M-Sport : Se séparer d'Evans et Suninen serait "dingue"

Bien qu'il tente de récupérer Ott Tänak pour 2020, Malcolm Wilson pense qu'il serait "dingue" de laisser partir ses pilotes actuels.

M-Sport : Se séparer d'Evans et Suninen serait "dingue"

Depuis que Sébastien Ogier a quitté M-Sport pour rejoindre Citroën, le line-up de l'équipe britannique est formé par Elfyn Evans et Teemu Suninen. Même s'il est très probable qu'Ott Tänak prolonge son contrat avec Toyota, Malcolm Wilson ne perd pas espoir de le recruter, mais assure toutefois qu'il a la ferme intention de conserver ses deux pilotes actuels quoi qu'il arrive.

"Elfyn et Teemu feront partie de l'équipe, c'est certain", déclare le patron de M-Sport à Motorsport.com. "Nous avons beaucoup investi sur chacun d'eux, aussi il serait dingue de laisser quelqu'un d'autre en tirer bénéfice. Si Ott n'est pas là, l'intention serait qu'ils forment tous les deux l'équipe pour la suite."

Lire aussi :

Evans dans l'incertitude

Evans, qui aura manqué trois rallyes cette saison, occupait la quatrième place du championnat avant de se blesser au dos, en juillet, et il conservait encore cette position avant d'être dépassé par Kris Meeke et Andreas Mikkelsen lors du Rallye d'Allemagne, le mois dernier. Il sera encore absent lors du Rallye de Turquie la semaine prochaine, mais fera son retour à la compétition en octobre, à l'occasion du Rallye de Grande-Bretagne, qu'il a remporté en 2017.

Lorsque Motorsport.com l'a interrogé sur son avenir et lui a demandé s'il était en discussion avec M-Sport pour l'année prochaine, le pilote gallois a répondu : "Bien sûr, c'est naturel. Rien n'est réglé pour le moment. C'est un livre ouvert." Il admet cependant qu'il n'est pas idéal pour lui d'avoir manqué une partie de la saison, alors que le marché des transferts bat son plein. "On ne sait jamais quand ce genre de choses se font", souligne-t-il.

"Bien entendu, on aime à croire que les gens ne nous oublient pas, et qu'ils n'oublient pas les performances que l'on a réalisées au début de l'année. [Mais] il n'y a pas mieux que le présent. Les gens oublient en effet assez naturellement les choses quand le temps passe et différentes personnes se retrouvent dans la lumière à différentes étapes, alors qui sait. Quand on n'a pas un bout de papier avec son nom dessus, je pense qu'il est important d'être présent. Mais je crois que la seule chose que l'on puisse faire c'est se concentrer afin de faire notre possible pour revenir au lieu de nous attarder sur le fait que nous ne sommes pas là."

Lire aussi :

En l'absence d'Evans depuis la mi-juillet, Gus Greensmith a assuré l'intérim en Finlande et en Allemagne puis c'est Pontus Tidemand qui représentera l'équipe lors du prochain rallye en Turquie. M-Sport souhaite désormais que Greensmith se concentre sur sa nouvelle R5 dont il est appelé à montrer le potentiel lors des prochains rallyes.

Suninen un Tänak en puissance ?

Suninen, quant à lui, est actuellement dans sa deuxième année complète avec l'équipe britannique en WRC, après avoir fait ses débuts dans le cadre d'un programme partiel en 2017, mais le pilote de 25 ans n'a pour l'instant obtenu que deux podiums. "Je crois qu'il a la vitesse. C'est le processus que nous devons traverser", explique Wilson lorsque Motorsport.com lui demande de dresser le bilan de ses performances cette année. "C'est assez douloureux parfois, mais c'est le rallye. Je dis toujours qu'il faut cinq ans [pour devenir un top pilote]. C'est peut-être réduit à quatre maintenant, avec la technologie à disposition sans être sur une épreuve, mais au final il faut cette expérience [du terrain]."

Lorsqu'il lui est demandé si Tänak avait dû en passer par le même apprentissage, le patron de M-Sport répond : "Oui, avec Ott cela a clairement été un long processus. J'espère qu'avec Teemu cela pourra être réduit, mais au final il a la vitesse."

