M-Sport pourrait utiliser un autre modèle que la Fiesta en 2022

M-Sport a dévoilé les premières images de sa Ford Fiesta Rally1 répondant au règlement 2022, mais l'équipe pourrait finalement utiliser un nouveau modèle. Temporairement privés du système hybride, les constructeurs assurent être dans les temps.

Premiers essais de la Ford Fiesta WRC Rally1 de M-Sport

Premiers essais de la Ford Fiesta WRC Rally1 de M-Sport
1/4

Photo de: M-Sport

Premiers essais de la Ford Fiesta WRC Rally1 de M-Sport

Premiers essais de la Ford Fiesta WRC Rally1 de M-Sport
2/4

Photo de: M-Sport

Premiers essais de la Ford Fiesta WRC Rally1 de M-Sport

Premiers essais de la Ford Fiesta WRC Rally1 de M-Sport
3/4

Photo de: M-Sport

Premiers essais de la Ford Fiesta WRC Rally1 de M-Sport

Premiers essais de la Ford Fiesta WRC Rally1 de M-Sport
4/4

Photo de: M-Sport

Hyundai, Toyota et Ford M-Sport, les trois constructeurs impliqués en WRC, ont confirmé au mois de mars la prolongation de leur engagement pour la saison 2022, qui marquera le lancement d'une motorisation hybride. M-Sport avait entamé ses essais en vue de 2022 quelques semaines plus tôt, en faisant rouler un mulet, la Fiesta de cette année dotée de plusieurs nouveautés prévues la saison prochaine.

La structure britannique a dévoilé ce mardi les premières images de son prototype Rally1, tandis qu'une vidéo d'un test avec Matthew Wilson en Espagne est apparue sur les réseaux sociaux. La voiture visible reste une Ford Fiesta, mais un autre modèle du constructeur américain pourrait finalement être utilisé en 2022, même si aucune décision n'a été prise pour le moment. 

"Il y a encore des discussions sur ce qui est le mieux", a déclaré Richard Millener, le patron de l'équipe, à Motorsport.com. "Quand on commencera à faire des essais hors du Royaume-Uni dans les prochains mois, je suis certain que des photos apparaîtront, donc je vais m'en remettre à elles pour le moment ; c'est plus facile que de dire des choses qui pourraient me causer des problèmes."

Lire aussi :

La Ford Fiesta a succédé à la Focus en 2011. La version RS a été utilisée jusqu'à la saison 2016, avant d'être remplacée l'année suivante par le modèle actuel, au volant duquel Sébastien Ogier a été titré en 2017 et 2018. Millener a expliqué à Motorsport.com qu'au moins une autre option que la Fiesta est évoquée dans les discussions menées avec Ford. Hyundai et Toyota ont quant à eux déjà choisi respectivement la i20 N et la GR Yaris.

Toyota et Hyundai sont dans les temps

Les programmes de développement des constructeurs ont été compliqués par une requête de l'entreprise en charge du développement du système hybride commun à toutes les équipes, Compact Dynamics, qui a demandé que les pièces lui soient restituées. Jari-Matti Latvala, devenu patron de Toyota cette année, n'a pas souhaité révéler si l'équipe a eu le temps de tester les systèmes, mais il affiche sa confiance pour que le développement se déroule comme prévu.

"Nous sommes plutôt satisfaits de là où nous en sommes quant à l'agenda de la voiture 2022", a expliqué l'ancien pilote, qui pourrait reprendre du service pour participer aux essais de développement. "On a utilisé un mulet, spécification 2021, et on a pu tester des pièces. Tout reste dans les temps."

Ces essais de la future Yaris ont débuté avec Juho Hänninen, pilote d'essais de Toyota, et ils se poursuivent malgré l'absence du système hybride, même si Latvala ne souhaite pas donner de précisions sur le détail des pièces utilisées. "Avant de tout assembler, je pense qu'on va continuer les essais avec ce mulet pendant le printemps. On va continuer à tester des pièces pour la voiture de 2022, avant d'avoir la voiture 2022 en intégralité", souligne le Finlandais, citant l'été comme "l'objectif" pour intégrer les systèmes hybrides et pouvoir tester la voiture complète.

Lire aussi :

Le son de cloche est le même du côté de Hyundai, qui avait entamé le travail sur la nouvelle i20 avant l'annonce de la prolongation du constructeur. "Nous sommes totalement dans les temps, parce que nous avons commencé à travailler quand nous avons reçu le feu vert de Hyundai", a assuré Andrea Adamo, patron de l'équipe. "C'est dur de dire quand la voiture roulera, nous le saurons quand nous aurons avancé dans notre travail."

"Il y a eu des soucis de développement [avec les kits hybrides] qui sont selon moi assez normaux, mais je ne vois pas de problème majeur [pour la suite]", a-t-il ajouté.

Propos recueillis par Jason Craig

partages
commentaires

Voir aussi :

Adrien Fourmaux reste en WRC pour le Portugal

Article précédent

Adrien Fourmaux reste en WRC pour le Portugal

Article suivant

Ott Tänak hors de sa "zone de confort" en Croatie

Ott Tänak hors de sa "zone de confort" en Croatie
Charger les commentaires