Lefebvre et Moreau déjà impatients d'être de retour

Un Rallye d'Allemagne convaincant jusque-là s'est terminé de façon brutale pour Stéphane Lefebvre et Gabin Moreau, violemment sortis de la route samedi durant la deuxième étape.

Lefebvre et Moreau déjà impatients d'être de retour
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC
Stéphane Lefebvre
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Gabin Moreau, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC
Stéphane Lefebvre
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team

Engagés sur une Citroën DS3 WRC de PH Sport, les deux Français sont partis à la faute dans la spéciale de Panzerplatte Lang, longue de 40 kilomètres et réputée comme la plus redoutable du rallye.

Tous deux encore hospitalisés, Stéphane Lefebvre et son copilote Gabin Moreau, qui ont été l'un et l'autre blessés dans l'accident, ont fait le point de la situation dans une interview publiée sur Facebook et les nouvelles sont rassurantes.

Je me souviens parfaitement de chaque instant. J’avais noté un virage à droite avec une corde à 'raser’. Vu les traces laissées par les autres concurrents, j’ai coupé un peu plus mais la voiture s’est déportée sur l’extérieur et nous avons été taper une rangée de hilkensteins [ces blocs de ciment censés retenir les chars dans le camp militaire de Baulholder]. Le dernier rocher a fait pivoter la voiture pour l’expédier dans les arbres. C’est ce qui a fait le plus de dégâts.”

Gabin Moreau prend le relais pour expliquer la suite : “Partis juste après nous [dans la spéciale], Éric Camilli et Benjamin Veillas ont été les premiers à arriver. Ce sont nos amis et ils se sont précipités pour nous aider. Puis les secouristes sont arrivés et ils ont fait le nécessaire pour m’extraire de la voiture. Nous avons été ensuite transportés à l’hôpital par hélicoptère.”

Protégés par la voiture

Cet accident a démontré que les efforts effectués en matière de sécurité n'étaient pas vains. Les photos prises après l'accident montrent que si la partie avant de la DS3 a été entièrement détruite, l'habitacle n'a pas été trop endommagé.

“Quand on voit l’état de la voiture, je me sens plutôt chanceux”, réagit Moreau. “La cellule de survie et les différents équipements ont joué leur rôle, notamment grâce à des renforts qui ne sont pas obligatoires mais qui ont été placés là pour améliorer la sécurité de l’équipage.”

Lefebvre - qui a pu, contrairement à son copilote, sortir lui-même de l'épave de la DS3 - va dans le même sens.

“Comme Gabin, je pense que nous avons bien été protégés par la voiture”, dit-il. “En rallye, on ne maîtrise jamais l’environnement extérieur et cette fois, la sanction a été assez lourde.”

Une prestation convaincante

D'un point de vue sportif, que le rallye se soit achevé aussi de cette façon est d'autant plus dommage que les deux hommes réalisaient jusque-là une performance de choix, occupant la sixième place à une dizaine de secondes de la Ford d'Ott Tänak. Pas mal pour un équipage entièrement privé qui a dû trouver lui-même le financement pour courir outre-Rhin, le Rallye d'Allemagne ne faisant pas partie du programme d'Abu Dhabi Total World Rally Team.

“Le premier jour, j’étais un peu sur la réserve dans le vignoble”, admet Lefebvre. “Mais nous avions trouvé les bons réglages pour les spéciales du camp militaire de Baumholder. Et surtout, j’étais le seul à avoir fait le bon choix en retenant les pneus Michelin à gomme dure. Après avoir fait le scratch dans l’ES9, j’étais parti à l’attaque pour faire un temps et prendre la cinquième place à Ott Tänak.”

Le Tour de Corse en suspens

En bons compétiteurs qui se respectent, les deux hommes, associés depuis le début de l'année et qui ont entamé leur collaboration par une belle cinquième place au Monte-Carlo, pensent déjà à la suite.

“J’ai subi une opération [samedi] pour réduire une fracture à la jambe et tout s’est bien passé”, rappelle le copilote. “Selon les docteurs, je serai rapatrié près de chez moi en milieu de semaine. Dès que je le pourrai, je serai également de retour en course.”

Même son de cloche du côté de son pilote : “Il va falloir un peu de temps pour que nous puissions nous remettre sur pied”, dit Lefebvre, qui espère quant à lui quitter l'hôpital dès le début de semaine et, de son propre aveu, attend déjà avec impatience le moment où il pourra remonter dans une voiture de rallye. “La seule chose qui m’énerve réellement, c’est de me dire que je ne serai peut-être pas au départ du Tour de Corse… ”

partages
Sordo prolonge pour deux ans chez Hyundai

Article précédent

Sordo prolonge pour deux ans chez Hyundai

Article suivant

Une victoire doublement savoureuse pour Ogier

Une victoire doublement savoureuse pour Ogier

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye d'Allemagne
Pilotes Stéphane Lefebvre
Auteur Jean-Philippe Vennin