Les pilotes inquiets, Ogier souhaite l'annulation de certaines spéciales

L’inquiétude grandit pour les pilotes du WRC en Suède, au terme de la première journée de reconnaissance. 

Les pilotes inquiets, Ogier souhaite l'annulation de certaines spéciales
Le vainqueur Sébastien Ogier, Volkswagen Motorsport
Une partie des routes du rallye
Une partie des routes du rallye
Sébastien Ogier, Volkswagen Motorsport
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Ott Tanak et Raigo Molder, DMACK World Rally Team
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport

Les températures bien trop douces ont déjà conduit les organisateurs à amputer le Rallye de Suède de plusieurs spéciales, avec un nouveau parcours qui a été annoncé lundi matin. Mais après les reconnaissances qui ont eu lieu ce mercredi sur le parcours des ES2/9, ES3/8, ES4/7, et ES21, Sébastien Ogier a tiré le signal d’alarme quant aux conditions de sécurité. 

Le triple Champion du monde met en avant le fait que les routes de Norvège, empruntées pour les spéciales 3/8 et 4/7 sont praticables, mais que les routes suédoises s’apparentent à un véritable rallye sur terre. De quoi mettre la sécurité en doute alors que les concurrents sont tenus d'utiliser des pneus cloutés, pour un évènement sensé se dérouler initialement en intégralité sur la neige. 

Ogier ne comprend pas

Dans ces conditions, le pilote Volkswagen estime que la plus sage des décisions serait d’annuler certaines spéciales de l'épreuve. En dépit de cet avertissement, partagé par plusieurs autres pilotes qui en ont terminé avec ce premier jour de reconnaissances, les organisateurs et la FIA semblent néanmoins camper sur leurs positions. 

"Je ne sais pas ce que nous faisons ici", regrette Ogier, interrogé par le média suédois Varmlands Folkblad. "Il n’y a aucune raison d’être ici. Je ne sais pas qui a pris cette décision, mais c’est complètement idiot. Nous avions les deux meilleures spéciales du rallye en Norvège [elles figurent au programme de vendredi], mais c’est tout. Pour moi, c’est impossible de courir le reste du rallye. Je ne comprends même pas pourquoi nous faisons les reconnaissances. Nous détruisons les routes sans aucune raison."

"Je sais que c’est une décision difficile pour tout le monde", souligne le Français, "mais c’est simplement impossible de rouler en ce moment. Ce serait trop dangereux d’essayer de rouler sur des routes de terre, les pneus cloutés ne sont pas adaptés pour cela."

Peu d'alternatives

Avec pour seules routes enneigées et praticables celles qui se trouvent en Norvège, une autre possibilité pourrait être de réduire l’épreuve à un parcours extrêmement court, selon Ogier. 

En début de semaine, les organisateurs espéraient qu’un nouveau coup de froid viendrait améliorer la situation, mais pour le moment il n’en est rien. Rappelons que pour cette unique épreuve de la saison à se disputer sur neige, les concurrents sont obligés d’utiliser des pneus cloutés. Tout changement poserait quoi qu’il en soit des problèmes logistiques pour disposer d’autres pneus, sans parler de la position des autorités locales, qui tiennent à la préservation de l’état des routes. 

A l’heure actuelle, la première spéciale du Rallye de Suède est prévue vendredi matin. 

partages
commentaires
Mikkelsen - Je ne suis pas là pour finir 2e

Article précédent

Mikkelsen - Je ne suis pas là pour finir 2e

Article suivant

Interview exclusive - Ogier : "Latvala reste mon plus dangereux rival"

Interview exclusive - Ogier : "Latvala reste mon plus dangereux rival"
Charger les commentaires