Meeke - "Aucune discussion" avec Citroën pour 2016

À l'arrivée du RAC dimanche soir, où sa 2e place a contribué à assurer la 2e place de Citroën au championnat des constructeurs, le Britannique disait ne rien savoir de son avenir dans l'équipe.

Nul doute que Kris Meeke aurait aimé remporter le Rallye de Grande-Bretagne, vingt ans presque jour pour jour après la victoire de son mentor, Colin McRae. Laquelle avait assuré à l'Écossais, disparu en 2007, le premier titre mondial d'un pilote britannique en rallye.

La 2e place du pilote Citroën associé à l'Irlandais Paul Nagle, meilleur résultat d'un représentant de sa Majesté dans son épreuve nationale depuis le succès de Richard Burns en 2000, avait cependant des allures de victoire dimanche – d'autant plus que, conjuguée à la 7e position de Mads Østberg, elle assurait donc à son employeur la 2e place du championnat constructeurs face à Hyundai. Au point que Meeke la plaçait plus haut que sa propre victoire en Argentine au palmarès de ses plus belles réussites.

Pour moi, cette performance est ma meilleure en WRC à ce jour,” dit-il. “Oui, en Argentine c'était bien aussi, mais ici nous avons occupé la 2e place du départ à l'arrivée [dès la sortie de route de Jari-Matti Latvala dans l'ES2, pour être précis] et avons signé quelques très bons temps en spéciale.”

Certains, notamment dans les rangs du public massé au bord des spéciales, auraient probablement aimé voir Meeke se lancer à l'assaut de Sébastien Ogier avec lequel l'écart put sembler loin d'être rédhibitoire jusqu'au milieu de la deuxième étape. Mais le Britannique écarte cette éventualité d'un revers de main.

Il est impossible de se battre avec Volkswagen en vitesse pure,” disait-il samedi soir. “Si vous essayez d'être plus rapide qu'Ogier et de faire une différence, vous vous crasherez. Il faut une voiture qui soit égale [à la Polo] pour cela.”

Je me suis senti calme et solide. Il me faudrait plus de week-ends comme celui-là, mais je dois d'abord assurer mon avenir.

Kris Meeke

Et puis, “l'objectif avait été fixé avant [le rallye] pour Citroën, et c'était la 2e place des constructeurs,” a-t-il rappelé après l'arrivée. Nous savions que nous devions faire notre boulot pour cela.”

Mads [Østberg] est très fort sur ce rallye et nous savions qu'il le serait cette année, mais quand il a fait son erreur [perdant deux minutes et sa 4e place dans un fossé de l'ES11], cela nous a mis plus de pression. Mais j'ai vraiment aimé ça. Je n'ai pas ressenti cette pression en fait.”

En Argentine, j'étais nerveux et ne me sentais pas à l'aise. Ici, je me suis senti calme et solide. Il me faudrait plus de week-ends comme celui-là, mais je dois d'abord assurer mon avenir.”

En effet, même avec le sentiment du devoir accompli, Meeke ne semblait sûr de rien pour la saison prochaine. On savait que sa place chez Citroën n'était pas assurée, et que la rumeur d'un transfert chez Hyundai avait circulé. Plus étonnant, l'intéressé disait n'être lui-même au courant de rien.

Il faut demander à mon boss. Je n'ai aucune information pour l'instant, je n'ai eu aucune discussion au sujet de l'année prochaine,” déclarait-il au soir de la deuxième étape, samedi. “J'espère avoir trouvé un nouveau job d'ici Noël. Dans l'état actuel des choses, c'est mon dernier rallye. Il faut attendre et voir.”

Ça a été comme ça toute ma carrière : dernier rallye, dernier rallye, dernier rallye... Alors, le mieux est de ne pas y penser.

Kris Meeke

Des propos qu'il a réitérés le lendemain : “C'est étrange de n'avoir eu aucune conversation sur ce sujet avec votre patron à ce stade de l'année, mais c'est la réalité. J'espère que ce sera plus clair bientôt, mais pour l'instant, je ne sais rien.”

Et le Champion IRC 2009 avec Peugeot, dont la carrière est grandement liée aux marques du groupe PSA en dépit de son passage chez Mini notamment, d'essayer de relativiser : “Ça a été comme ça toute ma carrière : dernier rallye, dernier rallye, dernier rallye... Alors, le mieux est de ne pas y penser.”

Sauf qu'il y pense forcément. D'après WRC Radio dimanche, les équipages 2016 des teams Citroën bien sûr, mais aussi Hyundai et M-Sport, chez qui Elfyn Evans et Ott Tänak ne sont eux non plus sûrs de rien, devraient être connus dans les deux prochaines semaines.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye de Grande-Bretagne
Pilotes Kris Meeke
Type d'article Actualités
Tags meeke