Ogier et Ingrassia "en apnée" pendant une semaine "de survie"

Sébastien Ogier et Julien Ingrassia ont remporté leur sixième Rallye Monte-Carlo et le cinquième consécutif en WRC lors d'une épreuve où survie et gestion auront été les maîtres-mots.

Ogier et Ingrassia "en apnée" pendant une semaine "de survie"
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Les vainqueurs Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Les vainqueurs Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford avec des membres d'équipe
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Le vainqueur Sébastien Ogier, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Les vainqueurs Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, M-Sport Ford

La victoire du duo français sur les routes difficiles de la mythique épreuve n'est pas vraiment une surprise. Certes, la concurrence est étoffée et les conditions particulièrement compliquées auraient pu être des écueils sur lesquels Ogier et Ingrassia se seraient cassé les dents, mais finalement c'est bien dans l'escarcelle des quintuples Champions du monde que l'épreuve est une nouvelle fois tombée, presque comme une évidence.

Et évidemment, pour le pilote gapençais, rien de mieux qu'un tel début de saison : "C'est une saison qui commence bien ! À chaque début de championnat, le Monte-Carlo est d'emblée l'un des rallyes les plus importants pour moi. Je suis très attendu devant mon public, mais c'est aussi l'épreuve que j'ai le plus plaisir à tenter de remporter, alors l'avoir fait pour la sixième fois cette année, c'est top ! Cinq victoires d'affilée, c'est un record sur cette manche en WRC et il n'y a, à mes yeux, pas de meilleur endroit pour en battre un."

"Encore une fois, ce fut un énorme challenge. On vient toujours ici en sachant que le week-end sera difficile et que ce sera un rallye sur lequel il sera dur de faire les bons choix de pneus. Ott [Tänak, pilote Toyota] a été un adversaire difficile, mais c'est toujours très bien d'être sur le podium ici. Bien sûr, je suis très content, c'est la meilleure façon de commencer la saison. C'est bien de revenir et d'entamer la saison de cette manière, cependant je n'ai jamais eu autant de difficultés à être juste dans les choix de pneus. Ça n'était jamais super clair, parce que les conditions changeaient tout le temps."

Des conditions piégeuses qui auraient largement pu mettre en grande difficulté la Ford Fiesta au numéro 1, qui a notamment connu un demi-tête-à-queue lors de l'ES1 jeudi soir et une sortie dans un fossé dans l'ES7 vendredi, heureusement sans trop de gravité. "C'est bien qu'on ait réussi à faire moins d'erreurs que les autres, il était quasiment impossible de faire un week-end parfait et on a nous aussi fait des erreurs. Les nôtres étaient de petites erreurs, avec de petites conséquences, et c'est ainsi qu'on gagne pour la cinquième fois de suite."

Le tournant de l'ES9

Une victoire qui s'est en grande partie construite dans l'ES9, samedi matin. Au sortir de la journée de vendredi, Ogier disposait d'une avance d'une quinzaine de secondes sur Tänak, écart qui est passé à 1'18 le lendemain, à la faveur d'une spéciale hautement compliquée en raison de la neige fondue.

"Ça a clairement été l'une des spéciales les plus difficiles de ma carrière", reconnaît le Français. "Il était difficile d'expliquer à quel point c'était dur, je ne me plaignais pas mais ça n'était pas agréable d'y conduire. C'était de la survie. Vous arrivez au bout en étant très soulagé et vous êtes super heureux de passer la ligne, vous n'avez aucune idée si vous êtes une minute plus lent ou plus rapide. C'était une bonne surprise de voir qu'on avait pris une minute sur Ott."

Une minute qui offrira un matelas suffisant pour gérer ses efforts et éviter les risques inutiles, tout en conservant une avance d'une trentaine de secondes – 33"5, précisément – au sortir de cet avant-dernier jour de roulage, conformément à l'objectif que le pilote M-Sport s'était fixé. "À partir de là, on a eu la chance d'essayer de gérer notre avance, mais ça n'était pas facile. Toute la journée il a été compliqué de contrôler les pneus dans ces conditions. On aurait pu très facilement perdre cette place. Je suis content d'avoir pu conserver cette avance samedi soir. Je m'attendais à ce que ce soit plus facile dimanche, mais quand on s'est réveillés on a été informés de la présence de gel et de verglas dans le Turini. Ça a été compliqué jusqu'au bout."

