M-Sport fête déjà dignement ses 20 ans de WRC

Le recrutement de Sébastien Ogier est sans doute la plus belle victoire pour l'équipe anglaise de Malcolm Wilson, qui ne s'est jamais imposée sur le terrain dans l'intervalle, depuis le retrait officiel de Ford au terme de la saison 2012.

Le Championnat du monde des Rallyes 2017, marqué par l'avènement d'un nouveau règlement technique et par l'absence de l'équipe d'usine Volkswagen qui a plus que dominé la compétition ces quatre dernières années, sera peut-être celle du renouveau de M-Sport (pour Malcolm Sport) qui, après avoir présenté officiellement sa nouvelle Fiesta vendredi soir, a annoncé lundi en fin de journée l'arrivée dans ses rangs de Sébastien Ogier qui fera équipe avec Ott Tänak.

Créée en 1979 par celui qui en est toujours à la tête, M-Sport, qui s'appelait alors Malcolm Wilson Motorsport, a très vite trouvé un partenariat exclusif avec Ford pour préparer des voitures de rallye destinées à des privés. Les titres nationaux se sont ensuite enchaînés dans la première moitié des années 1990 – dont un en Grande-Bretagne pour Wilson lui-même, en 1994 – avec l'avènement de la fameuse Escort Cosworth, soulignés de quelques bonnes performances en Mondial.

Malcolm Wilson, directeur de M-Sport

Mais c'est fin 1996 que la structure basée dans le nord de l'Angleterre, rebaptisée M-Sport, donc, a réellement pris son envol. Ford, constructeur dont la présence était la plus ancienne en Championnat du monde, avait décidé de se retirer à titre officiel mais de rester impliqué au plus haut niveau.

La même décision avait déjà été prise deux ans plus tôt, et le programme confié à l'équipe belge RAS qui avait fait courir François Delecour et Bruno Thiry. Ford Motorsport avait ensuite repris les choses en main pour la saison 1996 en son fief de Boreham, avant de confier les rênes de son engagement à Malcolm Wilson et son équipe à partir de la saison suivante. En somme, la marque à l'ovale reproduisait le schéma gagnant de Subaru les années précédentes avec Prodrive.

Dix ans de Focus

Le Monte-Carlo 1997, qui ouvrait la saison, symbolisait aussi l'entrée en vigueur d'un nouveau règlement technique et les débuts de voitures elles-même appelées WRC – pour World Rally Cars. Subaru et Prodrive, titrés l'année précédente, étaient allés le plus loin dans la conception de leur nouvelle Impreza, alors que l'équipe Mitsubishi de Tommi Mäkinen (qui passait elle-aussi par une structure indépendante britannique, Ralliart), couronné chez les pilotes, avait maintenu sa Lancer en configuration Groupe A.

D'une certaine façon à mi-chemin entre leurs principaux rivaux, Ford et M-Sport alignaient une Escort WRC qui était avant tout une évolution de sa devancière.

Marcus Gronholm et Timo Rautianen
Après deux victoires pour Carlos Sainz dès la première année de leur association, en Grèce et en Indonésie, et la troisième place du championnat pour l'Espagnol assortie de la seconde pour l'équipe, Ford et M-Sport vécurent une année de transition en 1998, essentiellement consacrée au développement de la nouvelle Focus RS pleinement adaptée au règlement WRC et qui allait être pilotée par des recrues de choix : Colin McRae (qui lui offrit ses deux premiers succès tôt dans la saison 1999, au Kenya puis au Portugal), Carlos Sainz (de retour en 2000 après deux saisons chez Toyota) puis plus tard Marcus Grönholm (en 2006 et 2007). Markko Märtin, Mikko Hirvonen et Jari-Matti Latvala se sont eux aussi imposés en course à son volant.

Équipe indépendante

En tout, ce sont 44 succès qu'ont remporté M-Sport et la Focus, dans ses différentes versions, entre 1999 et 2010 avant l'apparition d'une nouvelle génération de World Rally Cars et le passage à la Fiesta RS WRC. Une décennie complète de succès, donc, dont les points culminants furent deux titres des constructeurs pour Ford en 2006 et 2007 – années où Grönholm, qui disputait ce qui s'avérerait être ses deux dernières saisons, buta quant à lui sur Sébastien Loeb du côté des pilotes.

Le retrait de Ford, survenu fin 2012 après trois victoires pour la Fiesta en 2011 puis trois autres la saison d'après, n'empêcha pas M-Sport de poursuivre la conception de Ford des différentes catégories (WRC et R5 notamment), dont un grand nombre pour des privés – la base de son activité et de son financement –, mais plus aucune victoire n'est tombée dans son escarcelle depuis, même si Thierry Neuville, Hirvonen et Elfyn Evans lui apportèrent sept deuxièmes places à eux trois. Il était alors impossible de rivaliser avec les structures d'usine de Citroën puis Volkswagen et, dans une moindre mesure, Hyundai.

La Ford Fiesta WRC 2017

Même sans le statut d'équipe officielle, cependant, nul doute que M-Sport, pour ses 20 ans de présence en Mondial, sera mieux armé que jamais en 2017 avec une voiture que Wilson considère comme la meilleure jamais construite par son équipe, et des moyens financiers dont on peut supposer qu'ils seront eux aussi accrus avec la présence d'un quadruple Champion du monde qui tentera de devenir le premier pilote couronné au volant d'une Ford depuis Ari Vatanen en 1981.

Sébastien Ogier n'était pas encore né.  

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Pilotes Sébastien Ogier
Type d'article Actualités
Tags ford, malcolm wilson, ogier, rallyes