Réactions
WRC Rallye d'Ypres

M-Sport doit réagir après un Rallye d'Ypres désastreux

Alors que ses trois voitures ont subi des dommages lors du Rallye d'Ypres, M-Sport entend se remobiliser afin de relancer sa saison.

Gus Greensmith, Jonas Andersson, M-Sport Ford World Rally Team Ford Puma Rally1

Si Hyundai a bien redressé la barre ces dernières semaines pour donner le change à une équipe Toyota qui était hégémonique depuis le début de la saison, force est de constater qu'il n'en va pas de même pour M-Sport. La structure anglaise a pourtant été la première à s'imposer cette année, au Rallye Monte-Carlo par l'intermédiaire de Sébastien Loeb, mais depuis sa situation s'est considérablement dégradée au championnat.

Transfuge de chez Hyundai durant la trêve hivernale, l'arrivée de Craig Breen au sein de l'équipe était attendue avec impatience mais n'a pour l'instant pas apporté les résultats escomptés. L'Irlandais, qui figurait également sur le podium au Monte-Carlo, n'a en effet réussi à intégrer le top 3 qu'à une seule autre occasion, lors du Rallye de Sardaigne avec une deuxième place.

La trajectoire de Breen cette saison est d'ailleurs similaire à celle de son équipe, celui-ci qui reste sur trois abandons successifs, le dernier en date survenu ce week-end au Rallye d'Ypres. Une épreuve où M-Sport a d'ailleurs touché le fond, et où chacune de ses trois Puma Rally1 ont subi un accident à un moment ou à un autre.

On l'a dit, Breen a été contraint de jeter l'éponge après son gros accident survenu dans l'ES10, là-même où son coéquipier Gus Greensmith a été victime d'une excursion hors de la route, endommageant l'arrière gauche de sa voiture et perdant de nombreuses minutes en changeant sa roue pour finir la course à la 19e place.  

On a alors bien cru qu'Adrien Fourmaux allait sauver l'honneur de l'équipe, le Français qui était aux prises avec Oliver Solberg pour le gain de la quatrième place – ce qui aurait constitué son meilleur résultat en WRC – et ce malgré une pénalité de 20" lui ayant été infligée samedi soir après avoir pointé en retard au départ de l'ES15. Mais là encore, la guigne a frappé, le Nordiste partant à la faute dans l'avant-dernière spéciale.

Autant de déboires qui font reconnaître au manager de l'équipe, Richard Millener, que ses troupes sont actuellement au creux de la vague et doivent réagir sans toutefois prendre de décisions hâtives qui pourraient aggraver encore davantage la situation. "Cela fait partie du rallye, cela peut arriver, mais avoir autant de malchance et faire autant d'erreurs n'est vraiment bon pour personne", a-t-il ainsi déclaré. "Je suis toujours derrière l'équipe, je suis toujours derrière la voiture, nous devons de nouveau travailler ensemble, cela ne sert à rien de se battre en interne. Nous devons obtenir de meilleurs résultats, c'est aussi simple que cela. C'est très difficile. Vous les mettez [les pilotes] sous pression pour qu'il fasse toujours mieux, mais cela ne marche pas. Alors à l'inverse vous relâchez la bride, simplement pour qu'ils puissent s'exprimer, et cela ne marche pas non plus."

Fourmaux était bien parti pour signer son meilleur résultat de la saison en Belgique, jusqu'à une sortie de route dans l'avant-dernière spéciale.

Fourmaux était bien parti pour signer son meilleur résultat de la saison en Belgique, jusqu'à une sortie de route dans l'avant-dernière spéciale.

Une Puma compétitive malgré tout

Le fait est que la Puma Rally1 est une machine performante, comme on a pu l'observer sur certaines épreuves comme en Estonie, où Breen et Fourmaux y sont chacun allés de leur scratch. Mais c'est l'incapacité de M-Sport à réaliser un rallye sans le moindre trouble qui pèche jusqu'ici. "La voiture a remporté une manche WRC, donc elle n'est pas mauvaise", souligne Millener. "Je ne veux pas prendre de décisions sur un coup de tête, car dans ces cas-là les émotions peuvent occulter ce qui pourraient être les meilleures options. Je pense que nous allons devoir sans doute nous rassembler et attendre pour prendre une décision, si décision il y a."

Interrogé sur la possibilité de voir d'autres pilotes rouler au volant de la Puma, Millener s'est montré clair. "Non, pas pour le moment. Nous allons avoir six voitures engagées en Grèce, ce qui est déjà un exploit en tant que tel [...]. Mais je pense qu'il nous faut simplement quelques jours pour nous poser, nous rassembler, regarder les faits en face, ne pas prendre de décisions hâtives et à partir de là remettre la marche avant."

Lire aussi : 

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Evans, un retour à la victoire sans cesse repoussé
Article suivant Meilleur résultat en WRC pour Solberg après sa frustration finlandaise

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France