Neuville : "J'ai perdu l'arrière et il n'y avait plus rien à faire"

Incapable de suivre le rythme imprimé par les Toyota Yaris WRC lors de la première étape sans réellement comprendre pourquoi, Thierry Neuville était bien décidé à refaire son retard sur le duo de tête samedi, avant qu'une erreur douche ses espoirs.

Neuville : "J'ai perdu l'arrière et il n'y avait plus rien à faire"

Au terme de la première journée du Rallye de Monza, Thierry Neuville tirait un bilan contrasté de ses performances. Relativement satisfait du comportement de sa i20 Coupe WRC, le pilote Hyundai Motorsport accusait, malgré des bonnes sensations en apparence, plus de 21" de retard sur la Toyota Yaris du leader Elfyn Evans.

"On n'arrivait pas à mettre de la puissance au sol, notamment dans les parties grasses. On perdait à chaque fois beaucoup de temps. Pourtant, on avait l'impression d'être à la limite", déplorait-il au micro de la RTBF vendredi soir. "Mais ça ne payait pas [...] La voiture marchait vraiment très, très bien. Elle faisait ce que je voulais. Je n'avais pas de sous-virage. C'est ce qui rend la chose difficile."

Visiblement étonné par la tournure de la situation et le bilan comptable largement en sa défaveur, le Saint-Vithois comptait sur les quatre spéciales programmées ce samedi matin pour se refaire, tout en faisant preuve d'une certaine méfiance face au défi imposé par les spéciales montagneuses.

"Cela va être difficile. Mais le parcours n'est pas évident. Il y a beaucoup de surprises qui nous attendent tout le temps. Personne n'est à l'abri des erreurs. Il va falloir rester sur ce rythme et continuer à mettre la pression."

Dès la première spéciale du jour, San Fermo (14,80 km), il mettait toutefois son plan à exécution en signant le scratch pour revenir à 18"5 de la tête. Quelques kilomètres plus loin, une erreur stoppait rapidement ses ardeurs dans le secteur chronométré suivant (ES9).

"Comme je l'avais déjà dit au début du week-end, j'étais venu ici pour me battre pour la victoire mais malheureusement, la première journée du rallye n'a pas été aussi bonne que prévu", a-t-il rappelé ce midi à son retour au parc d'assistance. "Aujourd'hui, nous espérions récupérer du temps et pour le faire, nous savions qu'il fallait vraiment attaquer."

"J'ai fait ça dès le début. Cela a même bien fonctionné dans la première spéciale [avec le meilleur temps], mais j'ai voulu améliorer un peu le comportement de la voiture en durcissant la barre anti-roulis arrière pour qu'elle tourne mieux. Manifestement, je n'ai pas assez chauffé mes pneus pour la spéciale [suivante], et après deux virages, la courbe était plus serrée que prévu, j'ai perdu l'arrière et il n'y avait plus rien à faire à partir de là."

 

Si le violent choc contre le rail de sécurité ne mettait pas un terme prématuré à sa course, sa monture affichait pourtant de lourds dommages à l'avant droit, heureusement plus "cosmétiques" que mécaniques. Privé d'une bonne partie du pare-chocs, il composait ensuite avec une auto au comportement perfectible, ce qui ne l'empêchait pourtant pas de signer un deuxième puis un quatrième temps pour finir la matinée.

"Ce n'était pas horrible", expliquait-il au sujet du manque d'appui aérodynamique. "Quand la route était rapide et bosselée, c'était assez compliqué de garder le contrôle de la voiture. Dans les parties plus lentes où il y avait beaucoup d'épingles, je n'ai pas vu la différence. Mais dès que c'était plus rapide, en quatrième vitesse ou plus, vous pouviez vraiment ressentir la perte d'équilibre de la voiture. J'ai eu du mal avec ça, mais j'ai continué à me battre car j'ai toujours envie d'être sur le podium à la fin du rallye."

