Mikkelsen rassuré après avoir testé la Citroën

Le Norvégien estime être toujours aussi rapide avant de faire son retour en course dans une World Rally Car, avec Citroën ce week-end en Italie, même s'il n'a pas couru au plus haut niveau depuis sept mois.

Andreas Mikkelsen reconnaît avoir craint que sa pointe de vitesse ait diminué durant une saison marquée pour l'instant par de sporadiques apparitions sur une Skoda Fabia R5. Mais son premier test de la Citroën C3 WRC lui a confirmé qu'il est là où il voulait être.

"J'étais un petit peu anxieux avant le test avec Citroën, [je me demandais si] la vitesse aurait l'air normale après avoir piloté en WRC2 depuis un certain temps", déclare-t-il à Motorsport.com. "J'étais dans le même état d'esprit avant de piloter la Hyundai plus tôt dans l'année. Mais ça allait. Le feeling avec la vitesse dans la C3 était assez normal pour moi."

"Quand vous avez été longtemps au top niveau, ça va. Regardez Elfyn [Evans], il a montré ce qu'on peut faire quand on sait piloter – il a été en WRC2 une saison entière [en 2016], mais il est revenu et il a signé des meilleurs temps au Monte-Carlo."

Mikkelsen a parcouru près de 300 km d'essais à des vitesses compétitives au volant de la C3, dans la sud de la France.

"Le test s'est bien passé", dit-il. "C'était vraiment bien d'être de retour dans une vraie voiture et il ne fait aucun doute que la C3 est une voiture rapide.”

L'ancien pilote Volkswagen avait rencontré auparavant l'équipe au quartier général de Citroën Racing, à Versailles, et a admis que le désir de ramener l'équipe à sa gloire d'antan était évidente.

"L'équipe a été très sympa et l'on peut voir qu'ils sont très motivés. Ils travaillent très dur pour rendre une bonne voiture encore meilleure. Comme je l'ai dit, la C3 est une voiture rapide, mais il y a le potentiel pour la rendre encore plus rapide."

Cette semaine, Mikkelsen aura pour priorité de trouver ses marques dans une nouvelle voiture.

"En Sardaigne, tout est question de piloter avec le feeling et de prendre les choses palier par palier", explique-t-il. "Une journée n'est pas assez pour apprendre la voiture complètement. Nous avons fait quelques avancées dessus, mais pour rouler très vite, il faut être totalement en confiance et savoir ce qu'elle va faire dans chaque situation. C'est une nouvelle voiture pour moi et je pense que ça peut rendre difficile pour moi d'être tout à fait au top en Sardaigne."

Du fait que le vainqueur du Monte-Carlo et de la Suède en WRC2 récupère en Italie la C3 WRC de Stéphane Lefebvre, il héritera dans une large mesure des réglages du Français.

"Comme la voiture est préparée pour d'autres rendez-vous, il y a des limites à ce qu'on peut faire dessus, mais nous avons fait quelques changements et c'était intéressant de voir combien ces changements ont influencé les autres domaines. C'était une bonne première journée pour moi."

Des attentes limitées

Le directeur de Citroën Racing, Yves Matton, a admis que les attentes restaient limitées concernant sa dernière recrue.

"Après seulement une journée de test, il est impossible pour lui de connaître la DS3 de l'intérieur", considère-t-il. "Il sera par conséquent libre de courir en fonction de son feeling dans la voiture et d'adapter son rythme en fonction également."

Des trois pilotes Citroën engagés ce week-end, Mikkelsen sera le plus expérimenté en Sardaigne avec déjà six départs derrière lui. Kris Meeke ne compte qu'une participation de moins, mais Craig Breen n'en a qu'une à son actif. Aucun des deux pilotes réguliers n'a piloté la C3 depuis le Portugal, les tests pour l'Italie ayant été effectués avant ce dernier rallye.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye de Sardaigne
Pilotes Andreas Mikkelsen
Équipes Citroën Total Abu Dhabi WRT
Type d'article Preview
Tags TEST, c3 wrc, presentation