Avant de commencer à remporter des rallyes en 2017 et de devenir le prétendant au titre qu'il est actuellement, Tänak a connu un début de carrière mouvementé, au cours duquel il a été renvoyé deux fois par Malcolm Wilson. Parti chez Toyota en 2018, l'Estonien s'est imposé comme le leader de l'équipe de Tommi Mäkinen, avec laquelle il a remporté à ce jour neuf victoires. À quatre manches de la fin du championnat, il possède 33 points d'avance sur ses adversaires et voit donc son ancienne équipe pousser fort pour le reconquérir pour la saison prochaine.

partages
commentaires
Une 3e Fiesta pour Tidemand au Pays de Galles
Article précédent

Une 3e Fiesta pour Tidemand au Pays de Galles

Article suivant

Hyundai s'ajoute deux rallyes, le débat sur les tests continue

Hyundai s'ajoute deux rallyes, le débat sur les tests continue
Charger les commentaires
La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs Prime

La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs

Après avoir remporté un huitième titre mondial, Sébastien Ogier va cesser son engagement à plein temps en WRC. Pour comprendre l'héritage qu'il laisse, plusieurs de ses anciens adversaires, coéquipiers ou collègues témoignent de cette carrière riche en succès.

WRC
30 nov. 2021
Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende Prime

Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende

Sébastien Ogier quitte son rôle de pilote WRC à plein temps de la plus belle des manières, avec un huitième titre mondial en poche. Comparé tout au long de sa carrière au nonuple Champion du monde Sébastien Loeb, il a démontré de manière convaincante qu'il pouvait lui-même être considéré comme l'un des plus grands pilotes de rallye de l'Histoire.

WRC
23 nov. 2021
La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises " Prime

La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises "

Ce week-end, le Rallye de Monza marque la fin d'une ère en WRC : Sébastien Ogier s'apprête à mettre un terme à sa présence à temps plein dans le championnat et vise avant cela un huitième titre mondial. Malgré sa longévité, le pilote Toyota révèle dans une interview exclusive que l'incertitude persistante l'a poussé dans une quête incessante de perfection.

WRC
19 nov. 2021
McRae, la troisième génération Prime

McRae, la troisième génération

Le patronyme McRae est ancré dans l'histoire du rallye, partageant huit titres britanniques entre Jimmy, Colin et Alister, auxquels il faut ajouter le sacre de 1995 en WRC. Le prochain sur la liste est le fils d'Alister, Max McRae, qui à 17 ans va tenter de se faire un prénom.

WRC
13 nov. 2021
Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ? Prime

Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ?

Les critiques de Thierry Neuville contre les futures Rally1 (ces voitures qui inaugureront la nouvelle ère hybride du WRC) sortent de l'ordinaire, à une époque où les pilotes sont généralement réticents à exprimer leurs opinions en public. Mais les inquiétudes du Belge concernant la vitesse, la sécurité et le coût sont-elles tout à fait justifiées ?

WRC
17 sept. 2021
Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ? Prime

Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ?

Les pilotes français ont dominé le WRC ces deux dernières années : Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ont accumulé les titres de manière impressionnante. Alors que le second mettra fin à sa présence à plein temps dans le championnat à l'issue de la saison, la France fera reposer ses espoirs sur le rookie Adrien Fourmaux, à qui semble promis un avenir brillant.

WRC
11 août 2021
Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles Prime

Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles

Avant de conquérir neuf titres en WRC, Sébastien Loeb a dû faire face à plusieurs coups durs qui ont failli le priver d'une carrière au plus haut niveau. Dans une interview exclusive, l'Alsacien se remémore les étapes qui ont mené à sa domination sur les routes.

WRC
22 févr. 2021
Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire Prime

Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire

La saison 2020 du WRC a connu un dénouement inhabituel dans le cadre du Rallye de Monza. Même si elle était loin d'être idéale, cette épreuve a peut-être épargné au Championnat du monde de sérieux problèmes en offrant une vitrine lui permettant d'assurer la présence de plusieurs acteurs à long terme.

WRC
9 déc. 2020