qui ne l'ont pas empêché de prendre la tête du rallye.

Tänak remonte dans le top 5

Après avoir dépassé son équipier Esapekka Lappi mais conservé la neuvième place à l'arrivée de l'ES5, dépassé par Suninen, Ott Tänak a gagné trois positions dans la spéciale suivante en prenant le dessus sur Breen et ce même Suninen – en plus de profiter des malheurs d'Østberg. Sur le terrain plus meuble et donc favorable à sa Yaris, il s'est offert son premier scratch du rallye dans l'ultime secteur chronométré du jour (ES7) pour dépasser Paddon et limiter les dégâts avec la cinquième place en fin d'étape.

Le duel fratricide a finalement tourné court en WRC2, les Škoda de Jan Kopecký et Pontus Tidemand ayant collectionné les crevaisons ce vendredi après-midi jusqu'à empêcher ce dernier, qui y a probablement laissé ses chances de titre, de terminer la dernière étape. Impuissant, le Suédois voit son équipier tchèque mener la catégorie devant la Fabia privée de l'espoir britannique Chris Ingram et la Citroën C3 R5 de Simone Tempestini qui a lui aussi subi une crevaison.

La dixième place du général est cependant occupée par Henning Solberg, au volant d'une Fabia R5 engagée hors championnat. Julius Tannert mène toujours le WRC Junior devant Ken Korn, alors que le pilote FFSA Jean-Baptiste Franceschi a été contraint de renoncer. Dennis Radström ayant été grandement retardé, le titre semble de plus en plus promis après cette dernière manche de la saison à Emil Bergkvist, troisième de la catégorie vendredi soir.

La deuxième étape de samedi, qui comprendra tout comme la première deux boucles de trois spéciales mais pour un kilométrage chronométré légèrement moindre (130 contre 145), débutera à 7h35 et sera elle aussi à suivre en direct sur Motorsport.com. Le résumé du vendredi sera diffusé ce soir à 22h00 sur Motorsport.tv.

Classement après ES7/17 (fin première étape)

 

Pilote

Copilote

Voiture Cat.

Écart & 

intervalle

1

 Thierry Neuville

 Nicolas Gilsoul

Hyundai

RC1

1h58:28.2

2

 Sébastien Ogier

 Julien Ingrassia

Ford M-Sport

RC1

0.3

0.3

3

 Andreas Mikkelsen

 Anders Jæger

Hyundai

RC1

2.6

2.3

4

 Jari-Matti Latvala

 Miikka Anttila

Toyota

RC1

16.3

13.7

5

 Ott Tänak

 Martin Järveoja

Toyota

RC1

31.9

15.6

6

 Hayden Paddon

 Seb Marshall

Hyundai

RC1

35.1

3.2

7

 Esapekka Lappi

 Janne Ferm

Toyota

RC1

36.8

1.7

8

 Craig Breen

 Scott Martin

Citroën

RC1

50.1

13.3

9

 Teemu Suninen

 Mikko Markkula

Ford M-Sport

RC1

1:02.9

12.8

10

 Henning Solberg

Austria Ilka Minor-Petrasko

Škoda

RC2

6:52.0

5:49.1

Le classement complet sera disponible ici.

partages
commentaires
ES2 à 4 - Mikkelsen en tête devant deux Citroën
Article précédent

ES2 à 4 - Mikkelsen en tête devant deux Citroën

Article suivant

Ogier surpris d'être aussi bien placé vendredi soir

Ogier surpris d'être aussi bien placé vendredi soir
Charger les commentaires
Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende Prime

Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende

Sébastien Ogier quitte son rôle de pilote WRC à plein temps de la plus belle des manières, avec un huitième titre mondial en poche. Comparé tout au long de sa carrière au nonuple Champion du monde Sébastien Loeb, il a démontré de manière convaincante qu'il pouvait lui-même être considéré comme l'un des plus grands pilotes de rallye de l'Histoire.

WRC
23 nov. 2021
La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises " Prime

La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises "

Ce week-end, le Rallye de Monza marque la fin d'une ère en WRC : Sébastien Ogier s'apprête à mettre un terme à sa présence à temps plein dans le championnat et vise avant cela un huitième titre mondial. Malgré sa longévité, le pilote Toyota révèle dans une interview exclusive que l'incertitude persistante l'a poussé dans une quête incessante de perfection.

WRC
19 nov. 2021
McRae, la troisième génération Prime

McRae, la troisième génération

Le patronyme McRae est ancré dans l'histoire du rallye, partageant huit titres britanniques entre Jimmy, Colin et Alister, auxquels il faut ajouter le sacre de 1995 en WRC. Le prochain sur la liste est le fils d'Alister, Max McRae, qui à 17 ans va tenter de se faire un prénom.

WRC
13 nov. 2021
Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ? Prime

Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ?

Les critiques de Thierry Neuville contre les futures Rally1 (ces voitures qui inaugureront la nouvelle ère hybride du WRC) sortent de l'ordinaire, à une époque où les pilotes sont généralement réticents à exprimer leurs opinions en public. Mais les inquiétudes du Belge concernant la vitesse, la sécurité et le coût sont-elles tout à fait justifiées ?

WRC
17 sept. 2021
Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ? Prime

Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ?

Les pilotes français ont dominé le WRC ces deux dernières années : Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ont accumulé les titres de manière impressionnante. Alors que le second mettra fin à sa présence à plein temps dans le championnat à l'issue de la saison, la France fera reposer ses espoirs sur le rookie Adrien Fourmaux, à qui semble promis un avenir brillant.

WRC
11 août 2021
Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles Prime

Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles

Avant de conquérir neuf titres en WRC, Sébastien Loeb a dû faire face à plusieurs coups durs qui ont failli le priver d'une carrière au plus haut niveau. Dans une interview exclusive, l'Alsacien se remémore les étapes qui ont mené à sa domination sur les routes.

WRC
22 févr. 2021
Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire Prime

Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire

La saison 2020 du WRC a connu un dénouement inhabituel dans le cadre du Rallye de Monza. Même si elle était loin d'être idéale, cette épreuve a peut-être épargné au Championnat du monde de sérieux problèmes en offrant une vitrine lui permettant d'assurer la présence de plusieurs acteurs à long terme.

WRC
9 déc. 2020
Les enseignements que Toyota doit retenir dans la lutte pour le titre Prime

Les enseignements que Toyota doit retenir dans la lutte pour le titre

Un étrange dilemme attend peut-être Tommi Mäkinen en cette fin de saison WRC, avec le pilote leader de l’équipe Toyota qui espère revenir sur son numéro deux, le tout dans un contexte compliqué par la pression de Hyundai au championnat des constructeurs.

WRC
7 oct. 2020