Ses rivaux voient Loeb lutter pour la victoire ce week-end

partages
commentaires
Ses rivaux voient Loeb lutter pour la victoire ce week-end
Par : Jean-Philippe Vennin
5 avr. 2018 à 14:45

Sébastien Loeb sera en mesure de se battre pour la victoire sur le Tour de Corse qui aura lieu en cette fin de semaine, d'après les principaux adversaires de l'Alsacien qui va disputer son second rallye au volant de la Citroën C3 WRC.

Sébastien Loeb, Citroën World Rally Team
Sébastien Loeb, Daniel Elena, Citroën World Rally Team Citroën C3 WRC
Sébastien Loeb, Citroën World Rally Team
Sébastien Loeb, Daniel Elena, Citroën World Rally Team Citroën C3 WRC
Sébastien Loeb, Citroën World Rally Team, Sébastien Ogier, M-Sport Ford WRT
Sébastien Loeb, Daniel Elena, Citroën World Rally Team Citroën C3 WRC
Sébastien Loeb, Citroën World Rally Team
Sébastien Loeb , Daniel Elena, Citroën World Rally Team Citroën C3 WRC
Kris Meeke, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën World Rally Team Citroën C3 WRC
Kris Meeke, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën World Rally Team Citroën C3 WRC
Dani Sordo, Hyundai Motorsport

La position de départ de Loeb vendredi (la neuvième) ne sera pas un avantage sur l'asphalte corse comme elle a pu l'être sur la terre mexicaine il y a un mois, surtout avec le retour annoncé d'un temps sec et ensoleillé sur l'île de Beauté. Mais le savoir-faire que le nonuple Champion du monde n'a à l'évidence pas perdu, allié aux qualités de sa monture sur cette surface, devrait lui permettre de jouer les premiers rôles. C'est en tout cas ce que semblent penser au moins une partie de ses rivaux.

"Nous verrons. Ce week-end n'a pas été mauvais pour lui et il est fort aussi sur l'asphalte – il a fait quelques rallyes [sur cette surface au cours des dernières années] donc il retrouvera le rythme", déclarait déjà Sébastien Ogier à Motorsport.com après le Rallye du Mexique, premier des trois au programme de Loeb cette année avec la Corse, donc, et la Catalogne. "Il est possible qu'il soit encore meilleur en Corse. Nous devrons clairement montrer que nous avons amélioré notre voiture car l'année dernière, la C3 était intouchable sur l'asphalte."

Au Mexique, j'avais déjà couru sur pas mal des spéciales. En Corse, je vais découvrir une grande partie des routes.

Sébastien Loeb

Il y a un an, en effet, Kris Meeke s'était montré intraitable au volant de la voiture française, avant d'être stoppé par un ennui mécanique en milieu de deuxième étape. Cette compétitivité est un élément dont Loeb tient forcément compte, lui aussi, au moment d'évaluer ses chances de podium voire de succès – mais pas le seul.

"Au Mexique, j'avais déjà couru sur pas mal des spéciales, mais ce ne sera pas pareil en Corse, je vais découvrir une grande partie des routes", tempérait ainsi l'intéressé en début de semaine, avant les reconnaissances. "Mais j'aime la Corse, j'y ai de bons souvenirs et j'ai toujours été compétitif sur l'asphalte. Au Mexique, j'étais curieux de voir où j'en serais, je voulais vraiment être dans la lutte et j'ai réussi. J'espère que ce sera le cas cette semaine."

D'autres de ses adversaires ne doutent pas que ce soit le cas, à commencer par un Meeke selon lequel le renouvellement du parcours sera un avantage pour son coéquipier qui n'a plus couru en Corse depuis une décennie.

"Je pense qu'il sera encore plus rapide. Le parcours est nouveau à 60% en Corse, et cela ne pourra que l'aider", assure en effet le Britannique. Et Dani Sordo, aujourd'hui pilote Hyundai qui fut lui aussi associé à Loeb dans l'équipe de la marque aux chevrons, de lui faire écho en déclarant : "Il sera dangereux, on le sait. Il a été bon au Mexique, comme on s'y attendait, mais parfois, il est encore plus comme chez lui sur l'asphalte."

De bonnes sensations

Loeb a signé ce jeudi matin le septième chrono, à 5"6 de Meeke auteur du meilleur temps, d'un shakedown probablement pas très représentatif en raison notamment de la boue, due à la pluie tombée ces derniers jours et déposée sur la route au fil des passages des voitures dans les cordes.

"C'était comme prévu très gras, avec déjà des cordes bien dégradées", a expliqué le quadruple vainqueur de l'épreuve. "Je n’ai donc pas voulu tenter le diable au premier tour, d’autant que je n’avais encore jamais roulé dans ces conditions de faible grip avec la voiture. Une fois cette étape passée, j’ai haussé le ton pour mon deuxième passage et j’ai eu de suite de bonnes sensations."

Les C3 R5 secouent le WRC2

Toujours du côté de Citroën, à noter que les nouvelles C3 R5, qui n'ont pas pris part à ce shakedown avec les autres voitures du WRC2 en raison d'un problème d'homologation, ont roulé un peu plus tard. Et que Stéphane Lefebvre et Yoann Bonato ont signé à leur volant les deux meilleurs temps de la catégorie, le premier s'immisçant même en neuvième position devant trois WRC.

Propos recueillis par David Evans

Prochain article WRC
Les horaires de toutes les spéciales du Tour de Corse

Article précédent

Les horaires de toutes les spéciales du Tour de Corse

Article suivant

Shakedown - Meeke s'est levé du bon pied

Shakedown - Meeke s'est levé du bon pied

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye de France
Pilotes Sébastien Loeb
Équipes Citroën Racing
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Preview