Ogier : "On apprécie plus de gagner de cette façon"

Le Gapençais et son copilote Julien Ingrassia ont remporté au Portugal leur seconde victoire de la saison, et donc avec M-Sport, au terme d'une belle bagarre et en ayant ouvert la route le premier jour.

Cette quarantième victoire du duo français est aussi sa cinquième au Portugal, la première depuis que le rallye a quitté l'Algarve pour retrouver la région de Porto en 2015, et lui permet d'égaler le record de Markku Alén et Ilka Kivimäki en la matière. Les Finlandais y avaient remporté le premier de leurs 19 succès mondiaux en 1975 sur une Fiat Abarth 124 Rallye, puis avaient remis ça en 1977, 1978 et 1981 sur une 131 Abarth, et enfin en 1987 sur une Lancia Delta HF 4WD. Et alors que leur dernier triomphe avait été signé pour le vingtième anniversaire du rallye, Ogier et Ingrassia l'ont obtenu tout juste 30 ans après, pour le cinquantenaire de cette épreuve phare du calendrier WRC.

"C'est un symbole génial aujourd'hui et j'en suis ravi", a déclaré Sébastien Ogier après l'arrivée, avant de rappeler : "Cela a été une grosse lutte jusqu'à la fin et je pense qu'on apprécie plus de gagner de cette façon. Pour être honnête, quand je suis arrivé pour les recos, je ne pensais pas avoir une réelle chance de me battre pour la victoire, donc je pense que je suis encore plus content et fier de celle-ci."

Si le quadruple Champion du monde ne croyait pas vraiment en ses chances, c'est qu'il avait le handicap d'être le premier à passer dans les spéciales de l'étape d'ouverture, du fait de sa position de leader du championnat. Mais les soucis divers rencontrés par Hayden Paddon, Jari-Matti Latvala et Kris Meeke l'ont aidé à occuper une bonne troisième place au terme de celle-ci.

"C'était quelque chose de difficile à surmonter. Mais on a eu un bon début de rallye et obtenu une bonne position de départ pour samedi et dimanche", a poursuivi Ogier. "Puis on a eu cette lutte tendue, d'abord avec notre équipier Ott [Tänak, et son copilote Martin Järveoja, ndlr], qui a eu une vitesse impressionnante tout le week-end. Il a quand même réussi à marquer des points pour l'équipe [malgré sa touchette dans l'ES12 qui a coûté à l'Estonien la tête du rallye, ndlr], ce qui est bien."

Une lutte d'abord contre Tänak, donc, après avoir disposé de Dani Sordo en début de deuxième étape, puis face à Thierry Neuville sur lequel il a conservé l'avantage jusqu'au bout. Mais Ogier, qui s'est parfois imposé en ayant dû ouvrir la route les deux premiers jours dans le passé, n'est pas certain que cela aurait pu être le cas cette fois dans une situation qu'il connaît bien pour l'avoir rencontrée quasiment en permanence au cours des dernières années.

Un "bon signe" pour la suite

"Bien sûr, je suis content que la règle ait changé – avec deux jours [passés] à ouvrir la route, j'aurais été loin samedi soir", a-t-il assuré. "Vendredi, on savait que c'est toujours comme ça – il faut être immédiatement à fond car on sait que le premier jour a une importance énorme pour le reste du week-end. Il s'est passé beaucoup de choses dans les premières spéciales. Comme l'année dernière, Ponte de Lima a été le tournant du rallye, car elle est très dure, et nous avons fini sur le podium [provisoire] vendredi soir et à partir de ce moment, j'ai apprécié ce rallye beaucoup plus. Le rythme était revenu, à la position dans laquelle j'aime être – dans le top 3 –, et samedi, on a toujours été premiers ou deuxièmes [en spéciale]. C'est bien et c'est un bon signe pour le reste de la saison."

En effet, ce sont trois autres rallyes sur terre qui attendent les concurrents du WRC ces prochaines semaines en Italie, Pologne et Finlande. Ogier ouvrira encore la route le vendredi pour le premier d'entre eux au moins, fort désormais d'une avance de 22 points sur Neuville au championnat.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye du Portugal
Pilotes Sébastien Ogier
Équipes M-Sport
Type d'article Réactions
Tags victoire