Hyundai touché par des problèmes "cauchemardesques" de logistique

Pandémie de Covid, guerre en Ukraine, inflation : de nombreux facteurs entraînent une pénurie de matières premières à l'échelle mondiale. Hyundai se voit ainsi dans l'obligation de revoir sa chaîne logistique et d'anticiper, parfois de longs mois à l'avance, la fourniture de pièces pour ses voitures.

Ott Tanak, Martin Jarveoja, Hyundai World Rally Team Hyundai i20 N Rally1

Comme chacun sait, la guerre en Ukraine et l'inflation rendent la situation particulièrement difficile pour différents pans de l'économie mondiale en ce qui concerne la fourniture de semi-conducteurs et autres matières premières.

Le WRC n'y fait pas exception, certains de ses protagonistes étant actuellement confrontés à de grandes difficultés logistiques, à l'image de l'équipe Hyundai, qui qualifie sa situation de "cauchemardesque" en ce qui concerne l'approvisionnement en pièces de rechange à destination de ses voitures.

La pénurie mondiale de matières premières se fait en effet considérablement ressentir, et le secteur automobile dans son ensemble se trouve particulièrement impacté par le manque d'éléments liés à l'électronique ou l'informatique embarqués.

Les premiers troubles sont survenus lors des pics de la pandémie de Covid, et ont été aggravés par la hausse des coûts de l'énergie qui ont touché les fournisseurs, notamment depuis le début du conflit en Ukraine fin février.

Lire aussi :

On se souvient notamment qu'en Formule 1, l'écurie Haas avait été contrainte de tirer un trait sur le début des essais de présaison à Bahreïn au mois de mars en raison de problèmes logistiques liés à ces facteurs exogènes.

Le patron de l'équipe Hyundai, Julien Moncet, a quant à lui révélé toutes les difficultés auxquelles ses troupes doivent faire face pour s'assurer de la bonne réception de différentes pièces essentielles pour les i20 N engagées cette saison, ainsi que pour la future monture du constructeur sud-coréen pour 2023.

De nombreux fournisseurs de l'équipe asiatique rencontrent en effet les pires difficultés pour obtenir certaines matières premières, dans un contexte de hausse des coûts qui met encore davantage à rude épreuve la chaîne logistique.

Hyundai doit parfois anticiper plusieurs mois à l'avance la fourniture de certaines pièces.

Hyundai doit parfois anticiper plusieurs mois à l'avance la fourniture de certaines pièces.

Relancer la production en interne

Il faut alors prendre les devants, et c'est ainsi que Hyundai travaille déjà à l'obtention de certains éléments en vue de la saison prochaine, anticipant des délais de livraison avoisinant les six mois. "Nous avons endommagé beaucoup de pièces au Kenya et en d'autres lieux, et s'assurer de reconstituer nos stocks a été notre priorité ces derniers jours", a expliqué Moncet à Motorsport.com. "J'aurais tendance à dire que c'est cauchemardesque. C'est [la pénurie de matière première] difficile, cela ne touche pas uniquement les sports mécaniques, mais toute l'économie. Il y a des pièces qu'on pouvait auparavant recevoir en quelques jours ou quelques semaines qui prennent désormais des mois à arriver, parfois même plus dans certains cas."

"C'est très délicat car certains fournisseurs ont eu des problèmes avec le Covid, et par-dessus cela il y a le Brexit et l'impact de la situation en Ukraine. Tous les fournisseurs sont en manque de matières premières. Les coûts ont également explosé, donc cela complique encore plus notre tâche, à tel point qu'il nous faut revoir la totalité de notre chaîne logistique. Par exemple, nous travaillons déjà sur [la fourniture de] certaines pièces six mois à l'avance, car c'est ce qu'il faut à l'heure où je vous parle. C'est complètement dingue. Cela touche grandement notre capacité de développement. Nous devons nous assurer que nous en disposons suffisamment [des pièces] pour la production et les rallyes. Je peux vous dire que ce n'est pas facile."

Pour pallier au problème, Hyundai envisage des solutions afin d'augmenter la production de pièces au sein de sa base d'Alzenau, en Allemagne. "Je pense que Toyota dispose d'une plus grande capacité [de production] en interne que nous", observe Moncet. "Je pense que c'est une bonne chose pour eux. Quand vous ne pouvez pas obtenir les pièces de la part de fournisseurs extérieurs, il vous faut trouver une alternative, et cette alternative est d'accroître la capacité de production en interne. C'est quelque chose sur quoi nous travaillons, mais pour cela il nous faut des outils, du personnel et de l'espace. Ce n'est pas quelque chose qui peut se faire en deux semaines."

Dans ce contexte, le mois d'août promet de représenter un nouveau défi d'envergure pour Hyundai, alors que deux manches du championnat, le Rallye de Finlande et le Rallye d'Ypres, se disputeront à deux semaines d'intervalle. La trêve estivale n'a jamais été autant une vue de l'esprit pour les différentes parties prenantes du WRC.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Rovanperä l'assure, il ne songe pas encore au titre
Article suivant Hyundai va mener une analyse approfondie de sa voiture

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France