Ses espoirs de victoire envolés, Neuville se focalise désormais sur la dernière marche du podium occupée actuellement par son coéquipier Dani Sordo, face à qui il s'attend à une lutte âpre jusqu'à la fin du rallye.

"C'est excitant, Dani fait un excellent rallye depuis le départ. Il a montré une belle pointe de vitesse, sans commettre d'erreur. Il va continuer à attaquer, mais je suis persuadé que nous allons apprécier [la bataille pour le podium]."

Lire aussi :

partages
commentaires
ES10 & 11 - Ogier reprend l'avantage face à Evans dans les montagnes
Article précédent

ES10 & 11 - Ogier reprend l'avantage face à Evans dans les montagnes

Article suivant

ES12 & 13 - Ogier et Evans maintiennent le suspense

ES12 & 13 - Ogier et Evans maintiennent le suspense
Charger les commentaires
La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs Prime

La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs

Après avoir remporté un huitième titre mondial, Sébastien Ogier va cesser son engagement à plein temps en WRC. Pour comprendre l'héritage qu'il laisse, plusieurs de ses anciens adversaires, coéquipiers ou collègues témoignent de cette carrière riche en succès.

WRC
30 nov. 2021
Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende Prime

Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende

Sébastien Ogier quitte son rôle de pilote WRC à plein temps de la plus belle des manières, avec un huitième titre mondial en poche. Comparé tout au long de sa carrière au nonuple Champion du monde Sébastien Loeb, il a démontré de manière convaincante qu'il pouvait lui-même être considéré comme l'un des plus grands pilotes de rallye de l'Histoire.

WRC
23 nov. 2021
La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises " Prime

La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises "

Ce week-end, le Rallye de Monza marque la fin d'une ère en WRC : Sébastien Ogier s'apprête à mettre un terme à sa présence à temps plein dans le championnat et vise avant cela un huitième titre mondial. Malgré sa longévité, le pilote Toyota révèle dans une interview exclusive que l'incertitude persistante l'a poussé dans une quête incessante de perfection.

WRC
19 nov. 2021
McRae, la troisième génération Prime

McRae, la troisième génération

Le patronyme McRae est ancré dans l'histoire du rallye, partageant huit titres britanniques entre Jimmy, Colin et Alister, auxquels il faut ajouter le sacre de 1995 en WRC. Le prochain sur la liste est le fils d'Alister, Max McRae, qui à 17 ans va tenter de se faire un prénom.

WRC
13 nov. 2021
Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ? Prime

Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ?

Les critiques de Thierry Neuville contre les futures Rally1 (ces voitures qui inaugureront la nouvelle ère hybride du WRC) sortent de l'ordinaire, à une époque où les pilotes sont généralement réticents à exprimer leurs opinions en public. Mais les inquiétudes du Belge concernant la vitesse, la sécurité et le coût sont-elles tout à fait justifiées ?

WRC
17 sept. 2021
Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ? Prime

Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ?

Les pilotes français ont dominé le WRC ces deux dernières années : Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ont accumulé les titres de manière impressionnante. Alors que le second mettra fin à sa présence à plein temps dans le championnat à l'issue de la saison, la France fera reposer ses espoirs sur le rookie Adrien Fourmaux, à qui semble promis un avenir brillant.

WRC
11 août 2021
Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles Prime

Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles

Avant de conquérir neuf titres en WRC, Sébastien Loeb a dû faire face à plusieurs coups durs qui ont failli le priver d'une carrière au plus haut niveau. Dans une interview exclusive, l'Alsacien se remémore les étapes qui ont mené à sa domination sur les routes.

WRC
22 févr. 2021
Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire Prime

Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire

La saison 2020 du WRC a connu un dénouement inhabituel dans le cadre du Rallye de Monza. Même si elle était loin d'être idéale, cette épreuve a peut-être épargné au Championnat du monde de sérieux problèmes en offrant une vitrine lui permettant d'assurer la présence de plusieurs acteurs à long terme.

WRC
9 déc. 2020