Neuville : "Pour la première fois, j'en ai eu les larmes aux yeux"

S'il assure ne pas être un émotif, le vainqueur du Tour de Corse n'a pas caché son émotion à l'arrivée, après un beau retournement de situation par rapport au premier jour – et pas dû seulement aux changements de réglages sur sa Hyundai.

Neuville : "Pour la première fois, j'en ai eu les larmes aux yeux"
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Le vainqueur Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 Coupe WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Le vainqueur Thierry Neuville, Hyundai Motorsport
Les vainqueurs Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 Coupe WRC, Hyundai Motorsport
Podium : les vainqueurs Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 Coupe WRC, Hyundai Motorsport, les deuxièmes Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, M-Sport, Ford Fiesta WRC, les troisièmes Dani Sordo, Marc Marti, Hyundai Motorsport, Hyundai i20 Coupe WRC
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Le vainqueur Thierry Neuville, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Les vainqueurs Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 Coupe WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Hyundai Motorsport, Nicolas Gilsoul, Hyundai Motorsport

Déjà troisième au terme de l'étape d'ouverture, vendredi soir, avec un retard encore raisonnable de 25"8 sur le leader, Kris Meeke, Thierry Neuville n'en était pas pour autant satisfait du comportement de sa Hyundai et disait être partout à la limite pour rester dans le rythme. Après les changements de set-up effectués pour la deuxième journée, il s'est installé solidement en tête une fois éliminée la Citroën du Britannique. Encore lui fallait-il aller au bout du rallye sans encombre mais avec en mémoire, peut-être, ses malheurs du Monte-Carlo et de la Suède.

"Comme vous le disiez, on a failli gagner deux fois mais on n'a pas gagné", a-t-il répondu quand ceux-ci lui ont été rappelés en conférence de presse après l'arrivée et sa troisième victoire en WRC après les Rallyes d'Allemagne 2014 et de Sardaigne 2016. "Le temps a été long depuis le début de l'année, on savait que le rythme était là, on avait été en mesure de signer de nombreux meilleurs temps et d'être en tête la majeure partie du temps lors des derniers rallyes, mais nous n'avions pas été capables de marquer."

Des routes différentes

Ces changements de set-up en cours de rallye ont été un fait marquant non seulement du côté de Hyundai, mais aussi de Toyota par exemple, où Jari-Matti Latvala en a testé plusieurs fois de nouveaux avant de trouver une voiture à sa guise. Mais Neuville insiste sur le fait qu'ils ne sont pas la seule raison du retournement de situation pour lui, et semble même minimiser leur effet sur le comportement de la Hyundai.

"J'attendais beaucoup de ce week-end car je savais que sur l'asphalte, on était rapides, et j'avais le sentiment que la voiture l'était aussi après les tests", a-t-il rappelé. "Mais le rallye n'a pas commencé du tout comme nous l'attendions parce que le feeling était bon, j'avais l'impression de bien piloter et nous étions rapides, mais les temps n'étaient pas bons – pas mauvais, mais pas encore ce que nous voulions. On a donc réagi à ça car on a travaillé un peu sur la voiture, mais aussi parce que les routes étaient différentes le deuxième jour, ce qui nous a donné l'opportunité de montrer le plein potentiel de la voiture sur un différent type de routes et de signer la victoire ici."

 

"On a fait quelques changements dans plusieurs domaines mais au final, le feeling était similaire. La voiture semblait géniale et j'étais à l'aise avec. On a amélioré légèrement le niveau de grip, peut-être, mais globalement, je savais que les caractéristiques différentes de la route convenaient mieux à la voiture. Elles n'étaient pas aussi longues [les spéciales, ndlr], bien plus courtes et on a pu 'voler' dans celles-ci, on a beaucoup apprécié, et puis les chronos étaient meilleurs."

Neuville n'a pas tremblé en abordant la dernière spéciale du samedi avec 2"2 d'avance seulement sur Sébastien Ogier, et le problème de pression hydraulique rencontré par ce dernier a contribué à construire un bel écart de 38"9 en sa faveur avant la dernière étape. Mais au départ de celle-ci, pouvait-il s'empêcher d'avoir à l'esprit les issues malheureuses du Monte-Carlo et de la Suède ?

"J'étais assez calme car je me disais à moi-même que c'était arrivé deux fois, ça ne peut pas arriver trois fois de suite. Ce n'est pas possible", a-t-il expliqué. "Donc je me suis dit, tout va bien marcher, et finalement on a assez bien géré et eu une bonne vitesse dès le matin. À la fin [de la longue ES9], j'avais l'impression que personne n'attaquait vraiment comme on le faisait les jours d'avant. Seb a eu un problème, aussi, c'est peut-être pour ça qu'on a fait le meilleur temps. On était très proches, peut-être un dixième avec Dani [Sordo] mais on avait un bon rythme, un bon feeling. On n'a pas perdu la concentration à la fin. Quand on a fini cette spéciale avec un bon temps comparé à Seb, on [savait qu'on] allait assurer dans la dernière et je ne voulais pas prendre le moindre risque dans cette Power Stage."