La victoire a été scellée dimanche et, aux 25 points de ce premier succès de l'année, s'est ajoutée une unité glanée lors de la Power Stage, qui n'a pas été disputée dans des conditions idéales par Ogier. "Je ne pouvais pas être totalement relâché ni vraiment attaquer à fond. Thierry [Neuville], Andreas [Mikkelsen] et Craig [Breen] avaient quatre pneus soft pour la Power Stage. J'avais des supersoft usés et ça n'est pas idéal pour être rapide, j'ai donc essayé de piloter proprement. La route était propre au départ, mais on a ensuite eu des virages sales à la fin et je n'ai pas pu attaquer [pour le meilleur temps]. Chaque point est important, alors je suis content de celui-ci."

"L'émotion est toujours aussi forte qu'à ma première victoire sur cette épreuve, mythique pour moi", a-t-il ajouté. "Les conditions de route très compliquées et variables font sa particularité, et c'était d'autant plus vrai cette année. Entre le soleil, l'asphalte, la glace, la neige, des routes très grasses, voire boueuses… Il n'y a pas eu deux spéciales de suite dans les mêmes conditions et on devait négocier tous les cas de figure au cours d'une même boucle. C'est un très gros challenge, si bien que le degré de satisfaction est ici encore plus fort que n'importe où ailleurs quand on voit l'arrivée en vainqueur."

"Les conditions dans lesquelles se court ce rallye font justement qu'il est toujours très difficile d'y juger les performances de chacun. Quoi qu'il en soit, mes sensations avec la Ford Fiesta WRC ont été plutôt bonnes ce week-end, et c'est de toute façon toujours idéal de commencer l'année avec une victoire !"

"En apnée pendant une semaine"

Julien Ingrassia, pour sa part, a pu respirer de nouveau une fois monté sur le podium, après plusieurs jours de changements incessants et de gymnatisque des méninges dus aux conditions particulières du Monte-Carlo : "Chaque fois qu'on est sur le podium ici, on a été en apnée pendant une semaine complète. Félicitations à tous les copilotes pour leur excellent travail. C'est une position très difficile à tenir que de prendre des notes mais d'en lire de nouvelles, complètement différentes de celles qu'on avait en recos [reconnaissances]. On en mémorise certaines et ensuite elles sont complètement différentes. J'ai réalisé que parfois je ne faisais que lire et que je n'analysais pas ce que j'étais en train de dire. Il y avait beaucoup de changements de rythme, c'est donc vraiment bien quand le pilote continue à vous faire confiance dans la voiture."

En tout cas, c'est une première réussie pour M-Sport qui bénéficie cette année d'un plus grand soutien de Ford et qui a intégré de nouvelles têtes au sein de son organigramme. Sébastien Ogier ne manque pas de souligner le travail de sa structure.

"Il est toujours difficile de commencer la saison au Monte-Carlo, sur l'un des rallyes les plus durs en termes d'organisation, de logistique, de météo et de coordination. Tout cela est compliqué. Nous avons eu des changements dans l'équipe, de nouveaux ingénieurs, un nouvel homme météo qui vient malheureusement d'Estonie – c'est pour ça qu'il se trompe parfois ! Non, quand on sait à quel point c'est difficile, il faut féliciter toute l'équipe, ils ont tous fait leur maximum."

partages
commentaires
Sainz : "Mon père m'a demandé cent fois d'être prudent"

Article précédent

Sainz : "Mon père m'a demandé cent fois d'être prudent"

Article suivant

Les plus belles photos du Rallye Monte-Carlo 2018

Les plus belles photos du Rallye Monte-Carlo 2018
Charger les commentaires