WRC Rallye de Croatie

M-Sport réclame des pneus pluie plus résistants

M-Sport demande à Pirelli de renforcer ses pneus pour le mouillé en WRC, après une série de crevaisons ayant émaillé les deux premières étapes du Rallye de Croatie.

Pierre-Louis Loubet, Vincent Landais, M-Sport Ford World Rally Team Ford Puma Rally1

Quelle que soit l'identité du vainqueur dans quelques heures, le Rallye de Croatie aura été marqué par de nombreux problèmes de pneus chez les différents engagés. Les routes détrempées et le profond brouillard n'ont en ce sens rien arrangé à l'affaire sur l'asphalte croate, les pilotes subissant de nombreuses entailles sur leurs gommes, véritables niches pour la boue et le gravier.

Les pneus pluie fournis par Pirelli n'ont que rarement été utilisés par le passé dans le championnat, ce qui a pour conséquence un manque d'expérience des pilotes et des équipes sur ce type de composés. Ces derniers n'ont d'ailleurs été utilisés pour la toute première fois en compétition depuis le début de l'ère hybride que ce week-end.

Ainsi, pas moins de cinq voitures sur onze ont souffert de crevaisons avec le pneu pluie vendredi, le leader de la course Kalle Rovanperä venant s'ajouter à cette liste le lendemain. Si ce dernier a pu se maintenir jusqu'ici en tête de l'épreuve, d'autres engagés comme Elfyn Evans n'ont pas eu la même chance.

Le Gallois avait en effet le rythme en Croatie pour viser le podium, mais deux crevaisons à l'avant gauche ont mis fin à ses ambitions de top 3 dès le vendredi matin, alors que son coéquipier chez Toyota Takamoto Katsuta a subi un sort similaire dans l'après-midi, au même titre qu'Ott Tänak.

Le record revient cependant à M-Sport, dont les pilotes ont été la cible privilégiée des crevaisons. Pierre-Louis Loubet a ainsi crevé à trois reprises en deux spéciales, ce qui l'a contraint à l'abandon sur la première journée du rallye, alors que son coéquipier Gus Greensmith a pour sa part dû changer de pneu à quatre reprises.

Peu d'expérience des équipes sur le pneu pluie

Des statistiques peu communes, et qui ont fait réagir le patron de la structure britannique, Richard Millener. Ce dernier assure ainsi que Pirelli doit à l'avenir revoir sa copie et renforcer ses pneus pluie : "C'est quelque chose que nous devons regarder assez rapidement", a-t-il ainsi indiqué auprès de Motorsport.com vendredi soir. "Je veux un pneu plus résistant. Nous n'utilisons que rarement le pneu pluie, et nous savions pertinemment avant ce rallye que celui-ci allait être mouillé. Nous avons donc regardé notre historique pour récolter des données à propos de cette gomme, mais cela doit faire quelques années que nous ne l'avions plus utilisée."

"Quand vous avez un pneu que vous n'utilisez qu'une fois de temps en temps, vous n'y consacrez pas beaucoup d'argent et d'effort, ce qui est totalement compréhensible. Mais ce qu'il se passe ici souligne la nécessité de voir ce que nous pouvons faire avec ces voitures et dans ces conditions. Même si rien ne se passe, nous devons avoir une discussion à propos de cela car ce n'est pas juste pour les pilotes et les équipes, étant donné que nous dépensons beaucoup d’argent pour courir du mieux que nous pouvons. Commettre une erreur peut se comprendre, mais lorsque celle-ci touche autant de pilotes et d'équipes alors je pense qu'il faut que l'on en discute tous ensemble. Nous devrions tous nous assoir après l'épreuve et donner nos retours à ce sujet, et voir ce que nous pouvons faire. Ce n'est pas du tout une attaque contre Pirelli. C'est la dernière chose dont ils ont besoin, mais il faut que nous réglions ce problème."

En réponse à cet appel du responsable de M-Sport, le manager des activités rallyes de Pirelli, Terenzio Testoni, a déclaré qu'il n'y avait "aucune raison de paniquer", et que le nombre de crevaisons n'était pas inhabituel, expliquant que les conditions extrêmes constituaient un facteur contributif à cet état de fait.

Vers une réunion pour pallier le problème

Testoni a par ailleurs révélé que Hyundai avait utilisé les pneus pluie sans le moindre problème lors d'un test en amont du Rallye de Croatie, réalisé lui aussi dans des conditions peu clémentes. "Si vous regardez ce qu'il s'est passé hier, c'est conforme à ce à quoi nous nous attendions", a expliqué le manager italien, également auprès de Motorsport.com. "Au total, nous avons déploré huit pneus endommagés en Rally1, sur lesquels trois écrous de roue étaient complètement détruits, donc pour moi nous n'avons eu réellement que cinq crevaisons. Cinq crevaisons en une journée, je ne suis pas sûr que cela doit provoquer une grosse panique. C'est aussi la première fois en deux années que les équipes roulent avec la spécification pour la pluie. Bien sûr, il faut que notre équipe gagne en expérience sur ce point. Mais lors du test [mené avec Hyundai avant le Rallye de Croatie], tout s'était bien déroulé. Ce que nous savons, c'est que les conditions sont très difficiles. Lorsque le grip et la visibilité sont très bas, vous pilotez partout sauf sur la route, et voilà alors ce qui arrive aux pneus. Bien sûr, nous devons attendre que le rallye touche à sa fin pour bien analyser tout ce qu'il s'est passé, et bien entendu nous allons nous réunir avec toutes les équipes pour avoir leurs opinions à ce sujet, mais pour moi il n'y a pas de raisons de paniquer pour le moment. Je commencerais à m'inquiéter si nous avions une vingtaine de crevaisons."

Et le responsable des activités de Pirelli en WRC de rajouter : "Nous n'avons pas encore renforcé le pneu pluie en Rally1, et ce pour deux raisons : d'abord parce que celui-ci n'est utilisé que sur 5% de la saison, et ensuite parce qu'avec l'expérience que nous avons en ERC, nous savons qu'il est par ailleurs très solide. Mais le fait est que les conditions rencontrées hier étaient très mauvaises. Pour le moment, nous sommes en train de récolter les informations émanant des équipes, mais nous ne sommes pas en panique. Nous cherchons toujours de nouvelles technologies pour nos pneus pluie et nos pneus pour le sec."

Lire aussi:

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent ES13 à 16 - Rovanperä résiste à Tänak dans un duel haletant
Article suivant ES17 à 19 - Tänak prend la tête à l'approche de la Power Stage !

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France