ES5 à 9 - Paddon toujours leader d'un groupe de tête très serré

Le pilote Hyundai a conservé le commandement de la manche italienne de la saison au terme de la première étape, mais aussi d'un peloton de tête composé de quatre hommes se tenant en seulement dix secondes.

Hayden Paddon n'a toujours pas remporté la moindre spéciale sur ce Rallye de Sardaigne, mais il a conservé en fin de première étape la position de tête qu'il occupait à la mi-journée de ce vendredi. Il a pourtant déclaré avoir disputé les deux dernières spéciales avec un amortisseur avant cassé, mais dispose d'une avance ce 8"2 sur son plus proche poursuivant... qui n'est plus Juho Hänninen.

Solide encore tout l'après-midi même s'il s'est dit pas en confiance dans les portions cassantes, le pilote Toyota a semblé devoir conserver sa deuxième place... jusqu'au dernier intermédiaire de la dernière spéciale (ES9) dans laquelle il était plus rapide que Paddon et Thierry Neuville, qui le suivait au général. Hélas, il est parti à la faute sur un freinage dans les derniers kilomètres et a perdu une bonne trentaine de secondes, retombant en sixième position au classement. Le radiateur de sa Yaris était notamment endommagé, mais l'équipage est parvenu à réparer sur la liaison et à rejoindre l'assistance.

Au prix d'une grosse attaque, et malgré une crevaison dans l'ES7, Neuville (qui a dit avoir "joué avec le feu" le matin) place donc une seconde Hyundai en tête du rallye devant la Ford d'Ott Tänak et l'autre Toyota de Jari-Matti Latvala. Tous les trois se tiennent en 1"6 !

Encore troisième après l'ES7, Mads Østberg a perdu deux places d'un coup dans la suivante (au profit de Neuville et Latvala), peu à l'aise qu'il était avec l'équilibre de sa Fiesta et en raison de sa stratégie qui n'a pas fonctionné côté pneus. Il a ensuite été dépassé dans la dernière par Tänak mais a conservé son rang grâce aux déboires de Hänninen.

L'Estonien, discret mais bien présent malgré un après-midi "difficile avec un feeling qui n'était pas bon", a même gagné trois places dans cette ES9 – très importantes en vue de la position de départ pour la deuxième étape – en venant donc s'intercaler à la troisième entre Neuville et Latvala.

"Un cauchemar" pour Ogier

Sébastien Ogier pointe quant à lui à 41 secondes du leader. Il a été handicapé cet après-midi encore par le manque de grip ("Horrible, un cauchemar", a-t-il déclaré à l'arrivée de l'ES7) dû à sa position de tête sur la route – et cela, même si le balayage était moins important que le matin.

Le leader du championnat précède Esapekka Lappi, auteur d'une série de trois scratchs consécutifs (le dernier de la matinée et les deux premiers de l'après-midi) avant de casser lui aussi un amortisseur avant de sa Toyota. Andreas Mikkelsen vient ensuite, toujours pas très à l'aise sur la seule Citroën encore présente (suite aux abandons de Kris Meeke et Craig Breen le matin). Le Norvégien s'est dit gêné par le fait que sa C3, qu'il découvre ce week-end, soit plus large que les WRC de l'ancienne génération, et a calé un nombre quasiment incalculable de fois – dans des épingles notamment.

Sordo en galère

Après avoir encore perdu 11 minutes et demie sur les deux premières spéciales de l'après-midi, la réparation de son turbo n'ayant pu être menée à bien à l'assistance du milieu de journée et un problème demeurant avec le refroidisseur intermédiaire, Dani Sordo est parvenu à terminer ladite réparation et s'est adjugé les deux derniers scratchs de la journée. Mais la troisième Hyundai pointe désormais à près d'un quart d'heure des deux autres.

Malgré une crevaison dans l'ES8, Éric Camilli s'est maintenu en tête du RC2 et, bénéficiant des ennuis de Sordo, il a intégré le top 10 du général après l'ES7. Il devance Jan Kopecky, premier des pilotes inscrits en WRC2 (loin devant Christian Ole Veiby et Yohan Rossel) sur sa Skoda officielle, à 2"9 du Niçois de M-Sport. Pierre-Louis Loubet, alors quatrième du WRC2, est sorti de la route sans gravité dans l'ES8.

Côté français toujours, Terry Folb occupe la deuxième place du Junior WRC et du WRC3 derrière le pilote espagnol Nil Solans.

La deuxième étape, qui comptera six spéciales – soit deux de moins que la première – mais sera la plus longue en termes de distance parcourue (143,16 km chronométrés), débutera samedi à 7h45 et sera elle aussi à suivre en direct sur Motorsport.com.  

Classement après ES9/19

 

Pilote

Copilote

VoitureCat.

Écart & 

intervalle

1

 Hayden Paddon

 Seb Marshall

Hyundai

RC1 1h31'02"6

 Thierry Neuville

 Nicolas Gilsoul

Hyundai 

RC1 

8"2

8"2

 Ott Tänak

 Martin Järveoja

Ford M-Sport 

RC1 

9"5

1"3 

 Jari-Matti Latvala

 Miikka Anttila

Toyota

RC1 

9"8

0"3 

 Mads Østberg

 Ola Fløene

Ford

RC1

14"7

4"9 

 Juho Hänninen

 Kaj Lindström

Toyota

RC1 

38"0

23"3 

7

 Sébastien Ogier

 Julien Ingrassia

Ford M-Sport

RC1

41"0

3"0

 Esapekka Lappi

 Janne Ferm

Toyota 

RC1 

1'05"3

24"3 

9

 Andreas Mikkelsen

 Anders Jæger

Citroën

RC1

1'57"9

52"6

10

 Éric Camilli

 Benjamin Veillas

Ford M-Sport

RC2

4'08"0

2'10"1 

Le classement complet sera disponible ici.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye de Sardaigne
Type d'article Rapport d'étape
Tags première étape, wrc sardaigne 2017