Latvala : "Le moteur est ce sur quoi nous avons le plus travaillé"

Toyota a observé un important travail de développement durant l'hiver pour se mettre à niveau de la concurrence et pouvoir prétendre au titre dès 2018.

C'était l'autre grand retour lors de la saison 2017, avec celui de Citroën, qui avait observé un bref arrêt de son engagement en WRC en qualité de constructeur en 2016. Le comeback de Toyota, après 18 ans d'absence et le titre de la marque japonaise et de Tommi Mäkinen en 1999, s'est avéré être une réussite avec pas moins de deux victoires au compteur - dont une par l'intermédiaire du jeune loup Esapekka Lappi, en Finlande.

Le début du championnat s'est même déroulé sur les chapeaux de roue, avec un succès dès le deuxième rendez-vous, en Suède, de Jari-Matti Latvala. Par la suite, le niveau de performance de la Yaris WRC ne s'est jamais démenti, mais des problèmes de fiabilité, inévitables à ce niveau de compétition et au vu de la jeunesse du projet, ont empêché les troupes nippones de s'affirmer, à l'instar de leurs homologues de chez Hyundai, en prétendants au titre sur le long terme.

Ainsi, à des soucis de freins, peu efficaces notamment sur les portions de terre, est venu se greffer un manque de puissance du moteur, surtout perceptible sur les rallyes disputés en altitude.

Jari-Matti Latvala, passé de Volkswagen à Toyota en 2017 et qui a bouclé la dernière saison à la quatrième place du général, a confirmé ces faiblesses lors de l'Autosport International Show la semaine dernière, en marge du lancement officiel de la nouvelle saison WRC.

Déjà compétitif en 2017

"L'an dernier, il y a eu beaucoup de courses où nous avons été très compétitifs", a-t-il reconnu. "Les plus gros problèmes, nous les avons eus en haute altitude, au Mexique et en Argentine. Mais nous avons appris de cela, et nous avons fait plusieurs petits progrès du côté du moteur, ainsi qu'au niveau des suspensions et de la transmission. Je pense que cela va nous aider sur des épreuves où nous avons été un peu en difficulté, que ce soit lors du Rallye de Grande-Bretagne, mais aussi en Corse. Ce sont des événements où nous nous devons d'être plus compétitifs."

Consciente de ses axes de progression, l'usine de Cologne a donc fonctionné à plein régime durant les deux mois de pause la séparant du coup d'envoi de la nouvelle saison, la semaine prochaine à l'occasion du Rallye Monte-Carlo.

Aussi, de nombreuses évolutions ont été à l'ordre du jour et implémentées sur la nouvelle version de la Yaris WRC. "La modification la plus importante, c'est le pare-choc avant, où nous avons bien plus d'appui aérodynamique, les ailerons y sont plus grands", souligne Latvala. "Mais nous avons un nouveau moteur, et celui-ci devrait nous aider au niveau du couple. Nous avons travaillé sur le différentiel, sur les suspensions, mais je pense que le moteur est ce sur quoi nous avons le plus travaillé, ainsi que l'aspect aérodynamique."

Sera-ce suffisant pour s'avancer en rival pour le titre face à M-Sport, qui de son côté va bénéficier d'un soutien accru de Ford dans le bon suivi de sa Fiesta WRC ? Réponse dans quelques jours sur les routes du Monte-Carlo. 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Pilotes Jari-Matti Latvala
Équipes Toyota Racing
Type d'article Actualités