Loeb au Monte-Carlo : "La course la plus frustrante de ma vie"

Sébastien Loeb est revenu en détails sur le déroulé du Rallye Monte-Carlo 2020, terminé à une décevante et frustrante sixième place, avec Hyundai.

En terminant sixièmes du Rallye Monte-Carlo, Sébastien Loeb et Daniel Elena n'ont pas signé le résultat qu'ils escomptaient. Les nonuples Champion du monde WRC espéraient le "podium" après leur quatrième place de l'an passé, dans des conditions qu'ils jugeaient moins favorables que cette année. "Contrairement à l’an dernier, j’arrivais un peu mieux préparé sur ce Monte-Carlo avec deux jours d’essais, du recul sur la voiture après la saison 2019 et aussi moins fatigué !", a ainsi expliqué Loeb sur son site internet. "Sans oublier que mon rôle principal était d’assurer des points pour Hyundai Motorsport en cas de défaillance de l’un de mes coéquipiers."

Mais des conditions météo peu favorables avec une position de départ éloignée ont rapidement fait comprendre au Français que "cela allait être plus compliqué que prévu", sur des spéciales où il s'attendait à "trouver une route très dégradée lors des deux premières journées", qui invitaient à la prudence et à la patience. Cependant, dès la seconde spéciale, lors de laquelle il s'est fait "deux ou trois frayeurs", Loeb admet avoir reçu une "petite claque" au moment où il accusait déjà un retard de 51 secondes sur son équipier Thierry Neuville.

Lire aussi :

Même si le vendredi matin a été prometteur, la sortie d'Ott Tänak plaçait Loeb et Elena dans une position plus délicate encore, celle d'avoir à gérer pour rapporter des points importants. La messe semblait dite puisque le duo se situait dans un no man's land entre l'intouchable top 3 et le reste du plateau WRC, face auquel il semblait pouvoir facilement protéger la quatrième position. 

"À partir de là commence un autre rallye où nous entrons machinalement dans un mode de gestion. Ce qui, au Monte-Carlo, est assez périlleux", poursuit Loeb. "Quand tu commences à vouloir assurer, tu peux très facilement perdre beaucoup de temps. Ne pas vouloir prendre de risques quand dans une même spéciale tu rencontres de la glace, de la neige, du verglas, de la boue, du mouillé et du sec, cela devient 'risqué' justement. Et nous sommes entrés dans un faux rythme le matin. Et puis l’après-midi, quand nous avons voulu revenir dans le rythme, nous avons fait une erreur. C’est toujours délicat de changer de rythme dans une même journée."

A la veille de la dernière journée, alors qu'il comptait au sortir de l'ES8 51 secondes sur Esapekka Lappi, Loeb ne disposait plus que d'un matelas de 14 secondes... Et le pire restait à venir lors des quatre spéciales du dimanche matin. "Lors du briefing (très) matinal, vers 5h30, l’équipe météo Hyundai nous annonce que la première spéciale est à 80% humide et la deuxième entièrement mouillée. Ils annoncent de la pluie jusqu’à 10h et de la neige au col... 'Il est 5h30 du matin, s’il pleut pendant cinq heures, ça ne séchera jamais'. Voilà ce que l’on se dit sur le coup."

Lire aussi :

"On décide un choix qui nous semble offensif sur le moment : cinq super softs ! On ne veut pas prendre de roue de secours pour le poids. [...] Au bout de deux kilomètres de spéciale, je savais qu’on avait fait deux erreurs : les super softs et de n’avoir qu’une seule roue de secours. On ne s’attendait pas à trouver la spéciale dans cet état, déjà quasiment sèche dès le premier passage."

"Après coup, il est toujours plus facile de faire le bon choix ! Je ne veux absolument pas blâmer l’équipe. Mieux encore, j’avais toujours retenu une règle que l’on s’était fixé avec Citroën Racing à l’époque : 'Au Monte-Carlo, si tu as un doute sur le choix des pneus, pars toujours vers le tendre et jamais vers le dur'. Je crois que c’est la première fois que cette règle n’a pas marché ! C’est aussi la première fois que je dois disputer toute une fin de rallye au ralenti pour pouvoir rejoindre l’arrivée. Ce fut interminable avec quatre pneus à la toile et comme seule option de rouler à 10% pour ne pas finir sur les jantes."

