Meeke : "J'ai la vitesse et l'équipe pour aller chercher Ogier"

Dans une interview exclusive à Motorsport.com, le pilote Citroën, vainqueur en Argentine il y a deux ans et au Mexique cette année, dit se sentir très en confiance avec la C3 WRC mais admet que ses chances de titre paraissent compromises à ce stade.

Quels sont vos espoirs avant le Rallye d'Argentine ? Vous avez obtenu une victoire et un podium en deux participations ici...

J'aime l'Argentine, j'aime ce rallye. Ce sera toujours un endroit spécial pour moi car c'est celui où j'ai remporté ma toute première victoire en WRC, et je fais partie d'une équipe qui a une incroyable histoire au Rallye d'Argentine avec dix victoires sur les 12 dernières années, donc c'est quelque chose de très spécial.

De plus, nous arrivons ici après avoir signé une victoire sur le seul rallye terre disputé pour l'instant cette année, au Mexique, donc je me sens bien dans la voiture pour l'instant et ce serait sympa de continuer cette semaine. Mais bien sûr, comme on le voit en WRC cette année, avec quatre constructeurs différents vainqueurs des quatre premiers rallyes, c'est très ouvert, la compétition est très proche, ce qui est excitant. On va voir comment ça se passe ce week-end. Si je me sens bien dans la voiture, ce serait une belle façon de débuter le rallye.

Victoire au Mexique, abandon en France alors que vous meniez. La Citroën C3 WRC peut-elle se battre pour la victoire sur tous les rallyes, quelle que soit la surface ?

Disons que c'est le plan. Nous avons eu un début d'année difficile. Nous nous sommes mis nous-mêmes dans une position difficile au Monte-Carlo et de nouveau en Suède. Mais nous avons réussi à inverser le cours des choses assez rapidement et c'est le signe d'une équipe forte comme Citroën Racing, avec toute son expérience. Quand les temps ne sont pas très bons, on peut creuser et changer le cours des choses. Quand nous sommes arrivés au Mexique, la voiture était fantastique et nous avons été en mesure de mener le rallye du départ à l'arrivée, et en Corse aussi nous avons pu mener.

À l'heure actuelle, je me sens très à l'aise dans la voiture, je ressens beaucoup de confiance. C'est un grand changement et j'espère que nous pourrons arriver sur chaque rallye en voulant se battre pour la victoire. On sait qu'un rallye n'est jamais joué, comme on l'a vu aussi au Mexique [où Meeke est sorti de la route dans la Power Stage, ndlr]. Mais je suis confiant pour le reste de l'année.

Pensez-vous au championnat ou est-ce encore trop tôt pour cela ?

Pour le moment, c'est sûr, quand on regarde le classement du championnat, ça paraît difficile. Les deux premiers rallyes nous ont vraiment repoussés au second plan. Nous avons refait un peu surface au Mexique, mais l'abandon en Corse nous a repoussés très loin. Une autre victoire nous aurait vraiment ramenés dans la lutte. Nous serions désormais troisièmes, avec le leader en ligne de mire, mais nous sommes bien plus loin.

Comme je le disais, la seule chose que je puisse faire est de me concentrer sur l'obtention du meilleur résultat possible chaque week-end, à partir de maintenant et jusqu'à la fin de la saison. Je me sens en confiance et nous pouvons obtenir quelques résultats, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver en rallye, alors on verra. Ça va être un défi difficile mais je continue à apprécier mes week-ends et on verra ce qu'il advient. La chose importante est d'être en mesure de prouver la vitesse de la voiture et de savoir qu'on peut lutter.

L'Argentine marque le début d'une série de cinq rallyes sur terre. Le récent test au Portugal a-t-il été très important ?

Toutes les équipes testent beaucoup en ce moment. Avec de nouvelles voitures et de nouveaux règlements, on apprend beaucoup quand on doit en fait être en compétition. C'est là que l'on commence vraiment à développer la voiture car elle paraît complètement différente en compétition et en test. En test, on parcourt la même route toute la journée et ce n'est pas la même chose que d'explorer de nouvelles spéciales. On a un feeling différent de la voiture.

Le test au Portugal a été bon. Comme vous le savez, nous ne sommes pas autorisés à en faire en dehors de l'Europe, donc on prépare le Portugal et l'Argentine ensemble car le type de surface y est très similaire. J'en suis reparti assez confiant dans la voiture et c'est le plus important.

Je pense que maintenant, on peut se rendre sur chaque rallye avec quatre ou cinq pilotes qui peuvent gagner – c'est une période très excitante pour notre sport.

Kris Meeke

Comme vous le disiez tout à l'heure, les quatre premiers rallyes de la saison ont vu quatre constructeurs différents s'imposer. Qu'est-ce que cela vous inspire ?

C'est une période spéciale pour être en WRC. Personnellement, d'un point de vue pilotage, avec ces nouvelles voitures et ces nouveaux règlements, je trouve que c'est très spécial. Et oui, on a vu quatre constructeurs différents gagner en quatre rallyes. C'est quelque chose de spécial et ce n'est pas arrivé depuis longtemps. C'est fantastique pour la discipline. Tout le monde veut voir une compétition serrée et je pense que maintenant, on peut se rendre sur chaque rallye avec quatre ou cinq pilotes qui peuvent gagner – c'est une période très excitante pour notre sport.

C'est une bouffée d'air frais, pour être honnête, car les quatre dernières années, on a vu une domination quasi complète de [Sébastien] Ogier et Volkswagen. C'était bien pour eux, fantastique qu'ils soient en mesure d'obtenir autant de succès sur une courte période, mais c'est sympa que ce soit plus ouvert maintenant, c'est sûr.

Ogier est-il toujours au-dessus du lot ou au même niveau que les autres ?

Il est quatre fois Champion du monde, donc il sait comment gagner un championnat. Comme on l'a vu, même maintenant, s'il a un problème comme il en a eu un en Corse, il est malgré tout capable de s'en tirer avec de gros points. C'est comme ça qu'on peut gagner un championnat. Bien sûr, mon abandon en Corse m'a laissé sans aucun espoir, j'en suis reparti avec un zéro pointé, donc ce genre de week-end peut faire la différence entre gagner un championnat ou pas.

Bien sûr, Ogier a l'expérience de gagner des championnats, et ça aide, mais on essaiera jusqu'à la toute fin, nous ne renoncerons jamais et je pense qu'en termes de vitesse pure, j'ai l'expérience et l'équipe derrière moi pour aller chercher Ogier et me battre pour le titre mondial. À ce stade, ça paraît difficile mais j'espère que nous pourrons continuer à avoir du succès durant l'année, et on ne sait jamais ce qui peut se passer lors des rallyes.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye d'Argentine
Pilotes Kris Meeke
Équipes Citroën Total Abu Dhabi WRT
Type d'article Interview
Tags presentation