Neuville : "Pour la première fois, j'en ai eu les larmes aux yeux"

partages
commentaires
Neuville :
Par : Jean-Philippe Vennin
10 avr. 2017 à 12:45

S'il assure ne pas être un émotif, le vainqueur du Tour de Corse n'a pas caché son émotion à l'arrivée, après un beau retournement de situation par rapport au premier jour – et pas dû seulement aux changements de réglages sur sa Hyundai.

Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Le vainqueur Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 Coupe WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Le vainqueur Thierry Neuville, Hyundai Motorsport
Les vainqueurs Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 Coupe WRC, Hyundai Motorsport
Podium : les vainqueurs Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 Coupe WRC, Hyundai Motorsport, les deuxièmes Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, M-Sport, Ford Fiesta WRC, les troisièmes Dani Sordo, Marc Marti, Hyundai Motorsport, Hyundai i20 Coupe WRC
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Le vainqueur Thierry Neuville, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Les vainqueurs Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 Coupe WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Hyundai Motorsport, Nicolas Gilsoul, Hyundai Motorsport

Déjà troisième au terme de l'étape d'ouverture, vendredi soir, avec un retard encore raisonnable de 25"8 sur le leader, Kris Meeke, Thierry Neuville n'en était pas pour autant satisfait du comportement de sa Hyundai et disait être partout à la limite pour rester dans le rythme. Après les changements de set-up effectués pour la deuxième journée, il s'est installé solidement en tête une fois éliminée la Citroën du Britannique. Encore lui fallait-il aller au bout du rallye sans encombre mais avec en mémoire, peut-être, ses malheurs du Monte-Carlo et de la Suède.

"Comme vous le disiez, on a failli gagner deux fois mais on n'a pas gagné", a-t-il répondu quand ceux-ci lui ont été rappelés en conférence de presse après l'arrivée et sa troisième victoire en WRC après les Rallyes d'Allemagne 2014 et de Sardaigne 2016. "Le temps a été long depuis le début de l'année, on savait que le rythme était là, on avait été en mesure de signer de nombreux meilleurs temps et d'être en tête la majeure partie du temps lors des derniers rallyes, mais nous n'avions pas été capables de marquer."

Des routes différentes

Ces changements de set-up en cours de rallye ont été un fait marquant non seulement du côté de Hyundai, mais aussi de Toyota par exemple, où Jari-Matti Latvala en a testé plusieurs fois de nouveaux avant de trouver une voiture à sa guise. Mais Neuville insiste sur le fait qu'ils ne sont pas la seule raison du retournement de situation pour lui, et semble même minimiser leur effet sur le comportement de la Hyundai.

"J'attendais beaucoup de ce week-end car je savais que sur l'asphalte, on était rapides, et j'avais le sentiment que la voiture l'était aussi après les tests", a-t-il rappelé. "Mais le rallye n'a pas commencé du tout comme nous l'attendions parce que le feeling était bon, j'avais l'impression de bien piloter et nous étions rapides, mais les temps n'étaient pas bons – pas mauvais, mais pas encore ce que nous voulions. On a donc réagi à ça car on a travaillé un peu sur la voiture, mais aussi parce que les routes étaient différentes le deuxième jour, ce qui nous a donné l'opportunité de montrer le plein potentiel de la voiture sur un différent type de routes et de signer la victoire ici."

 

"On a fait quelques changements dans plusieurs domaines mais au final, le feeling était similaire. La voiture semblait géniale et j'étais à l'aise avec. On a amélioré légèrement le niveau de grip, peut-être, mais globalement, je savais que les caractéristiques différentes de la route convenaient mieux à la voiture. Elles n'étaient pas aussi longues [les spéciales, ndlr], bien plus courtes et on a pu 'voler' dans celles-ci, on a beaucoup apprécié, et puis les chronos étaient meilleurs."

Neuville n'a pas tremblé en abordant la dernière spéciale du samedi avec 2"2 d'avance seulement sur Sébastien Ogier, et le problème de pression hydraulique rencontré par ce dernier a contribué à construire un bel écart de 38"9 en sa faveur avant la dernière étape. Mais au départ de celle-ci, pouvait-il s'empêcher d'avoir à l'esprit les issues malheureuses du Monte-Carlo et de la Suède ?

"J'étais assez calme car je me disais à moi-même que c'était arrivé deux fois, ça ne peut pas arriver trois fois de suite. Ce n'est pas possible", a-t-il expliqué. "Donc je me suis dit, tout va bien marcher, et finalement on a assez bien géré et eu une bonne vitesse dès le matin. À la fin [de la longue ES9], j'avais l'impression que personne n'attaquait vraiment comme on le faisait les jours d'avant. Seb a eu un problème, aussi, c'est peut-être pour ça qu'on a fait le meilleur temps. On était très proches, peut-être un dixième avec Dani [Sordo] mais on avait un bon rythme, un bon feeling. On n'a pas perdu la concentration à la fin. Quand on a fini cette spéciale avec un bon temps comparé à Seb, on [savait qu'on] allait assurer dans la dernière et je ne voulais pas prendre le moindre risque dans cette Power Stage."

La confiance semblait donc de mise, comme l'envie de faire mentir le vieil adage qui veut que jamais deux sans trois... Nicolas Gilsoul, avec qui Neuville avait déjà remporté le Tour de Corse il y a six ans en IRC, l'a confirmé quand il lui fut demandé s'il y avait eu du soulagement en franchissant la ligne d'arrivée de l'ES10.

"Oui bien sûr, mais on a toujours cru en nous-mêmes", a-t-il assuré. "Faire une erreur fait partie du processus quand on veut être au sommet à un niveau élevé. Maintenant, on l'a appris et on a eu ce résultat, donc je suis très content."

Et Neuville de conclure : "C'est un sentiment incroyable. C'est la première fois, je pense, que j'en avais les larmes aux yeux après avoir franchi la ligne d'arrivée [de la dixième et dernière spéciale, ndlr], car je ne suis pas très émotif, mais cette fois je savais que c'était un résultat important pour nous."

Article suivant
Championnats - Avance accrue pour Ogier, réduite pour M-Sport

Article précédent

Championnats - Avance accrue pour Ogier, réduite pour M-Sport

Article suivant

Ogier satisfait d'avoir sauvé "le minimum"

Ogier satisfait d'avoir sauvé "le minimum"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Tour de Corse
Pilotes Thierry Neuville
Équipes Hyundai Motorsport
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Réactions