Mikkelsen a connu le "meilleur rallye" de sa carrière

Aux antipodes ce week-end, le Norvégien a offert un ultime succès à Volkswagen et à la Polo R WRC en tenant en respect son quadruple champion du monde de coéquipier, Sébastien Ogier.

Mikkelsen a connu le "meilleur rallye" de sa carrière
Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Les vainqueurs Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Andreas Mikkelsen, Volkswagen Motorsport, célèbre sa victoire
Andreas Mikkelsen, Anders Jäger, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Andreas Mikkelsen, Anders Jäger, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Andreas Mikkelsen, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Andreas Mikkelsen, Anders Jäger, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Volkswagen Motorsport
Andreas Mikkelsen, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Anders Jæger, Volkswagen Motorsport
Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport :

C'est un Andreas Mikkelsen surexcité qui s'est présenté pour la conférence de presse d'après-course à Coffs Harbour, plaque tournante du Rallye d'Australie. Le pilote de la troisième Volkswagen Polo R WRC, celle engagée pour le compte de l'équipe “B” du constructeur allemand, venait de conclure en tête la dernière épreuve de la saison au terme d'une démonstration impressionnante de maîtrise au fil des trois jours.

Je me sens tout sauf cool ! Un sentiment fabuleux !”, a-t-il lancé. “Certains rallyes présentent un mélange d'émotions, et bien sûr j'ai probablement fait mon meilleur.”

Le week-end a été fabuleux et j'ai passé des moments formidables dans la Polo. Cela a été l'attaque maximum dès le départ. Quand je me suis réveillé ce matin [dimanche], je savais qu'on aurait une grosse bagarre à livrer. On a juste tout donné, et ça a suffi. Je suis très content et très fier d'être assis ici au milieu de ces pilotes fantastiques [Sébastien Ogier et Thierry Neuville, qui sont aussi les deux le précédant au classement final du championnat]. Je ne pense pas que quiconque ait imaginé que nous serions assis ici dans cet ordre.”

Une seule alerte

Sa position de tête, Mikkelsen, meilleur temps de la première spéciale bien que s'élançant le troisième sur une route qui n'était donc balayée que par deux concurrents partis devant lui, ne l'a cédée (à Hayden Paddon) qu'à l'arrivée de la deuxième spéciale. Il l'a aussitôt reprise et son avance n'a cessé d'augmenter pour culminer à 17”4 après l'ES8, puis redescendre légèrement jusqu'à 12 secondes au terme de l'ES15. Ensuite, victime d'un souci avec les pédales d'embrayage et de frein de sa Polo qui se superposaient dans l'ES16 – sa seule alerte de tout le rallye –, il a vu Ogier revenir à deux secondes le samedi soir. Tout était à refaire, et il n'a pas craqué sous la pression.

Sachant que Seb et Julien n'étaient que deux secondes derrière, on savait que ça allait être très dur, mais dans un sens, c'était aussi sympa”, dit-il. “Si on avait eu 15 ou 20 secondes [d'avance], alors on aurait pu commencer à réfléchir à certaines choses, mais vu la situation, il fallait juste y aller à fond, ce qu'on a plus ou moins fait.”

C'est finalement Ogier qui est parti à la faute sur la fin de la longue spéciale du dimanche, dans laquelle tous deux étaient sur un rythme très élevé et luttaient à coups de dixièmes de seconde.

"Celle-là est pour l'équipe"

Cette victoire, bien sûr, avait un goût particulier pour Mikkelsen du fait que cette dernière manche du calendrier mettait un terme aux quatre années de présence de Volkswagen dans le WRC, lui-même étant présent depuis le début de cet engagement et ayant disputé une première saison partielle en 2013 puis trois complètes en 2014, 2015 et 2016.

“Finir ma carrière avec Volkswagen sur une victoire est un sentiment fabuleux. Être capable de la donner à l'équipe, rien ne pourrait me rendre plus fier”, a-t-il ajouté. “Mais je suis triste aussi de voir tout cela disparaître. Déjà dans la dernière spéciale, dans le dernier kilomètre de la Power Stage, je disais à Anders [Jæger, son copilote] : “Qu'est-ce que cette équipe et cette voiture vont me manquer !’ C'est sûr, ce sera étrange de ne plus s'attaquer au moindre rallye avec ces gens fabuleux. Gagner en Australie est fabuleux pour moi et pour l'équipe, mais c'est sûr, celle-là était pour l'équipe.”

Et les deux hommes de renvoyer aux images du dernier kilomètre de course en caméra embarquée pour se faire une idée de l'émotion dans l'habitacle...

Mieux que le titre IRC

Ce succès, son troisième en WRC, est aussi le plus beau pour Mikkelsen qui s'était imposé en Catalogne l'an dernier après une sortie de route d'Ogier dans la Power Stage, puis en Pologne cette année grâce à une crevaison d'Ott Tänak dans l'avant-dernière spéciale. Il est même le premier à surpasser en termes d'émotions un autre obtenu... avant même ses débuts en Mondial.

