Pour Ogier, il faudra rouler "avec sa tête" pour s'imposer au Kenya

Avant de prendre le départ du mythique Safari Rally Kenya, Sébastien Ogier estime que le vainqueur devra faire preuve de prudence pour éviter les nombreux pièges du parcours et finalement l'emporter.

Pour Ogier, il faudra rouler "avec sa tête" pour s'imposer au Kenya

Après 19 ans d'absence en Championnat du monde, le Safari Rally Kenya fait son grand retour au calendrier mondial cette semaine. Vainqueur à trois reprises cette année et leader du championnatSébastien Ogier estime qu'il faudra être intelligent pour espérer s'imposer au terme des 320 km programmés ce week-end. 

Bien que le rallye ne soit plus le marathon épique d'autrefois, l'épreuve kenyane sera probablement la plus difficile de la saison de par son profil mélangeant des sections ultra rapides, des routes rocailleuses, du fesh-fesh, sans oublier les éventuelles rencontres avec la faune locale.

Grâce à l'expérience acquise depuis plus d'une décennie au plus haut niveau, le pilote du team Toyota Gazoo Racing pense que, contrairement aux autres rallyes du championnat, le vainqueur du Safari Rally ne sera pas nécessairement le plus rapide.

"Nous savons que c'est un rallye extrême et, plus que jamais, il y aura des sections où vous devrez piloter avec votre tête et pas votre pied droit essentiellement", a déclaré Ogier. "Il faudra être très prudent, mais c'est plus facile à dire qu'à faire. L'un des plus grands défis de ce week-end sera de trouver le bon rythme et de le changer quand il le faudra."

"Comme toujours, le rallye ne sera pas terminé avant la fin. Il y a des animaux, des sections de sable mou, des sections rocheuses avec beaucoup de pierres qui peuvent se déplacer, donc il y a beaucoup de dangers qui nous attendent ce week-end."

En dépit de cette volonté de ne point trop en faire, le Gapençais a tout de même profité du shakedown disputé ce mercredi pour se familiariser avec ce terrain inconnu en signant le meilleur temps.

"On m'a dit ici que beaucoup de vainqueurs n'étaient pas les pilotes les plus rapides, je suppose que ce sera la même chose ce week-end. Si le pilote le plus rapide gagne ce week-end, cela signifie qu'il aura une bonne dose de chance avec lui, car pousser dans ces conditions est très difficile."

Lire aussi :

De son côté, Thierry Neuville affirme que les profils des étapes sont très similaires aux spéciales du passé réputées pour casser des voitures, ce qui nécessitera une stratégie prudente pour s'en sortir. Cependant, si sa Hyundai i20 Coupe WRC s'est montrée fragile cette année, le Belge reste persuadé que les voitures de rallye actuelles sont bien plus solides que celles ayant participé au Safari lors des dernières éditions.

"Nous venons ici pour marquer des points, mais ce n'est pas un rallye où vous allez tout le temps à fond", a remarqué le pilote du team Hyundai Motorsport. "Ce sera mon approche et je pense que nous devons avoir une stratégie intelligente. Pousser là où nous pouvons pousser et essayer de réduire un peu la vitesse et ne pas perdre trop de temps sur ceux qui ne veulent pas ralentir. Je pense que d'après les profils des spéciales, ça ressemble aux rallyes passés. Nos voitures ont beaucoup progressé et elles sont capables d'encaisser et de résister beaucoup plus. La frontière est mince entre aller trop lentement et trop vite."

Même si il n'avait jamais mis les pieds en Afrique avant cette semaine, Ott Tänak s'accorde avec ses rivaux sur le fait que le rallye sera exigeant et qu'il faudra parfois adopter un rythme très lent. "C'est un véritable défi et les voitures vont être confrontées à une course folle", a affirmé l'Estonien."Il y a des endroits extrêmement cassants et normalement les voitures peuvent tout supporter, mais sur ce rallye, il y a des portions où il faudra simplement laisser rouler."

Propos Recueillis par Tom Howard

partages
commentaires
Shakedown - Ogier et Toyota prennent leurs marques au Kenya

Article précédent

Shakedown - Ogier et Toyota prennent leurs marques au Kenya

Article suivant

L'organisation veut éviter les problèmes avec la faune au Kenya

L'organisation veut éviter les problèmes avec la faune au Kenya
Charger les commentaires