"À l’arrivée, malgré certainement la course la plus frustrante de ma carrière, pour toutes les raisons que l’on vient d’évoquer, on termine sixième au général et on marque les points du cinquième pour le championnat constructeurs, ce qui permet à Hyundai de prendre la tête dès la première course. On a rempli une part du boulot."

partages
commentaires
Loeb explique son absence sur le Rallye de Suède
Article précédent

Loeb explique son absence sur le Rallye de Suède

Article suivant

Ouvreur de Neuville au Monte-Carlo, Sordo a vécu un "enfer"

Ouvreur de Neuville au Monte-Carlo, Sordo a vécu un "enfer"
Charger les commentaires
La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs Prime

La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs

Après avoir remporté un huitième titre mondial, Sébastien Ogier va cesser son engagement à plein temps en WRC. Pour comprendre l'héritage qu'il laisse, plusieurs de ses anciens adversaires, coéquipiers ou collègues témoignent de cette carrière riche en succès.

WRC
30 nov. 2021
Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende Prime

Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende

Sébastien Ogier quitte son rôle de pilote WRC à plein temps de la plus belle des manières, avec un huitième titre mondial en poche. Comparé tout au long de sa carrière au nonuple Champion du monde Sébastien Loeb, il a démontré de manière convaincante qu'il pouvait lui-même être considéré comme l'un des plus grands pilotes de rallye de l'Histoire.

WRC
23 nov. 2021
La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises " Prime

La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises "

Ce week-end, le Rallye de Monza marque la fin d'une ère en WRC : Sébastien Ogier s'apprête à mettre un terme à sa présence à temps plein dans le championnat et vise avant cela un huitième titre mondial. Malgré sa longévité, le pilote Toyota révèle dans une interview exclusive que l'incertitude persistante l'a poussé dans une quête incessante de perfection.

WRC
19 nov. 2021
McRae, la troisième génération Prime

McRae, la troisième génération

Le patronyme McRae est ancré dans l'histoire du rallye, partageant huit titres britanniques entre Jimmy, Colin et Alister, auxquels il faut ajouter le sacre de 1995 en WRC. Le prochain sur la liste est le fils d'Alister, Max McRae, qui à 17 ans va tenter de se faire un prénom.

WRC
13 nov. 2021
Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ? Prime

Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ?

Les critiques de Thierry Neuville contre les futures Rally1 (ces voitures qui inaugureront la nouvelle ère hybride du WRC) sortent de l'ordinaire, à une époque où les pilotes sont généralement réticents à exprimer leurs opinions en public. Mais les inquiétudes du Belge concernant la vitesse, la sécurité et le coût sont-elles tout à fait justifiées ?

WRC
17 sept. 2021
Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ? Prime

Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ?

Les pilotes français ont dominé le WRC ces deux dernières années : Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ont accumulé les titres de manière impressionnante. Alors que le second mettra fin à sa présence à plein temps dans le championnat à l'issue de la saison, la France fera reposer ses espoirs sur le rookie Adrien Fourmaux, à qui semble promis un avenir brillant.

WRC
11 août 2021
Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles Prime

Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles

Avant de conquérir neuf titres en WRC, Sébastien Loeb a dû faire face à plusieurs coups durs qui ont failli le priver d'une carrière au plus haut niveau. Dans une interview exclusive, l'Alsacien se remémore les étapes qui ont mené à sa domination sur les routes.

WRC
22 févr. 2021
Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire Prime

Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire

La saison 2020 du WRC a connu un dénouement inhabituel dans le cadre du Rallye de Monza. Même si elle était loin d'être idéale, cette épreuve a peut-être épargné au Championnat du monde de sérieux problèmes en offrant une vitrine lui permettant d'assurer la présence de plusieurs acteurs à long terme.

WRC
9 déc. 2020