Je dirais que ma victoire en IRC [Intercontinental Rally Challenge, aujourd'hui Championnat d'Europe ERC], quand j'ai gagné le championnat [en 2012], m'a fait plus de bien que la Pologne et ma première victoire en WRC, mais celle-ci est tellement unique. Je sais que c'est la dernière fois avec Volkswagen et ça la rend spéciale, mais tenir en respect un quadruple champion du monde en termes de rythme et de performance... Je suis très fier de ça.”

Une approche différente

Enfin, le Rallye d'Australie a été pour Mikkelsen, étant donné l'enjeu, l'occasion d'aborder les choses différemment de l'habitude.

Au début de l'année, mon équipe et moi avions comme plan de courir pour le championnat en étant rapides mais réguliers et sans prendre de risques. Mais en venant ici, on n'avait rien à perdre. La seule chance qu'on avait de finir seconds au championnat était de gagner. J'ai fait le meilleur job que je pouvais et je pense qu'on a vraiment montré avoir le rythme optimal. Et je ne me suis jamais senti aussi à l'aise à ce rythme - on ne s'est fait aucune frayeur. Ça fait beaucoup, beaucoup de bien. De ce point de vue, cela a été un rallye génial pour nous.”

De quoi convaincre, espère-t-il sans doute – et comme le disait le message “Engagez-nous” affiché sur la Polo #9 (photo en bas à gauche) – M-Sport ou Toyota de les engager, lui et Jæger, pour 2017...

partages
commentaires
Championnats - Neuville en dauphin, les deux équipes VW sur le podium
Article précédent

Championnats - Neuville en dauphin, les deux équipes VW sur le podium

Article suivant

Neuville dit avoir "beaucoup appris" en 2016

Neuville dit avoir "beaucoup appris" en 2016
Charger les commentaires
La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs Prime

La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs

Après avoir remporté un huitième titre mondial, Sébastien Ogier va cesser son engagement à plein temps en WRC. Pour comprendre l'héritage qu'il laisse, plusieurs de ses anciens adversaires, coéquipiers ou collègues témoignent de cette carrière riche en succès.

WRC
12 h
Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende Prime

Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende

Sébastien Ogier quitte son rôle de pilote WRC à plein temps de la plus belle des manières, avec un huitième titre mondial en poche. Comparé tout au long de sa carrière au nonuple Champion du monde Sébastien Loeb, il a démontré de manière convaincante qu'il pouvait lui-même être considéré comme l'un des plus grands pilotes de rallye de l'Histoire.

WRC
23 nov. 2021
La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises " Prime

La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises "

Ce week-end, le Rallye de Monza marque la fin d'une ère en WRC : Sébastien Ogier s'apprête à mettre un terme à sa présence à temps plein dans le championnat et vise avant cela un huitième titre mondial. Malgré sa longévité, le pilote Toyota révèle dans une interview exclusive que l'incertitude persistante l'a poussé dans une quête incessante de perfection.

WRC
19 nov. 2021
McRae, la troisième génération Prime

McRae, la troisième génération

Le patronyme McRae est ancré dans l'histoire du rallye, partageant huit titres britanniques entre Jimmy, Colin et Alister, auxquels il faut ajouter le sacre de 1995 en WRC. Le prochain sur la liste est le fils d'Alister, Max McRae, qui à 17 ans va tenter de se faire un prénom.

WRC
13 nov. 2021
Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ? Prime

Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ?

Les critiques de Thierry Neuville contre les futures Rally1 (ces voitures qui inaugureront la nouvelle ère hybride du WRC) sortent de l'ordinaire, à une époque où les pilotes sont généralement réticents à exprimer leurs opinions en public. Mais les inquiétudes du Belge concernant la vitesse, la sécurité et le coût sont-elles tout à fait justifiées ?

WRC
17 sept. 2021
Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ? Prime

Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ?

Les pilotes français ont dominé le WRC ces deux dernières années : Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ont accumulé les titres de manière impressionnante. Alors que le second mettra fin à sa présence à plein temps dans le championnat à l'issue de la saison, la France fera reposer ses espoirs sur le rookie Adrien Fourmaux, à qui semble promis un avenir brillant.

WRC
11 août 2021
Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles Prime

Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles

Avant de conquérir neuf titres en WRC, Sébastien Loeb a dû faire face à plusieurs coups durs qui ont failli le priver d'une carrière au plus haut niveau. Dans une interview exclusive, l'Alsacien se remémore les étapes qui ont mené à sa domination sur les routes.

WRC
22 févr. 2021
Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire Prime

Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire

La saison 2020 du WRC a connu un dénouement inhabituel dans le cadre du Rallye de Monza. Même si elle était loin d'être idéale, cette épreuve a peut-être épargné au Championnat du monde de sérieux problèmes en offrant une vitrine lui permettant d'assurer la présence de plusieurs acteurs à long terme.

WRC
9 déc. 2020