Matton - "Rien n'a fonctionné comme prévu" pour Citroën

Citroën Racing a connu un retour difficile en tant qu'équipe officielle en championnat du monde des rallyes, le week-end dernier.

Des quatre nouvelles World Rally Cars répondant au règlement technique entré en vigueur cette année, la Citroën C3 WRC est celle qui a inscrit le moins de points au Monte-Carlo. Mais ses performances n'ont pas été inintéressantes, et elle a signé le seul meilleur chrono en spéciale qui n'ait pas été trusté par Hyundai ou M-Sport (sept chacun).

Rien n’a vraiment fonctionné comme prévu sur cette course”, reconnaît le directeur de Citroën Racing, Yves Matton. “Pourtant, nous pensions être en mesure de faire un bon week-end après des essais satisfaisants pour les pilotes et pour l’équipe.”

En effet, Kris Meeke, leader de l'équipe et le plus expérimenté de ses trois pilotes, est allé à la faute dès la deuxième spéciale du vendredi matin (ES4) alors qu'il venait de s'installer à une probante troisième place. Reparti en Rally2 le samedi, il allait perdre encore une vingtaine de minutes dans la seconde spéciale de la matinée (ES10). Et son calvaire allait prendre fin sur le secteur routier qui ramenait les concurrents vers Monaco, dans une collision avec une voiture particulière...

Parti lui aussi à la faute en tirant tout droit dès l'ES2, jeudi soir, Stéphane Lefebvre a ensuite grillé son embrayage en tentant de s'extraire du fossé. Sans autre encombre d'importance, il allait remonter jusqu'à la neuvième place (et la cinquième des voitures inscrivant des points au championnat des constructeurs, derrière deux Ford M-Sport, une Toyota et une Hyundai) avec pour haut fait ce scratch signé dans le premier passage du Turini (ES15).

Dès le début de la course, Stéphane et Kris ont commis des erreurs et nous ne pouvions plus envisager de résultat significatif à l’arrivée”, résume Matton. “Nous avons également éprouvé certaines difficultés à trouver les bons réglages pour ces conditions si particulières, jamais rencontrées en essais. La C3 WRC n’en est qu’au début de son exploitation et nous avons encore beaucoup de travail devant nous.”

"Le potentiel est bien réel"

Après un week-end qui ne s’est pas passé comme prévu, nos principaux motifs de satisfaction concernent la course régulière et performante de Craig [Breen, cinquième sur une DS3 WRC de 2016], ainsi que les chronos de Stéphane lors de cette dernière étape. Cela démontre que le potentiel de la C3 WRC est réel”, se console Matton.

Nous n’oublierons pas ce rallye, car il comporte des enseignements qui nous serons très utiles en 2018. Mais à court et moyen terme, nous allons mettre ce week-end derrière nous pour aller de l’avant. Nous restons positifs, pour la Suède évidemment, mais aussi pour le Mexique et toutes les manches suivantes.”

Le Monte-Carlo peut être une course cruelle et nous l’avons expérimenté ce week-end. Notre objectif demeure de remporter des courses à la régulière cette saison.”

La troisième C3 attendue en Corse

En Suède, le deuxième week-end de février, ce sera comme prévu au tour de Craig Breen de disposer de la seconde C3 WRC, alors que Lefebvre pilotera la DS3. Citroën Racing a indiqué que la troisième C3 devrait être prête pour le Tour de Corse, qui est cette année la quatrième manche du calendrier et se déroulera au mois d'avril.

À bien plus court terme, ce sont deux jours de tests sur la neige qui attendent l'équipe française en Scandinavie.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye Monte-Carlo
Pilotes Kris Meeke , Craig Breen , Stéphane Lefebvre
Type d'article Réactions
Tags citroen, monte-carlo