La confiance semblait donc de mise, comme l'envie de faire mentir le vieil adage qui veut que jamais deux sans trois... Nicolas Gilsoul, avec qui Neuville avait déjà remporté le Tour de Corse il y a six ans en IRC, l'a confirmé quand il lui fut demandé s'il y avait eu du soulagement en franchissant la ligne d'arrivée de l'ES10.

"Oui bien sûr, mais on a toujours cru en nous-mêmes", a-t-il assuré. "Faire une erreur fait partie du processus quand on veut être au sommet à un niveau élevé. Maintenant, on l'a appris et on a eu ce résultat, donc je suis très content."

Et Neuville de conclure : "C'est un sentiment incroyable. C'est la première fois, je pense, que j'en avais les larmes aux yeux après avoir franchi la ligne d'arrivée [de la dixième et dernière spéciale, ndlr], car je ne suis pas très émotif, mais cette fois je savais que c'était un résultat important pour nous."

partages
commentaires
Championnats - Avance accrue pour Ogier, réduite pour M-Sport
Article précédent

Championnats - Avance accrue pour Ogier, réduite pour M-Sport

Article suivant

Ogier satisfait d'avoir sauvé "le minimum"

Ogier satisfait d'avoir sauvé "le minimum"
Charger les commentaires
La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs Prime

La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs

Après avoir remporté un huitième titre mondial, Sébastien Ogier va cesser son engagement à plein temps en WRC. Pour comprendre l'héritage qu'il laisse, plusieurs de ses anciens adversaires, coéquipiers ou collègues témoignent de cette carrière riche en succès.

WRC
30 nov. 2021
Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende Prime

Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende

Sébastien Ogier quitte son rôle de pilote WRC à plein temps de la plus belle des manières, avec un huitième titre mondial en poche. Comparé tout au long de sa carrière au nonuple Champion du monde Sébastien Loeb, il a démontré de manière convaincante qu'il pouvait lui-même être considéré comme l'un des plus grands pilotes de rallye de l'Histoire.

WRC
23 nov. 2021
La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises " Prime

La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises "

Ce week-end, le Rallye de Monza marque la fin d'une ère en WRC : Sébastien Ogier s'apprête à mettre un terme à sa présence à temps plein dans le championnat et vise avant cela un huitième titre mondial. Malgré sa longévité, le pilote Toyota révèle dans une interview exclusive que l'incertitude persistante l'a poussé dans une quête incessante de perfection.

WRC
19 nov. 2021
McRae, la troisième génération Prime

McRae, la troisième génération

Le patronyme McRae est ancré dans l'histoire du rallye, partageant huit titres britanniques entre Jimmy, Colin et Alister, auxquels il faut ajouter le sacre de 1995 en WRC. Le prochain sur la liste est le fils d'Alister, Max McRae, qui à 17 ans va tenter de se faire un prénom.

WRC
13 nov. 2021
Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ? Prime

Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ?

Les critiques de Thierry Neuville contre les futures Rally1 (ces voitures qui inaugureront la nouvelle ère hybride du WRC) sortent de l'ordinaire, à une époque où les pilotes sont généralement réticents à exprimer leurs opinions en public. Mais les inquiétudes du Belge concernant la vitesse, la sécurité et le coût sont-elles tout à fait justifiées ?

WRC
17 sept. 2021
Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ? Prime

Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ?

Les pilotes français ont dominé le WRC ces deux dernières années : Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ont accumulé les titres de manière impressionnante. Alors que le second mettra fin à sa présence à plein temps dans le championnat à l'issue de la saison, la France fera reposer ses espoirs sur le rookie Adrien Fourmaux, à qui semble promis un avenir brillant.

WRC
11 août 2021
Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles Prime

Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles

Avant de conquérir neuf titres en WRC, Sébastien Loeb a dû faire face à plusieurs coups durs qui ont failli le priver d'une carrière au plus haut niveau. Dans une interview exclusive, l'Alsacien se remémore les étapes qui ont mené à sa domination sur les routes.

WRC
22 févr. 2021
Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire Prime

Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire

La saison 2020 du WRC a connu un dénouement inhabituel dans le cadre du Rallye de Monza. Même si elle était loin d'être idéale, cette épreuve a peut-être épargné au Championnat du monde de sérieux problèmes en offrant une vitrine lui permettant d'assurer la présence de plusieurs acteurs à long terme.

WRC
9 déc. 2020