Markko Martin évoque sa carrière et son rôle dans celle de Tänak

Markko Martin, ancienne star du Championnat du monde des Rallyes, est revenu sur son rôle auprès d'Ott Tänak et s'est remémoré l'anniversaire de sa première victoire en WRC, décrochée lors du Rallye de l'Acropole 2003.

Markko Martin évoque sa carrière et son rôle dans celle de Tänak

Markko Martin a participé au Championnat du monde des Rallyes de 1997 à 2005 comme pilote officiel pour les équipes d'usine Subaru, Ford et Peugeot. Il a remporté cinq victoires et a terminé troisième au classement général du championnat 2004, son meilleur résultat en carrière. L'Estonien s'est ensuite retiré de la discipline au milieu de la saison 2005 à la suite de l'accident qui a tragiquement tué son ami et copilote Michael Park lors du Rallye de Grande-Bretagne.

Depuis, Martin a fait des apparitions sporadiques dans des rallyes locaux et a joué un rôle clé en aidant dans sa progression Ott Tänak, son compatriote devenu Champion du monde WRC en 2019. L'ex-pilote âgé de 45 ans est maintenant propriétaire de l'équipe de rallye Red Grey, qui gère le programme WRC2 de Hyundai, un lien avec le mondial qui lui a permis d'être présent lors du week-end en Grèce, là où il avait signé sa première victoire 18 ans auparavant. Extrêmement discret dans les médias, Martin a évoqué sa carrière et son implication aux côtés de Tänak lors d'une interview accordée à WRC Live.

"Nous avons une longue histoire ensemble", déclare Martin interrogé sur ses relations avec le pilote Hyundai, qu'il conseille régulièrement depuis plusieurs saisons. "Je pense que l'idée est d'aider Ott autant que possible sur les différents types de rallye. Chaque fois que je peux être un avantage, je fais de mon mieux."

Lorsqu'on lui demande s'il a été le catalyseur de talents tels que Tänak, Martin ajouté : "Tout d'abord, l'Estonie s'est intéressée au rallye bien avant moi, mais je pense que cela a mis en évidence à l'époque que c'était un tout nouveau niveau pour nous et que cela a créé beaucoup d'intérêt, et cela a continué et continue toujours en Estonie".

Repensant à sa fameuse victoire en WRC lors du Rallye de l'Acropole 2003, il qualifie cet exploit de "spécial" et a pris plaisir à revenir sur son succès dans les médias ces derniers jours. Une victoire qui, 18 ans plus tard, reste l'un des moments les plus emblématiques du WRC. Alors qu'il était en tête, une compression mal négociée avait alors ouvert le capot de sa Ford Focus WRC, l'obligeant à terminer les 20 kilomètres restants dans une position plus qu'inconfortable. Dans sa mésaventure, la trappe de toit s'était retrouvée bouchée par le capot, de quoi surchauffer l'habitacle dans lequel il avait frôlé le malaise.

Markko Martin

"Je n'ai pas gagné beaucoup de rallyes WRC, donc je me souviens de tous", se rappelle Martin. "La première [victoire] est si spéciale parce qu'elle est arrivée de manière difficile aussi, j'ai eu ce moment avec le capot et j'ai pensé 'non, pas encore'. Heureusement, ça a marché et nous avons réussi à la gagner. J'étais assez choqué, pas vraiment à cause du capot, mais parce que nous avions perdu tellement de victoires en rallye à cause de problèmes mécaniques que ma première pensée a été 'pas encore'. On n'a pas pensé à s'arrêter, alors on a roulé comme ça."

"Je ne voyais pas grand-chose, je regardais par l'ouverture d'une boîte aux lettres et je ne voyais pas très loin devant moi, donc il fallait beaucoup de concentration pour voir la route et les virages à venir. Le problème principal était que la ventilation du toit était bloquée et qu'il n'y avait pas du tout d'air qui entrait", décrit-il. "En Grèce, il faisait déjà chaud, ce qui créait de plus en plus de chaleur dans la voiture. J'ai vraiment commencé à perdre le contrôle. On a réussi à aller jusqu'au bout, mais j'étais à deux doigts de m'effondrer."

Lire aussi :

partages
commentaires
Sordo ne sait pas encore ce qu'il fera en 2022 et au-delà

Article précédent

Sordo ne sait pas encore ce qu'il fera en 2022 et au-delà

Article suivant

Breen : Du "concret" pour mon avenir dans les prochaines semaines

Breen : Du "concret" pour mon avenir dans les prochaines semaines
Charger les commentaires